Les livres invisibles

Pascal Robert[1]

 

L’immense majorité des livres universitaires (de sciences sociales) ne sont pas[2] présents sur les étals des librairies. Le livre universitaire ne se vend pas, paraît-il. Mais comment pourrait-il se vendre si on ne le voit pas ? Cercle vicieux. Il reste les essais, d’essayistes ou, également, d’universitaires. Autant dire que l’essentiel des livres et donc de la connaissance, fine, rigoureuse, précise, produite par les universitaires français est confiné à un cercle restreint, celui de l’entre-soi.

 

Vulgariser pour être lu?

Certains vont répliquer qu’il faut, alors, écrire autrement. Faire de la vulgarisation. Pourquoi pas, mais cela ne change rien au fond de l’affaire. Car que vulgarise-t-on si l’on n’a pas d’abord produit et vendu le savoir scientifique ? Un universitaire a-t-il le temps, lui donne-t-on le temps, de pouvoir écrire un livre de vulgarisation à partir de ses travaux ? Cela ne se fait-il pas inévitablement au détriment de ses recherches (dès lors que la part du pédagogique et que celle de l’administratif, de plus en plus lourd, sont incompressibles) ?

D’autres pensent que les livres ne sont plus réellement utiles, dépassés aujourd’hui. Faites seulement des articles publiés dans des revues à comité de lecture ou des projets ANR[3]. Là serait la science et non dans les livres. Là est, en fait, la norme d’une science moyenne, ce qui est autre chose. Mais l’innovation intellectuelle, conceptuelle ? Elle est, quoi qu’on en dise, encore dans les livres et heureusement d’ailleurs.

 

Les «impenseurs»

Alors il faut bien les conserver ces diables de livres. D’ailleurs, à regarder ce qui se passe aux États-Unis, par exemple, on constate qu’il existe là-bas encore un véritable marché du livre universitaire. De vrais livres universitaires, bien mieux édités que les nôtres[4]. Des livres dont on parle dans la presse. Ce qui n’est pas le cas en France, ou si peu, si marginalement et toujours à propos des mêmes auteurs, connus parfois depuis trente ou cinquante ans. Ou alors, et l’on en revient à ce que je soulignais au début, il s’agit d’essais et l’on confond dès lors volontiers innovation et essai. Un style plus ou moins amphigourique en lieu et place d’un style rigoureux ; un discours plus ou moins philosophique et non de sciences sociales, trop précises, moins « sexy » ; des textes qui substituent des mots qui brillent à de véritables concepts et on obtient ce que j’ai appelé des impenseurs[5].

Ils prennent progressivement le pouvoir. On les lit, on en parle. Mais pas des autres. Et c’est la connaissance et le savoir qui se retrouvent distordus, courbés, floués. On confond alors la pseudo-réflexion, le pseudo-savoir avec le vrai, celui qui prend du temps pour être élaboré et pour être lu. Généralisation de la loi de Gresham : la mauvaise monnaie chasse la bonne, disait-il au 16e siècle. Aujourd’hui, le mauvais savoir, la pseudo-connaissance, chasse la bonne. La bonne monnaie était invisible, thésaurisée, valeur refuge. Aujourd’hui, le vrai savoir est tout aussi invisible, mais il n’est pas véritablement thésaurisé, plutôt caché, oublié.

 

Lecteurs et libraires

Destin paradoxal des livres universitaires dans une société qui n’a jamais eu tant de bac + 5, jamais eu tant de gens ayant fait des études supérieures capables, peut-on supposer, de lire ces livres un peu plus difficiles, mais combien plus enrichissants intellectuellement que les ersatz que l’on retrouve dans les librairies. Les libraires eux-mêmes n’y peuvent pas grand-chose, victimes qu’ils sont du nécessaire turn-over des livres qui se poussent les uns les autres. Les bibliothèques, de leur côté, si elles accueillent ces livres, c’est qu’elles sont elles-mêmes des Bibliothèques Universitaires. Enfin, la visibilité sur internet n’est liée qu’à des réseaux eux-mêmes fermés. Pour finir, disons-le, la France n’aime pas vraiment son enseignement supérieur ni ses universitaires[6]. On n’en parle jamais ou si peu dans les médias, à la différence des enseignants du secondaire et de l’école. Alors, pourquoi faire l’effort de les lire ? 

C’est à se demander si, dans le couple mobilisé par Foucault, savoir-pouvoir, le vrai savoir n’est pas en train de perdre un terrain considérable et peut-être même la partie. Le savoir sérieux, manifestement (en tout cas en France), n’est plus un pouvoir. Il est marginalisé, peut-être parce qu’il gêne, lorsqu’il relève des sciences sociales ou bien il est manipulé par les politiques, comme la médecine avec la crise de la Covid ou l’IA comme baguette magique de résolution de tous nos problèmes… Ce sont les pseudo-savoirs du management et des outils numériques qui dominent désormais[7], qui envahissent l’État et chassent les véritables savoirs. Savoir n’est plus pouvoir donc. Nos livres resteront invisibles.

 

[1] Pascal Robert est professeur des universités à l’Enssib, il s’exprime ici à titre personnel.

[2] Ne sont pas ou ne sont plus… il me semble, mais il y faudrait une enquête précise, que lorsque j’étais étudiant on trouvait de véritables livres universitaires dans des librairies. Les librairies généralistes assument de moins ne moins ce statut et les librairies universitaires disparaissent progressivement (à Paris, Aix-en-Provence, etc.).

[3] L’Agence nationale de la recherche devient le principal guichet de financement de la recherche au niveau national. Elle impose, de facto, un modèle « industriel » de la recherche, à la fois bureaucratique par ses procédures et libérale par la concurrence qu’il induit.

[4] Bien plus soignés et originaux dans leur design et plus complets — index, notes de bas de pages, bibliographie notamment.

[5] Cf. la conclusion de Robert, Pascal, L’impensé numérique, Tome 2, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2020.

[6] Il suffit, pour en prendre pleinement conscience, de regarder la chaîne Arte : la différence dans la manière de présenter les universitaires allemands et français est patente, les titres (Doctor-Professor) et la fonction (discipline + université), d’un côté, le nom seul de l’autre et la fonction (historien, sociologue). Par ailleurs, il est somme toute plutôt rare que l’État fasse appel aux compétences des universitaires, c’est bien pourquoi chaque ministère a ses propres services d’études (littérature grise et non scientifique).

[7] L’impensé numérique T2, op cit ou De Gaulejac, V. et Hanique, F., Le capitalisme paradoxant, Paris, Seuil, 2015.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search