Origines et contours du mouvement libre/open source (1/3)

Lucie Sztejnhorn

Master Société contemporaines (Sociologie, Politique, Culture), Université de Paris

 

 
Aujourd’hui, les logiciels libres/open source sont partout : les grands acteurs du numérique en sont les premiers contributeurs et en dépendent pour leur fonctionnement, nos téléphones Androïd reposent sur Linux… Ancrés dans nos univers numériques mais peu connus du grand public, les logiciels libres ont d’abord été pensés comme un moyen de lutter contre la propriété intellectuelle exclusive sur les logiciels (1/3). Depuis, le « Libre » s’est largement étendu et diversifié, et il s’appuie sur une communauté hétérogène (2/3) dont les divergences ont été mises en lumière par la controverse sur la 5G (3/3).
 
 

Pour comprendre le mouvement libre/open source, il faut d’abord revenir à ses origines dans la contre-culture hacker, dont il est considéré comme un sous-genre. Les fondements de cette contre-culture sont la libre circulation de l’information, l’autonomie grâce à la maîtrise de l’outil informatique, la passion du code pour le code (le moyen plutôt que la fin), un rejet des logiques consuméristes et la croyance que « les ordinateurs peuvent améliorer la vie »[1], les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) étant le moyen de réalisation d’une nouvelle utopie[2].

Concomitamment à la démocratisation d’Internet, la Déclaration d’indépendance du Cyberespace de 1996 de John Perry Barlow annonce alors l’avènement d’une « nouvelle civilisation de l’esprit » libérée des « gouvernements du monde industriel » :

“Governments of the Industrial World, you weary giants of flesh and steel, I come from Cyberspace, the new home of Mind. On behalf of the future, I ask you of the past to leave us alone. You are not welcome among us. You have no sovereignty where we gather. […] We will create a civilization of the Mind in Cyberspace. May it be more humane and fair than the world your governments have made before.” [3]

Issu de ce milieu hacker et étroitement lié aux laboratoires d’informatique du Massachussetts Institute of Technology (MIT), Richard Stallman voit progressivement décliner l’esprit collaboratif et ouvert de ses débuts au laboratoire[4]. La nouvelle économie du logiciel vient contraindre les pratiques, comme en témoigne la célèbre anecdote de l’imprimante Xerox qui aurait été l’élément déclencheur de la création du mouvement du logiciel libre : en 1980, rencontrant un problème technique avec une imprimante du MIT, Stallman souhaite en modifier le code et se rend compte qu’il ne dispose pas d’un accès au code source du programme. Les changements qu’il observe autour de lui – la montée des logiciels propriétaires, le départ de ses collègues pour de grandes entreprises – le poussent à lancer le projet GNU (GNU’s Not Unix), projet de création d’un nouveau système d’exploitation informatique, partant de zéro, et qu’il veut entièrement libre (ouvert).

Il fonde pour ce faire, l’année suivante, la Free Software Foundation (FSF) qui donnera son nom au mouvement. Celle-ci définit le logiciel libre par les quatre libertés conférées à ses utilisateurs :

  1. la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
    1. la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;
    2. la liberté de redistribuer des copies du programme ;
    3. la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

Richard Stallman théorisera le logiciel libre comme un mouvement social, ancré dans un collectif et reposant sur la liberté (des utilisateurs et des utilisatrices) et la coopération[5]. Pour empêcher GNU de devenir propriétaire, il crée, avec l’aide du juriste Eben Moglen, la General Public Licence imposant à toute personne modifiant le code une obligation de partage dans les mêmes conditions (ou copyleft).

Parallèlement, à partir de 1991, le projet de noyau Linux est lancé par Linus Torvald. Son appel à contribution rencontre un succès inespéré et le projet aboutit trois ans plus tard grâce à une communauté de développeurs et développeuses bénévoles à travers le monde. Le système GNU et le noyau Linux donnent alors naissance au système d’exploitation GNU/Linux (communément appelé Linux).

Le courant open source va émerger au milieu des années 90, s’appuyant sur le succès de Linux et le potentiel commercial du logiciel libre. Le terme « Free software » est alors considéré comme portant à confusion (entre liberté et gratuité) et le Manifeste GNU comme trop « socialiste » ou « idéologique »[6]. En 1998, en réaction, Bruce Perens et Eric Raymond fondent l’Open Source Initiative (équivalent de la FSF), dont les valeurs relèvent plutôt de l’efficacité et de l’excellence technique. Les licences open source accordent les mêmes libertés à ses utilisateurs et utilisatrices (sans toutefois aller jusqu’au copyleft évoqué plus haut).

Le terme « libre » a par ailleurs été repris pour désigner le mouvement « culture libre » (Free culture) qui vise à favoriser le partage des œuvres de l’esprit via, en premier lieu, les licences Creative Commons qui ont repris le principe du copyleft. Il a aussi donné son nom à Wikipédia – L’encyclopédie libre et au militantisme de l’Internet libre, qui défend la libre-circulation des informations, la neutralité du Net ou les libertés fondamentales sur Internet. La communauté du Libre peut ainsi désigner un écosystème bien plus large que le seul logiciel libre, allant même jusqu’aux biens matériels type open hardware (ou application du principe des licences libres à des brevets, c’est-à-dire aux plans de conception de biens matériels).

Aujourd’hui les partisan.e.s des logiciels libres et open source, les libristes, peuvent se retrouver autour du terme libre/open source (FOSS ou Free and Open Source Software en anglais), employer l’un des deux termes pour désigner la communauté dans son ensemble, ou encore se revendiquer de l’un ou l’autre de ces courants. En effet, derrière la pratique commune du code ouvert, on trouve des libristes animé.e.s de motivations, politiques ou non, très diverses…

_______________________________

[1] LEVY Stephen. Hackers, Heroes of the Computer Revolution. The Project Gutenberg EBook, 1984. Chapter 2 – The hacker ethics. [En ligne]

[2] TURNER Fred. From Counterculture to Cyberculture : Stewart Brand, the Whole Earth Network, and the Rise of Digital Utopianism, Chicago, Ill., University Of Chicago Press, 2006.

[3] BARLOW, John Perry. A Declaration of the Independence of Cyberspace. Davos, 1996.

[4] BROCA Sébastien. Utopie du logiciel libre. Du bricolage informatique à la réinvention sociale, Le Passager Clandestin, 2013, pp. 45-49

[5] STALLMAN Richard, GAY Joshua et LESSIG, Lawrence. Free Software, Free Society : Selected Essays of Richard M. Stallman, GNU Press, Free Software Foundation, 2002, p.57, pp. 158-165

[6] BROCA Sébastien. Utopie du logiciel libre, pp. 61-64


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search