Licence to kill…

Pascal Robert[1]

James Bond a toujours sauvé le monde et les films de James Bond permettaient jusque là à leurs spectateurs de se rassurer : le monde sera toujours sauvé et eux avec, car James veille. Mais voilà que le dernier film semble désigner directement de l’index toute une génération de spectateurs en leur disant tout simplement : « you are fired ».

 

Mourir ou ne pas mourir…

Telle, est du moins, l’impression que j’ai eue en sortant du cinéma. Je venais, en effet, de voir mourir ce cher filou de Felix Leiter, l’affreux Blofeld et même, semble-t-il, l’incorrigible James Bond lui-même. Leurs acteurs ont tous dans la cinquantaine ou la soixantaine : Christoph Walz est né en 56, Jeffrey Wright en 65 et D. Graig en 68…65, 56 et 53 ans. Ce n’est pas si vieux pour mourir. C’est une manière de marquer la nécessité de passer le témoin, va-t-on me rétorquer. Certes, mais jusque là, de Sean Connery à Roger Moore et de Moore à Timothy Dalton, de ce dernier à Pierce Brosnan ou de Brosnan à Daniel Graig, personne ne mourait. Les rôles continuaient et les acteurs, eux, changeaient. Comme il y avait les deux corps du roi[1], il en allait des deux corps de la star : celle du personnage-star, ici, James Bond et celle des humain-stars qui l’incarnaient ; l’un restait, les autres passaient. Mais là, pour la première fois, James Bond semble mourir…en tout cas rien ne nous dit que ce n’est pas le cas et comme Felix Leiter et Blofeld sont morts le spectateur est logiquement amené à conclure que, lorsque ce cher James est submergé par une flopée de missiles à charges multiples, debout sur le toit du bâtiment visé, ses chances de survie ne sont plus minimes, mais tout simplement nulles. Cela dit, si vous restez jusqu’au bout, on vous indique qu’il va –néanmoins- revenir ; ce qui est pour le moins étrange, voire incohérent.

Licence to kill

Quoiqu’il en soit le spectateur de 50-60 ans a du mal à ne pas s’assimiler à ceux que le film vient d’éliminer sans ménagement. Il a donc du mal à ne pas se sentir quelque peu visé lui aussi. Si nos héros, comme l’on dit, dans le film parviennent, encore une fois, à sauver le monde et la vie directement ciblée de millions de personnes, le film, lui, semble cibler les spectateurs de 50-60 ans. Si la triade Felix Leiter, Blofeld et James Bond meurt, alors remarquons que le film ne respecte pas le contenu de son titre : « mourir peut attendre ». Et ces spectateurs quinquas ou plus se disent qu’ils sont incités à laisser la place dans la foulée : à défaut de mourir, ils peuvent prendre leur retraite et rester chez eux. Autrement dit, il s’agit en quelque sorte du premier film de James Bond qui joue directement la mort symbolique de millions de spectateurs. Ce que le méchant du film ne parvient pas à faire, le réalisateur, lui, le ferait. C’est, à coup sûr, une interprétation exagérée. Mais elle fait néanmoins réfléchir. Car il est difficile à ne pas ressentir un certain malaise devant ce passage de témoin pour le moins violent entre générations. Il avait été pacifique jusque là. Ce n’est plus le cas. C’est aussi à se demander s’il n’y a pas là un symptôme d’une sorte de guerre, larvée et symbolique, intergénérationnelle. Licence to kill donc, mais cette fois, portée par le film lui-même sur le plan symbolique…

 

Numéro à saisir

Par ailleurs le film propose un véritable passage de témoin puisque le numéro 007, alors que Bond a disparu, a été attribué à une femme, noire. L’argument qui est alors avancé pour justifier ce relai est pour le moins troublant : car nous dit-on, « ce n’est qu’un numéro ». Ce qui signifie qu’il peut être porté par n’importe qui, pourquoi pas vous et moi dès lors ? Comme si cela pouvait être le cas. Non, 007 est beaucoup plus qu’un simple numéro, et tout le monde le sait, c’est un symbole. Que veut dire alors de le galvauder ainsi ? Certes, c’est concéder que, au contraire ce que l’on avait pu penser, surtout chez 50-60 ans notamment, Bond n’en est pas le propriétaire. Mais si ce n’est qu’un numéro quelconque, alors pourquoi cette femme ne serait-elle pas 006 ou 008 ou n’importe quel autre 00 ? Comme s’il fallait que ce numéro soit en quelque sorte euphémisé, voire disqualifié pour pouvoir être porté par une femme, une femme noire en l’occurrence…Le numéro était singulièrement valorisé-valorisant porté par un homme, il ne doit plus l’être pour être endossé par une femme ? Ce qui laisse pour le moins perplexe.

Cela dit, les femmes peuvent toujours se consoler en se disant qu’elles ont désormais le droit, le film le montre, de conduire les célèbres Aston Martin…

[1] Pascal Robert est professeur des universités à l’Enssib, il s’exprime ici à titre personnel.

[1] Ernst Kantorowicz, Les deux corps du Roi, Paris, Gallimard, 1989.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search