La 5G dans la FOSS (3/3)

Lucie Sztejnhorn

Master Société contemporaines (Sociologie, Politique, Culture), Université de Paris

Aujourd’hui, les logiciels libres/open source sont partout : les grands acteurs du numérique en sont les premiers contributeurs et en dépendent pour leur fonctionnement, nos téléphones Androïd reposent sur Linux… Ancrés dans nos univers numériques mais peu connus du grand public, les logiciels libres ont d’abord été pensés comme un moyen de lutter contre la propriété intellectuelle exclusive sur les logiciels (1/3). Depuis, le « Libre » s’est largement étendu et diversifié, et il s’appuie sur une communauté hétérogène (2/3) dont les divergences ont été mises en lumière par la controverse sur la 5G (3/3).

 

Nous l’avons vu, le mouvement libre/open source (ou FOSS pour Free and Open Source Software) ne propose pas une critique radicale des nouvelles technologies. Mais à l’automne 2020, alors que la nouvelle génération de réseau 5G s’apprête à passer le cap du déploiement, une controverse enfle au sein de la société civile qui va susciter des réactions jusque dans les milieux réputés les plus technophiles. Parmi ceux-ci, on compte des acteurs de l’activisme numérique, qui se sont positionnés sur l’arrivée de la nouvelle génération de réseau. Longtemps liés au mouvement du Libre et principalement dédiés à la défense des libertés sur Internet, leur champ d’action semblait pourtant bien éloigné du sujet 5G. 

Le Parti Pirate, mouvement politique créé en 2006 se construisant autour des questions liées à Internet, et la Quadrature du Net, association militante créée en 2008 engagée dans la défense des libertés sur Internet, publient en octobre 2020 leurs Tribunes relatives à la 5G à la suite de débats internes fournis. Les réactions sont nombreuses, parfois violentes, souvent caricaturales, sur les réseaux sociaux où l’on oppose vision « technobéate » (celle du Parti Pirate) et « technophobe » (celle de La Quadrature du Net, qui suscitera les réactions les plus vives dans la communauté).

Pourtant, les questions suscitées par la nouvelle génération de réseau – est-elle une évolution technique logique ou inévitable ? utile ? porteuse de valeurs ? quel sera son impact environnemental ? – ont mis en lumière des divergences profondes et complexes entre acteurs d’un mouvement déjà très hétérogène. Plus largement, la controverse a amené les libristes sur un nouveau terrain de débat, questionnant une évolution technique en soi et son impact sur la société (consumérisme, solutionnisme technologique…) au-delà de ses potentiels usages, comme l’extension de la surveillance. Au-delà d’une critique des usages et du pouvoir, donc, à laquelle le mouvement semblait pourtant confiné. Optimisme technologique, neutralité – ou non – de la technique, questionnements liés au progrès (technique) et aux technosciences … la 5G a cristallisé les tensions autour du projet qu’elle représente.

Il faut dire que le monde numérique est bien différent de celui qui a vu naître le mouvement, dans les années 80. Entre promotion des formats ouverts et de l’hygiène numérique, lutte contre la surveillance, maîtrise des outils techniques, voire du progrès technique, les visions portées par le mouvement du Libre semblent se multiplier. Et il y a fort à parier que nous n’aurons pas à attendre le déploiement de la 6G, prévue pour 2030, pour en voir de nouvelles démonstrations.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search