L’inclusion et les quatre dimensions des espaces créatifs

Fabio Josgriberg[1]

 

Le potentiel créatif d’un espace, sa capacité à s’autoproduire[2], dépend des flux de communication, des techniques, des paysages et des temporalités.

 

Flux de communication

Les moments et les espaces historiquement reconnus comme créatifs dans l’histoire ont en commun l’intensification des flux de communication. C’était le cas à la Renaissance, dans le mouvement aux cafés du 19e siècle ou encore dans l’agora grecque. Plus récemment, les pôles d’innovation se distinguent par le fait qu’ils rassemblent différents acteurs, issus de la science et de l’entrepreneuriat, dans différentes parties du monde.

La diversité des acteurs, qu’il s’agisse du genre, de l’ethnie, de l’âge, des cultures, des expériences, des compétences ou autres, ne deviendra efficace que si elle est inclusive, s’il y a communication. Une plus grande intensité de la communication favorise la diversité du regard, une criticité pour la perception de la différence et, par conséquent, donne aux espaces une plus grande capacité à s’adapter aux changements dans l’environnement. À part les exemples historiques déjà donnés, on peut aussi faire référence à des écosystèmes urbains d’innovation tels que le cas de la petite ville de Boulder au Colorado, aux États-Unis, un cas de succès international d’intégration entre les entrepreneurs, universités e communauté — on parle même de la Boulder Thesis.

 

Paysages

Les objets qui composent un paysage, qu’ils soient naturels ou artificiels, sont accessibles aux actions humaines. Cependant, ils dirigent également les actions, sont des produits et des producteurs de relations existantes dans l’espace, selon la théorie de Milton Santos[3]. Ainsi, le paysage peut favoriser ou inhiber les flux de communication, les rencontres ou les incompatibilités. Il peut également favoriser la collaboration ou protéger l’individualité, toutes deux nécessaires aux processus créatifs.

Les expériences à travers différents paysages favorisent de multiples perceptions et la production de significations. Parfois, le travail collectif bénéficie de différentes inspirations dans les espaces ouverts. La dynamique des espaces créatifs peut être perçue dans les bureaux ouverts, qui favorisent l’interaction entre les professionnels, comme c’est le cas du campus Google par exemple. À d’autres moments, il est essentiel d’assurer des espaces individuels de concentration, comme les bibliothèques.

Une fois de plus, la diversité, cette fois du paysage, influence les processus créatifs.

 

Temporalités

La temporalité est une interprétation particulière du temps. La diversité des différentes temporalités a une relation directe avec les processus créatifs.

Le potentiel créatif de chaque être humain est immense et peut être limité au fil du temps, comme le montrent les recherches de Beth Jarman et Georg Land[4], qui ont suivi 1 200 enfants pendant dix ans et ont ensuite fait passer des tests de créativité à 200 000 adultes. Jarman et Land ont conclu que, à l’âge de 5 ans, 98 % des enfants ont achevé le niveau le plus élevé de créativité dans l’échelle établie, chiffre qui tombe à seulement 2 % à l’âge de 31 ans.

La limitation ou non de la créativité est une décision politique de la société. Tout au long de la vie, lorsqu’ils sont correctement stimulés, différents modes créatifs se développent. L’économiste David W. Galenson[5], qui a étudié les sommets créatifs des maîtres des arts, de la littérature et des prix Nobel, a identifié deux types de créativité, soit conceptuelle soit expérimentale. Dans la fureur de la jeunesse, à l’âge de 26 ans, Pablo Picasso, un créatif conceptuel, enfreint toutes les règles avec le cubisme. Cézanne, un créatif expérimental, termine son chef-d’œuvre à l’âge de 67 ans : Les grandes baigneuses. En bref, les jeunes exercent leur créativité chargée de moins de règles, mais à un âge plus avancé il y a une sagesse qui permet de relier les points d’une vie pleine d’expériences.

Toujours sur les temporalités, souvent le moment de l’idée n’est pas le moment de son succès. C’est le cas des grands maîtres à reconnaissance tardive : Gauguin, Van Gogh ou Walter Benjamin, par exemple. Certaines idées naissent tout simplement hors de leur temps.

 

Techniques

Chaque processus créatif, dans une certaine mesure, jouit de la liberté d’association de sens différents ancrés dans le potentiel perceptif du corps (toucher, odorat, vision, ouïe, goût). Le corps unifie les sens en connaissances créatives. Cependant, pour se matérialiser dans un texte, une œuvre d’art, une musique, un produit ou un processus innovant, l’intuition créative nécessite de mettre en marche différentes techniques.

D’une certaine manière, l’enfant ou l’adulte, pour donner vie à une intuition créative, agit de manière plus ou moins systématisée sur les objets naturels et artificiels pour en faire émerger matériellement l’idée en potentiel. En science ou en art, par exemple, le processus créatif qui profite d’un certain chaos initial se concrétise par la discipline et la méthode.

Le fait est que les techniques peuvent être limitatives (la « malédiction » du paradigme qui ne répond pas aux questions plus actuelles). D’où la nécessité d’aller plus loin, non pas pour devenir otage, mais pour vérifier les limites et découvrir les possibilités des différentes techniques.

 

Et finalement…

Le potentiel des processus créatifs réside dans la diversité des flux de communication, des paysages, des temporalités et des techniques. Mais la diversité ne suffit pas. Il est possible de reconnaître ce qui est différent. Le défi consiste à inclure, c’est-à-dire à faire fonctionner la diversité, en faveur de la créativité, comme me l’a dit un jour une de mes étudiantes de Communication, Renata Juliotti.


Quelques définitions

Un espace créatif se caractérise par sa capacité d’absorption d’information et l’autopoïèse (soit la capacité à s’autoproduire dans la relation avec l’environnement). Par exemple, une organisation peut être plus ou moins innovatrice selon sa capacité d’absorber les informations de son environnement, qui est en constante mutation, et créer de nouvelles solutions de valeur sociale.

Le concept d’espace est pris comme un ensemble inséparable de systèmes d’objets et de systèmes d’actions, selon le géographe brésilien Milton Santos. Par technique on comprend un ensemble de moyens instrumentaux et sociaux avec lesquels l’être humain transforme et crée son monde. Par exemple, la transformation numérique est composée des instruments matériels tels que les hardwares, mais aussi des pratiques sociales de communication.

La capacité d’absorption est directement liée à la complexité de l’espace, à son organisation systémique, résultat des divers flux de communication. Ici, la communication, sans être réduite à un modèle mathématique informationnel, émerge comme une différence à travers des processus qui garantissent la relation permanente entre les éléments vivants et non vivants de l’espace. Par exemple, l’internet, en tant qu’objet technique, est à la fois créateur et créature de la dynamique de l’espace.

 

[1] Fabio Josgriberg est journaliste, professeur et chercheur à l’Universidade Metodista de São Paulo/Chaire UNESCO en communication pour le développement régional.

[2] Voir les définitions en fin de texte.

[3] Santos, M., A natureza do espaço: Técnica e tempo. Razão e emoção, São Paulo : EDUSP, 2002.

[4] Land, G. et Jarman, B., Breakpoint and Beyond: Mastering the Future Today, Scottsdale: Leadership 2000 Inc, 1998.

[5] Galeson, D.W., Old masters and young geniuses: the two life cycles of artistic creativity, Journal of Applied Economics, vol. 12, n° 1, p. 1-9.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search