De l’importance d’une bonne campagne publique de communication. Le virus et la Roumanie

Luciana Radut-Gaghi,

LT2D, CY Université

« Ils suffoquent. Ils nous implorent. Ils regrettent. » Photos Cristian Movila, texte Serban Alexandrescu. Source : Facebook.

« Ils suffoquent. Ils nous implorent. Ils regrettent. » Photos Cristian Movila, texte Serban Alexandrescu. Source : Facebook.

 

La pandémie de Covid 19 aura été le plus grand laboratoire d’étude de la circulation de l’information sur la scène publique que nous aurons vécu. Espérons-le. L’information a besoin de la communication pour atteindre son public. Parfois, toujours, occasionnellement ? Les chercheurs n’ont pas l’air de s’accorder sur la bonne réponse.

 

« Tous vaccinés, tous protégés » est cette campagne publique, d’information, de communication, française. Elle se fonde sur une concertation et une coordination des décisions publiques quant à la prévention contre le virus. Le message est simple, assertif, rationnel. Est-ce une campagne fondée sur le consensus national quant à la compréhension de la maladie, ou du vaccin et de ses bienfaits ? Non. Les voix diverses et les controverses sont bien publiques en France. Est-ce le résultat de la décision publique française de s’en tenir à un affichage de support au vaccin comme unique voie de sortie de la pandémie ? Oui.

Une telle campagne n’a jamais eu lieu dans des pays qui traversent ces semaines leur pire période en ce qui concerne le taux d’incidence, d’évolution et de décès dus au Covid. Tragique, telle est la situation en Roumanie en ce moment. Après avoir été le premier pays en taux de vaccination début 2021, après avoir donné l’exemple d’une plateforme en ligne centralisant les rendez-vous de vaccination, ce pays est aujourd’hui avant-dernier quant à la couverture vaccinale (30%, en queue de liste se situant la Bulgarie avec 20%).

Comment expliquer ce revirement ? Comment expliquer qu’une fois les convaincus des bienfaits des deux doses soient vaccinés, le reste de la population n’ait pas choisi cette protection ? Les convictions personnelles (mystiques ou profanes) y ont joué sans doute. L’accès rapide aux centres de vaccination y est pour quelque chose aussi pour des zones rurales reculées. Mais les deux facteurs les plus importants sont liés à la communication publique : celle des autorités publiques et celle des diverses sources de désinformation, complotistes ou… alternatives.

Commençons par la seconde. La circulation à large échelle dans les médias, aussi bien traditionnels que numériques, de théories diverses, de faits divers, d’explications profanes quant aux méfaits du vaccin est un fait. Et c’est un fait normal. Donner la voix à toutes les opinions est absolument nécessaire et normal. Le problème viendrait alors du premier facteur : la communication officielle publique défectueuse. Car d’un côté elle a été le reflet d’une coordination inexistante des efforts des diverses institutions publiques. Et d’un autre côté elle a régulièrement éludé la parole scientifique, des médecins ou des autorités sanitaires en position de s’y exprimer.

Et aujourd’hui ? A la vingt-cinquième heure, les lignes bougent.

Le 6 novembre le Gouvernement et le Collège des médecins de Bucarest ont organisé un Marathon de l’information (comme dans le fait d’informer, par seulement le contenu du message) avec 29 médecins et spécialistes de Santé publique répondant aux questions et expliquant la vaccination anti-covid. Les huit heures de discussions ont été diffusées sur les réseaux sociaux et dans les médias.

Des témoignages des sections de thérapie intensive rendent compte du paradoxe que vivent certains patients entre méfiance à l’égard des médecins, peur des traitements et acceptation en fin de compte de la prise en charge médicale. Mais peut-être avec plus que jamais l’injonction à la vaccination.

Enfin, chose inédite, des campagnes non labellisées apparaissent, à l’image de ce banner sur le centre commercial Unirea de Bucarest affiché début novembre. Le message n’est pas sobre et rationnel. Il est émouvant, déchirant. « Ils suffoquent. Ils nous implorent. Ils regrettent. » La voix de médecins, la voix de la science en recours ultime devant une situation extrême.

Quand ni le savant ni le politique ne sont présents dans la communication publique, il est parfois trop tard pour agir pour le citoyen.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search