La radicalité au cœur de l’actualité

Billel Aroufoune

Laboratoire IMSIC, Université de Toulon

 

On ne peut réduire la radicalité à un simple procédé rhétorique. Toutefois, tout laisse à penser que le sens de radicalité est une évidence dans notre société. À entendre les Verts se réclamer d’une radicalité pure, les Zemmouriens d’un extrémisme salvateur et les autres d’une sagesse radicale, l’on se perd facilement dans cette abondance du verbe : ici, c’est une technique de communication.

Reconnaître l’altérité, c’est accepter les principes d’un contrat en mouvement qui se renouvelle grâce à la communication. Ce cadre rend peut-être possible la confiance en l’autre. Mais quand les incompréhensions dépassent un certain seuil, la méfiance conduit parfois à un geste brutal. L’un refuse la différence, pendant que l’autre le voit basculer vers la radicalité. Albert Camus nous le montre dans L’homme révolté (1951) avec l’égarement, la démesure et la déraison de celui qui tente de s’identifier à l’autre. L’homme radical est, lui aussi, celui qui veut tout ou rien. Ne rencontrons-nous pas de plus en plus la radicalité ? Ne sommes-nous pas face à une banalisation du radical et de ce qui l’anime ? Mais qu’est-ce donc qu’être radical ?

Revenons à sa polysémie. L’étymon de radicalité est radix, du latin radicalis « qui tient à la racine, premier, fondamental » (TLF). Karl Marx (1844) écrivait que « la racine, pour l’homme, c’est l’homme lui-même ». Mais à quel moment cet homme fait-il la rencontre de l’opinion de l’autre ? Le radical, pourrait-on dire, dans un tout autre registre, est celui qui trouve du sens à son existence grâce à une forme de violence envers cet autre. La violence peut être physique, verbale ou symbolique comme celle des partis d’extrême droite ou d’extrême gauche, qui utilisent dans leur communication une rhétorique particulièrement « radicale ». Les actions violentes, elles, commencent avec la peur de l’autre et vont plus radicalement jusqu’au terrorisme global. Mais à l’envers de la violence, la radicalité serait salutaire. Pour certaines communautés religieuses, la radicalité serait « le chemin et la vérité », seul lien qui maintient la confiance en soi et à l’autre.

On ne peut dire aux Français d’adhérer totalement ou de rejeter en bloc. L’injonction est dangereuse. Il ne manquerait plus que d’affirmer une « libanisation[1] » de notre société !

Si le sujet n’est pas la radicalité, la radicalité devient le sujet

Intéressons-nous maintenant à un exemple d’usage de la radicalité par un expert dans les médias. La littérature scientifique est assez riche de travaux pour qu’un politologue lance d’un jet de pierre, au micro d’une radio de service public, que « la radicalité n’est pas un concept [mais] un outil de communication »[2]. Clément Viktorovitch est spécialiste de l’analyse de discours et de rhétorique. Seulement, la rhétorique est l’art de convaincre et de bien parler. Or celui qui analyse les discours politiques ne doit pas tomber dans les méandres des figures de styles et surtout pas dans le terrain miné de la typologie aristotélicienne du discours : car l’alliage des trois registres, ethos, pathos et logos, doit se faire de manière raisonnable au risque de succomber à la stratégie de manipulation la plus sollicitée dans le discours politicien, c’est-à-dire le pathos.

Loin de nous l’idée d’incomber au politologue le rôle qu’il n’a pas. Cependant, si les scientifiques se mettaient à suivre les journalistes et les éditorialistes dans la vulgarisation du mot « radicalité », alors nous ne devons pas être surpris du glissement sémantique voire de la confiscation de ce concept. Par ailleurs, dans sa chronique, Viktorovitch a raison de dire qu’il serait difficile de définir la radicalité. N’est-ce pas le propre d’un concept qui voyage entre les disciplines ? Par exemple, en sociologie on parle de radicalisation, ce processus qui mène l’humain à l’usage de la violence. En science politique, dira-t-on, c’est l’identité idéologique de l’acteur sociopolitique ou le radicalisme de ses postions. En sciences du langage, par radical on désigne la racine d’un mot. Enfin, l’économie radicale est la vision dite de l’école de pensée « gauchiste ».

Quand on travaille sur la radicalité en communication, sur les moments de ruptures, de dissonances et de déni, on ne peut que prendre en compte la pluridisciplinarité. Dans notre recherche doctorale, en cours de finalisation, nous définissons le triangle de la radicalité. Soit la négation de l’altérité donc le rejet de l’autre ; le retour aux sources ou à une forme d’identité immuable ; la manipulation de jugement et l’altération de l’opinion.

Pour ne pas conclure, la radicalité ne peut pas être réduite à un simple mode de communication. À l’instar d’autres concepts qui relèvent des sciences de l’homme et de la société, la radicalité ne demande qu’à être interrogée davantage comme phénomène social que comme un éphémère événement politique.

Pour aller plus loin

Appadurai, A. (2009). Géographie de la colère. La violence à l’âge de la globalisation. Payot.

Charaudeau, P. (2017). Le débat public, entre controverse et polémique : Enjeu de vérité, enjeu de pouvoir. Lambert-Lucas.

Mondzain, M-J. (2017). Confiscation. Des mots, des images et du temps. Les Liens qui Libèrent.

 

[1] Lors du débat télévisuel le 23 septembre 2021 sur BFM TV, qui a opposé deux figures politico-médiatiques, Mélenchon et Zemmour, le polémiste d’extrême droite s’était inquiété d’une libanisation de la société française.  « Si on continue comme cela, en 2050 la France sera un Liban en grand », soutient-il. Il serait intéressant d’analyser l’argumentation de Zemmour et sa visée discursive, d’autant que sa posture d’énonciateur n’est pas claire : est-ce en tant que candidat à la prochaine présidentielle qu’il s’exprime ? En tant qu’éditorialiste, polémiste ou écrivain ?

 

[2] « Entre les lignes », chronique du 27 septembre 2021, podcastable sur : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/entre-les-lignes/election-presidentielle-2022-le-temps-est-il-a-la-radicalite_4769507.html.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search