Covid-19 : la médiation scientifique et la démocratie

Dans cette série, Hermès témoigne des dysfonctionnements politiques et communicationnels révélés ou accentués par la pandémie de Covid-19 dans le monde.

 

Elsa Bansard[1] et Anne-Coralie Bonnaire[2]

 

Depuis mars 2020, la Covid-19 est dans tous les domaines de nos vies, dans tous les discours, tous les médias. Elle régit le travail, la vie politique, la relation aux autres. Le 2 février 2020, l’OMS créait le mot-valise « infodémie », drôle de mot assurément. Il désigne la vague d’informations fausses ou trompeuses véhiculées sur les réseaux sociaux et les moteurs de recherche au sujet d’une épidémie.

 

L’infodémie

« Infodémie » compare la propagation d’un virus avec la propagation de quantités d’informations erronées, toujours de plus en plus et partout. D’ailleurs, on constate un lien antérieur à la Covid-19 entre l’adhésion à des théories complotistes et des opinions d’extrême-droite diffusées sur les réseaux sociaux (Thimm, 2018), théories qui culminent, en 2020, dans la diffusion du film documentaire Hold-Up — collectivement financé, puis diffusé notamment grâce aux réseaux sociaux. L’audience et les théories de ce film remettent en cause, entre autres choses, les vaccins et le consensus scientifique, ce qui s’avère symptomatique du rapport les sciences et la société en 2020. La médiation scientifique se situe en effet au croisement des liens entre les sciences et les médias, et entre les médias et les citoyens. La philosophie politique (dont la communication politique) a affronté à de multiples reprises la question des liens entre les citoyens et les sciences[3].

Interroger les critères qui distinguent le savoir d’une illusion est aussi vieux que la naissance des disciplines scientifiques. Or, de ce point de vue, la pandémie de Covid-19 est un enjeu de connaissance, qui place l’espèce humaine face à un défi épistémique : les scientifiques doivent construire des savoirs nouveaux sur un virus nouveau, et les citoyens doivent comprendre les méthodes et critères scientifiques afin d’eux-mêmes discerner le vrai du faux.

En 2020, l’urgence de la question est activée par un double constat : une information se propage d’autant plus vite sur les réseaux sociaux qu’elle est fausse, et les citoyens croient d’autant plus une affirmation qu’elle est quantitativement présente sur la toile (CSA Nov. 2020). Au cœur même de la pandémie, le complotisme et l’ultracrépidarianisme marquent une rupture entre les sciences et les citoyens (Klein 2020). Le contexte actuel invite à interroger la « médiation scientifique » pour comprendre l’infodémie et ses conséquences politiques sur la croyance en l’affirmation et l’expertise scientifiques.

Afin d’entrer dans l’arène de ce combat inégal et asymétrique, nous souhaitons ici réfléchir sur la notion de « médiation scientifique », c’est-à-dire sur la manière dont les médias — dits « traditionnels » ou « sociaux » — relayent l’information scientifique lors de la crise sanitaire. En effet, 80 % des contenus des chaînes d’information en continu en mars 2020 sont dédiés à la Covid-19, et une dépêche de l’AFP sur deux, pendant la période du premier confinement (Hervé 2020). On constate une surprésence du thème, qui réagit très probablement à l’urgence de la situation et à l’insatiable besoin de s’informer et d’être informé au sujet de ce phénomène nouveau et incompréhensible. D’ailleurs on note une demande de la part des journalistes d’information au sujet de ce phénomène à la fois médical et très vite social (Posetti, Bell et Brown 2020).

 

Les outils de la médiation scientifique

Lien entre les sciences et les citoyens, la médiation scientifique est une condition sine qua non de la démocratie, condition pour une expression citoyenne et politique informée, la condition d’échanges constructifs et raisonnés, condition de décisions documentées et partagées. Comme le rappelle Riss dans un éditorial de Charlie Hebdo intitulé « Non à la sciençophobie », les sociétés modernes deviennent modernes et démocratiques en ceci qu’elles se débarrassent de croyances et de l’obscurantisme pour faire face à la raison et à la parole de chacun dans l’espace public — à la médiation entre les chercheurs qui éclairent de leurs savoirs et les citoyens, qui deviennent ainsi sujets non plus du Roi et de l’Ancien Régime, mais sujets de leurs vies et actants à part entière (Riss, 2020).

Or, toute médiation pose la question du médium. Autrement dit : comment penser le rôle et les outils des médias ? Ceux-ci jouent un rôle primordial dans la construction démocratique et ses liens avec la liberté d’expression et tiennent un tout premier rôle dans le contexte de service public, de même que dans la pluralité des opinions. Néanmoins, le rôle de co-construction de sens dans le domaine scientifique n’est pas évalué dans le contexte médiatique : on y parle plutôt de médiation culturelle, de médiation familiale ou sociale. D’ailleurs l’apprentissage de l’usage des médias, de la vérification des sources par exemple, est de plus en plus nécessaire dans le contexte des réseaux sociaux numériques ; or ce champ de recherche à part entière dans d’autres cultures académiques que la France, par exemple en Allemagne où on parle de Medienpädagogik (pédagogie des médias), reste peu exploré, ou alors il est traité en sociologie, en sciences de l’éducation[4], en humanités numériques, alors qu’il serait tout à fait possible d’imaginer ne serait-ce que des cursus dédiés[5] à l’usage pédagogique des médias et à leur rôle de médiateur scientifique au sens de diffusion de l’information scientifique. L’urgence de repenser le positionnement des médias dans la diffusion et surtout l’explication des recherches scientifiques, en lien avec la progression de la pandémie de Covid-19 et surtout des mesures pour en contenir la diffusion, doit être soulignée, et le rôle d’« expert » scientifique repensé.

La médiation scientifique pourrait être désignée en tant que Pharmakon. Il s’agit d’un terme grec qui se traduit par poison ou par remède. Derrida l’analysait en soulignant que son ambiguïté était essentielle et qu’en aucune circonstance une chose qualifiée de Pharmakon ne pouvait être uniquement bénéfique ou uniquement nuisible, elle participe toujours des deux et ce sont les usages qui déterminent son penchant (Derrida 1972). Autrement dit, si nous devons aujourd’hui constater la difficulté dans laquelle se trouve la médiation scientifique, ce sont bel et bien nos usages qui sont en question. L’urgence de la repenser et de la réinvestir est d’autant plus forte que nous devons nous prémunir contre le troisième sens du Pharmakon, celui de bouc émissaire.

 

[1] MSH-Paris-Saclay, CNRS USR 3683 et Chaire de Philosophie à l’hôpital.

[2] MSH-Paris-Saclay, CNRS USR-3683 / Université de Lille, GERiiCO.

[3] Les exemples les plus fameux et les plus abondamment mobilisés dans la presse depuis le début de l’épidémie de Covid-19 étant sans doute les théories de Max Weber, Jürgen Habermas ou encore Bruno Latour.

[4] Un master MEEF « Éducation aux médias et à l’information » est proposé à l’Université de Toulouse Jean Jaurès.

[5] Depuis la rentrée 2021, il existe un cursus « Éducation aux médias et à l’Information » piloté à l’ESJ (Lille) et l’ENS Paris-Saclay en formation continue.


Références bibliographiques

CSA, La propagation des fausses informations sur les réseaux sociaux, Paris, Les Collections du CSA, Nov. 2020.

Derrida, J., La pharmacie de Platon, repris de la dissémination, Paris, Seuil, 1972.

Hervé, N., « Coronavirus — Étude de l’intensité médiatique (working paper) », INA, 2020.

Klein, E., Le Goût du Vrai, Paris, Gallimard, coll. « Tracts », 2020.

Posetti, J., Bell, E. et Brown, P., «Journalism and the Pandemic: A Global snapshot of impacts», International Center For Journalists.

Riss, « Non à la sciençophobie », Charlie Hebdo, 24/11/2020.

Thimm, C., « Digitale Partizipation – Das Netz als Arena des Politischen? Neue Möglichkeiten politischer Beteiligung im Internet », in A., Krotz, F., Rath, M., Roth-Ebner, C. Kalina (dir.), Mediatisierte Gesellschaften: Medienkommunikation und Sozialwelten im Wandel, Baden-Baden: Nomos Verlagsgesellschaft, 2018, p. 161-180.


La série « Covid, politique et communication »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search