Les outils de la diplomatie française au Liban

Roula Zoubian[1]

L’influence culturelle de la France au Liban demeure, dans la troisième décennie du 21e siècle, un sujet d’actualité. Entretenant avec ce pays des relations bilatérales diversifiées et anciennes, la France y développe son influence culturelle par le biais des actions de diplomatie publique. La tâche est assumée par divers acteurs, comme l’ambassade et l’Institut français.

Observée comme un processus de communication gouvernementale avec un public étranger, la diplomatie publique française est confrontée à la concurrence avec d’autres acteurs internationaux qui mettent en place, eux aussi, leurs propres politiques communicationnelles au Liban. C’est pourquoi la question qui se pose est de savoir par quels moyens la diplomatie publique française parvient à maintenir le rayonnement culturel de la France dans ce pays ? Rappelons que le Liban est soumis à d’autres influences culturelles, principalement la propagation de l’anglais.

La politique communicationnelle française repose sur une gamme diversifiée d’outils.

Les outils traditionnels

La coopération et les partenariats bilatéraux franco-libanais sur les plans éducatif, universitaire, linguistique, culturel et médiatique ; la communication événementielle, les mécénats, la publicité, les relations presse, les discours et les allocutions, le marketing direct.

Par exemple, la France est le premier partenaire universitaire du Liban avec 500 partenariats universitaires bilatéraux, de même que 90 % des thèses libanaises en cotutelle sont réalisées en partenariat avec des universités françaises, surtout au niveau doctoral.

L’organisation du Salon du livre francophone est l’exemple le plus manifeste de cette interaction culturelle entre la France et le Liban. Vecteur de la francophonie au Liban, cet événement offre un lieu d’échange et de communication pluridisciplinaire, un lieu de convivialité, de partage, de dialogue et de rapprochement des esprits. Lors de sa dernière édition en 2018, il a rassemblé près de 80 000 visiteurs dont 20 000 scolaires et étudiants (l’organisation du Salon du livre francophone est suspendue depuis 2019 dans le sillage de la crise libanaise et la crise de Covid-19). Un autre exemple est utile pour illustrer l’aspect vital de la politique communicationnelle française au Liban. Il s’agit de l’organisation, depuis janvier 2016, d’un événement intitulé la Nuit des idées, qui rassemble les jeunes libanais pour échanger et dialoguer.

Les outils numériques

Il s’agit ici de faire un état de l’usage de la diplomatie digitale dans une perspective visant à donner de la visibilité aux actions de diplomatie publique française, et à renforcer la communication avec le public libanais.

L’ambassade de France à Beyrouth et l’Institut français s’emparent alors de plus en plus du numérique dans toutes ses formes surtout des réseaux sociaux comme Facebook, Instagram et Twitter. Des vidéos sont souvent diffusées à l’occasion, par exemple, du lancement des projets destinés à promouvoir l’enseignement et l’éducation francophones, etc. Par ailleurs, certaines annonces sont utiles pour propager les valeurs humaines et les principes universels de la France. Il s’agit par exemple des tweets diffusés à l’occasion de la Journée internationale de la jeunesse (JIJ), le 19 juin 2019 : « Donnez le meilleur de vous-mêmes ! », ou de la Journée mondiale contre l’homophobie, la biphobie et transphobie (17 juin 2019) : « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Qui que vous soyez et qui que vous aimiez, la justice et la protection doivent s’appliquer à tous ».

L’observation des faits montre que ces outils contribuent à atteindre différents objectifs :

  • la création des relations d’amitié avec des acteurs sociaux et des jeunes libanais ;
  • la sauvegarde de la fidélité du public libanais francophone ;
  • le renforcement de l’attractivité de l’environnement francophone de manière à protéger la culture et la langue française face à l’anglais ;
  • la diffusion des valeurs humanistes et des principes universels comme la diversité culturelle, le plurilinguisme, le vivre-ensemble, le dialogue, la paix ou la cohabitation politique pacifique, le respect et la compréhension de l’autre, les échanges ;
  • l’accentuation de l’attractivité académique et professionnelle de l’enseignement francophone. Ici, nous constatons une capacité à susciter l’intérêt d’un large public, même non francophone. Même si ce phénomène est en cours de développement et mérite davantage d’observation.

En conclusion, la politique communicationnelle française observée est cohérente et ciblée. Il s’agit d’une diplomatie publique active. Elle parvient, même avec des capacités budgétaires modestes, à la construction d’une image culturelle diversifiée de la France au Liban et à maintenir une certaine influence culturelle française au Liban. Une influence qui peut être menacée par l’effondrement de ce pays…

 

La question a fait l’objet d’un mémoire d’étude de Master 2 professionnel[2], en Science de la communication d’entreprise, à la Faculté d’information de l’Université libanaise, soutenu en juillet 2021. L’étude du corpus a été effectuée bien avant l’effondrement économique et social qui frappe le pays depuis fin 2019. Pour mener le travail de recherche à son terme, il était utile d’analyser les mécanismes de la construction de l’image culturelle de la France.

[1] Roula Zoubian, étudiante en Science de la communication d’entreprise, à la Faculté d’information de l’Université libanaise.

[2] Sous la direction de l’enseignant de Diplomatie contemporaine, Nabil el Khoury, assistant-professeur à l’Université libanaise et à l’Université Antonine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search