Les manifs contre le pass sanitaire : quatre leçons de communication politique

Éric Dacheux[1]

 

Les manifs du samedi 24 juillet ont rassemblé plusieurs milliers de personnes dans toute la France. Si tous les manifestants ont repris le même slogan (Le pass sanitaire ? On n’en veut pas !), les discussions dans le cortège et les pancartes affichées indiquaient que les raisons de le reprendre étaient très diverses : pour la vaccination mais contre le pass, contre la vaccination obligatoire pour tous, pour le respect de la liberté des soignants, contre le pass pour les patients, pour en finir avec la conception monarchique de la démocratie incarnée par Macron, etc. Derrière une même protestation se cache des raisons différentes de protester car, il y a, effectivement, plusieurs bonnes raisons de contester les décisions gouvernementales. Les manifestations ne sont pas uniquement des moyens d’exprimer collectivement des émotions (ici la colère) ce sont aussi, pleinement, des exercices démocratiques qui visent à revendiquer de valeurs fondées rationnellement. La rationalité démocratique est plurielle mais tout aussi fondée que la rationalité sanitaire, c’est la première leçon.

 

La seconde est qu’un problème mal posé ne peut pas déboucher sur des solutions adaptées. La question n’est pas comment éviter la propagation du virus parmi la population, mais comment redonner à l’hôpital public les moyens d’absorber la catastrophe sanitaire (et celles qui ne manqueront pas de suivre) ? Il ne s’agit pas de proposer, d’en haut, des arbitrages contestables entre libertés individuelles et santé collective sous contrainte d’un hôpital public soumis aux impératifs de la bonne gestion économique ; tout au contraire, il s’agit de conjuguer libertés collectives et santé individuelle en favorisant la co-construction d’une politique publique de santé redonnant toute sa place aux missions d’intérêt général de l’hôpital.

 

La troisième leçon de communication politique porte sur la notion d’espace public. Cet espace de médiation où se confrontent des discours contradictoires pour que se forme une opinion publique éclairée, n’est pas, comme on le dit trop souvent, uniquement un espace médiatique. Encore moins un espace médiatique qui se virtualise sous l’effet des réseaux sociaux numériques. Il ne faut pas confondre espace public créant une culture politique commune ouverte à tous et espace de libre expression renforçant les communautés de personnes partageant les mêmes idées. L’espace public est un espace d’engagement où l’on met en jeu son intégrité physique, ce n’est pas un espace virtuel où l’on s’abrite derrière une identité numérique. Le printemps arabe et le mouvement des Gilets jaunes l’avaient montré, les défilés du week-end l’ont confirmé : rues, ronds-points et places publiques font partie intégrante de l’espace public contemporain.

 

La quatrième leçon, plus nouvelle et surprenante que les précédentes, est un paradoxe : pour être entendu, il faut se taire. Le moyen d’attirer l’attention des élites n’est pas de manifester bruyamment son désaccord, mais de rester chez soi en refusant d’exprimer son vote. Manifester, c’est être visible dans l’espace public, mais cette visibilité même se paie au prix fort : la délégitimation. On l’a vu pour les Gilets jaunes, on le revoie encore, la stratégie gouvernementale ne consiste pas à écouter ce que disent ceux qui protestent mais à les dévaloriser aux yeux de l’opinion publique. L’argumentation est simple, voire simpliste : il est irresponsable d’aller à l’encontre des décisions des responsables. À l’inverse, l’abstention des citoyens pousse, comme on l’a vu au soir des dernières élections, nos élites à réagir. Elle représente, en effet, une menace d’autant plus inquiétante qu’elle est silencieuse. Cependant, cette menace muette présente un avantage aux yeux des gouvernants : ils peuvent — sans risquer d’être contredit — affirmer qu’ils ont entendu le message, alors même que, par définition, ils ne peuvent pas comprendre ce qui reste tu.

Dès lors, c’est toute la communication politique entre les gouvernants et les gouvernés qui devient pathologique : ceux qui se font entendre sont visibles mais pas audibles, ceux qui se taisent sont entendus, mais pas compris.

 

[1] Éric Dacheux est professeur à l’Université Clermont Auvergne. Son dernier livre Défaire le capitalisme refaire la démocratie : les enjeux du délibéralisme  (co écrit avec D. Goujon) est paru en 2020 aux éditions Ères.

 

La série « Covid, politique et communication »

Covid et crise alimentaire : l’inversion des priorités, Reinaldo Canto

Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19, Guy Maruani

Les manifs contre le pass sanitaire : quatre leçons de communication politique, Eric Dacheux


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search