Une communauté hétérogène traversée de questionnements (2/3)

Lucie Sztejnhorn

Master Société contemporaines (Sociologie, Politique, Culture), Université de Paris

 

Aujourd’hui, les logiciels libres/open source sont partout : les grands acteurs du numérique en sont les premiers contributeurs et en dépendent pour leur fonctionnement, nos téléphones Androïd reposent sur Linux… Ancrés dans nos univers numériques mais peu connus du grand public, les logiciels libres ont d’abord été pensés comme un moyen de lutter contre la propriété intellectuelle exclusive sur les logiciels (1/3). Depuis, le « Libre » s’est largement étendu et diversifié, et il s’appuie sur une communauté hétérogène (2/3) dont les divergences ont été mises en lumière par la controverse sur la 5G (3/3).

 

Comme évoqué dans le billet précédent [lien], on trouve à l’origine du mouvement libre/open source des sensibilités différentes, déjà présentes dans la culture hacker qui met au second plan la finalité de l’action par rapport à la beauté du geste. Le discours de Stallman est ainsi plutôt associé au courant libertaire, là où l’open source se veut plus pragmatique (on cherche avant tout l’efficacité et l’excellence technique) et peut être associée au libertarianisme. Libre et open source se sont néanmoins progressivement rapprochés, les deux termes devenant pour beaucoup interchangeables, et la volonté d’effacer les divergences de vue, explicite[1].

Un positionnement qui fait toutefois réagir dans la communauté celles et ceux qui voient dans le Libre un mouvement social et une façon de lutter contre la mainmise des grandes entreprises sur le numérique. Depuis quelques années, ces dernières sont en effet devenues les premières contributrices du secteur open source[2] et leur implication est allée grandissante (avec pour point d’orgue le rachat de GitHub – plateforme de développement en ligne – par Microsoft en 2018). Si l’omniprésence des logiciels open source dans l’univers numérique est pour une partie de ses partisan.e.s un signe de la bonne santé du mouvement, d’autres s’accordent sur un constat d’échec et tentent de trouver des solutions à ce qu’ils et elles considèrent être un détournement de la finalité des logiciels libres.

La question de la non-discrimination des utilisateurs de logiciels libres est ainsi revenue dans les discussions entre libristes. Concernant d’abord l’exclusion de certains usages ou utilisateurs (les usages militaires ou les mairies d’extrême-droite en premier lieu), la discrimination a toujours été refusée par les institutions du Libre – la Free Software Foundation et l’Open Source Initiative. Le mouvement ethical source a donc mis à disposition des licences ouvertes contraignant leurs utilisateurs et utilisatrices à une utilisation « éthique » (non-violente, respectueuse des droits humains, etc.)[3]. Puis les licences à réciprocité, initialement portées par la P2P Foundation sous le nom CopyFair, sont venues proposer de conditionner les activités marchandes basées sur le code du logiciel à l’enrichissement de ce code. Une large gamme de licences, plus ou moins restrictives, tentent de répondre à la récupération de l’open source par les grandes entreprises du numérique et sont plus ou moins bien acceptées par les libristes. Le débat sur la remise en question des libertés associées au logiciel libre est donc lancé, et avec lui celui de la gouvernance de ces communs numériques[4].

Plus récemment, la levée de boucliers[5] à la suite de l’annonce du retour de Richard Stallman à la tête de la Free Software Foundation le 24 mars 2021 est venue fissurer un peu plus la communauté[6]. Les 2 et 4 avril, un forum ouvert se demandait d’ailleurs s’il fallait « en finir avec le Libre »[7].

Finalement, si de nouvelles problématiques ont poussé certain.e.s libristes, les plus militant.e.s, à défendre un internet libre et à dénoncer le contrôle et la surveillance des grandes entreprises du numérique, donnant naissance à un activisme numérique qui s’est politisé, le Libre reste associé à un militantisme réformiste, améliorant l’existant progressivement plutôt que visant à changer le système dans sa globalité, et techno-pragmatique (terme employé pour désigner des collectifs dans lesquels les moyens, technologiques, prennent le pas sur la fin[8]). Résolument technophile, le mouvement libre/open source ne laissait pas présager l’émergence d’une critique de la technologie en soi, si hésitante soit-elle. Et pourtant…

______________________________

[1] COLEMAN E. Gabriella. The Political Agnosticism of Free and Open Source Software and the Inadvertent Politics of Contrast, Anthropology Quarterly, Summer 2004, pp. 507-519.

[2] Voir par exemple LECERF, Gilles. Les GAFAM, champions de l’opensource ? Medium, 28 août 2018 ; HOFFA, Felipe. Who contributed the most to open source in 2017 and 2018? FreeCodeCamp, 27 octobre 2017 (mis à jour).

[3] Voir le site de l’Organization for Ethical Source

[4] GUILLAUD, Hubert. Regouverner (1/2) : la nouvelle ère des licences libres. InternetActu.net, 17 février 2021 ; Regouverner (2/2) : multiplier les outils d’une gouvernance distribuée Internet. Actu.net, 18 février 2021.

[5] Principalement pour ses propos sexistes et homophobes.

[6]  VAUGHAN-NICHOLS, Steven J. Return of Stallman to FSF sparks outrage among open-source and free software leaders. ZDNet, 24 mars 2021.

[7] https://dérivation.fr/evenement/forum-ouvert-faut-il-en-finir-avec-le-libre/

[8] GRANJON Fabien. Du pragmatisme et des technologies numériques. Hermès, La Revue, no. 73 (2015): 219–24. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search