Visite furtive…

(In)communication politique et « territoires »

Pascal Robert[1]

La visite, furtive, d’E. Macron à Saint-Etienne pose question (le 25 octobre). Car, pour parler d’industrie E. Macron est allé à Grenoble et à Lyon et a failli oublier celle qu’on ne cesse de qualifier, plutôt négativement d’ailleurs, de « ville industrielle », Saint-Etienne ; n’est-ce pas un comble ? Industrielle oui, mais qui s’est également fortement tertiarisée ces dernières décennies. Et, rassurez-vous, elle n’est plus noire du tout, mais verte et pas seulement à cause du football.


Filière et système ?

Vu de Paris aurait-on encore dans la tête les vieux stéréotypes des industries anciennes et des industries nouvelles ? N’aurait-on ainsi rien compris à ce qui fait la puissance actuelle de l’Allemagne : elle n’a pas sacrifié la complexité de son tissu industriel ? Or, Saint-Etienne ne correspond pas forcément à l’idéal type de la filière technologique (high tech), dont on nous rebat les oreilles depuis quelques temps. On utilisait cette notion de « filière » voilà plus de 35 ans, lorsque je faisais mes études d’aménagement à Sciences po Paris. Elle est encore en bonne place dans les Fondements d’Economie industrielle d’Y. Morvan (Economica, 1985), que j’étudiais alors. Rien n’a bougé intellectuellement donc depuis ? C’est peut-être ça l’innovation pour nos ministères ? Faire revenir sur le devant de la scène une vieille notion, qui, certes, n’est pas forcément totalement usée, peut-être…quoique ? Mais ne gagnerait-elle pas à se voir complétée par celle d’écologie des systèmes industriels territoriaux ?

Résilience industrielle

Saint-Etienne n’entre donc pas forcément, malgré la visite d’E. Macron, dans le moule de la filière à la mode. C’est, en revanche, un bel exemple d’éco-système industriel, d’un tissu industriel qui articule des industries classiques, indispensables et totalement actuelles, comme la mécanique, les machines-outils ou le textile, leur irrigation par l’électronique-numérique et le numérique lui-même. Terre d’une des premières concentrations de PME-PMI de France hors Ile-de-France. Terre de ce que l’on peut appeler une véritable résilience industrielle. Car ce tissu riche et diversifié a su survivre à une grave crise, sans aide de l’Etat. Un Etat qui, parallèlement, a investi massivement à Grenoble, par exemple, depuis les JO de 1968 (CEA, CNRS, Universités, Synchroton, ST Microelectronics etc.). Que de l’innovation high tech émerge à Grenoble n’est-ce pas la moindre des choses ? Belle réussite, en définitive, que celle de Saint-Etienne, qui s’en sort plutôt bien, malgré tout. Mais tout cela n’est pas dans les clous du macronisme.

Visite furtive

Alors on a inventé, à cette occasion, ce que l’on peut appeler la visite furtive : à peine plus de 2h dans la métropole de 400 000 habitants (deuxième commune de Rhône-Alpes Auvergne), ne visitant qu’une seule entreprise de robotique avant de partir (s’enfuir ?) vers la petite ville de moins de 20 000 habitants, à la campagne en quelque sorte, loin du réel réellement entrepreneurial, social et politique. Car ce voyage révèle une trajectoire symptomatique : on évite ainsi le réel, ce qui gène et on va faire semblant pendant tout l’après-midi que tout va bien en France, à remettre des médailles et à serrer des mains. On se rassure. M. Macron ne s’entend pas, paraît-il, avec G. Perdriau, le président de la métropole stéphanoise. Est-ce une raison pour s’échapper ainsi, pour mépriser 400 000 habitants, des dizaines de milliers de salariés (d’entreprise ou du secteur public (ravagé dans la France actuelle)) et des centaines de chefs d’entreprises ? Le président avait plein de choses à voir à St Etienne, beaucoup de belles entreprises et de belles initiatives culturelles aussi[1]. Il n’a rien voulu voir. Dommage.

Pendant cet après midi M. Macron a visité la friche d’une entreprise dont les jouets sont au musée de Montbrison (et c’est vrai). Friche sur laquelle on va construire des logements sociaux pour séniors (ce qui est surement utile, mais guère innovant). N’est-ce pas d’une fuite qu’il s’agit, en définitive ? Fuite du réel, de la réalité ? Fuite des responsabilités, peut être, diraient les mauvaises langues ? Politique non pas industrielle, mais des effets d’annonce (que faire dans la robotique aujourd’hui avec une enveloppe de 800 millions d’euros à l’échelle de la France ?) et adoption du mode furtif en termes de communication, ou plutôt, comme le souligne D. Wolton, d’incommunication politique…


[1] Sans parler de l’intéressant travail de requalification urbaine menée depuis 2007 par l’Epase (l’Etablissement public d’aménagement de St-Etienne, seul véritable soutien de l’Etat à la ville).

[1] Professeur des universités à Lyon, il habite à Saint-Etienne ; il intervient ici à titre personnel


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search