Bolsonaro et Zemmour

Juremir Machado da Silva

 

La France est jalouse du Brésil. Le pays des Lumières veut imiter le géant des tropiques. Le Brésil a comme président de la République Jair Bolsonaro. La France met Eric Zemmour, selon certains sondages, au deuxième tour des élections présidentielles de l’année prochaine. Bolsonaro fait partie d’un club particulier présidé par Donald Trump et intégré par Viktor Orban, Rodrigo Duterte, Recep Erdogan et d’autres semblables. En commun ils ont une tendance nationaliste et une incroyable capacité à s’opposer à certaines valeurs considérées comme civilisatrices.

 

L’ancien capitaine de l’Armée Jair Bolsonaro est accusé fréquemment de racisme, d’homophobie et de misogynie. Il se voit cependant en défenseur des valeurs sacrées de la patrie, de la famille, de la religion chrétienne et de la civilisation occidentale. L’ennemi juré de Bolsonaro est le communisme, qu’il voit par tout. En plus, il s’attaque au politiquement correct, aux activistes LGBTQIA+ et aux féministes. Bolsonaro se présentait, même s’il a eu sept mandats de député fédéral, comme représentant de l’antisystème, un franc-tireur prêt à démanteler les privilèges des classes politiques traditionnelles, gauche et droite mêlées. Zemmour parle aussi de famille, patrie, civisme, patriotisme, etc. Ils mènent, de multiples points de vue, les mêmes combats, ceux de l’extrême-droite.

Au début, le Brésil ne prenait pas Bolsonaro au sérieux. Il n’était pas vu comme un candidat crédible, capable d’aller jusqu’au bout. On se disait qu’il était plutôt folklorique, caricatural, guignolesque. Les experts le donnaient facilement battable dans un débat de télévision. En plus, dans un deuxième tour, il serait avalé par un candidat de centre. Enfin, il ne serait qu’un phénomène typique de l’ère des réseaux sociaux. Peut-être que Zemmour part avec un avantage en comparaison avec Jair Bolsonaro. Celui-ci avait mauvaise presse. Zemmour a sa tranchée au Figaro. Il aime les débats, les tribunes et les polémiques. A vrai dire, Bolsonaro aussi ; sa force venait paradoxalement de sa tendance à simplifier. Le fait d’être simpliste ou simplet le rapprochait des gens soi-disant simples, le peuple.

Est-ce que l’intellectuel (il dit qu’on l’appelle polémiste parce que le mot intellectuel serait réservé à la gauche) français et le militaire brésilien seraient sur la même longueur d’onde ? La droite dite républicaine française et la gauche tendent à faire bras commun pour barrer le chemin au pouvoir de l’extrême-droite. Est-ce que cela va encore se reproduire ? Il faudrait peut-être regarder vers le bas, vers le Sud, vers ce vieux Nouveau Monde, si aimé de certains Français, pour voir comment les choses se passent vraiment dans le gouvernement Bolsonaro. Les médias et les classes moyennes ont ouvert la voie au pouvoir à Bolsonaro en favorisant le sentiment dominant contre les hommes politiques, la corruption généralisée et l’anachronisme de la gauche. Le fameux « marché » a joué le jeu pour diminuer la taille de l’État. Le discours du « tous pourris » a rencontré son candidat et a gagné. Alors, Zemmour est un feu de paille ? Il n’est même pas candidat ? Il se ferait écraser ?

Réfléchissez, chers Français, au cas brésilien.

Ah, oui, vous pouvez vous dire : voyons, donc, la France n’est pas le Brésil !

Espérons bien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search