[Appel à contribution] Marcher d’un pas de côté[1]

Coordinateurs du numéro : Vincent LIQUETE (vincent.liquete@u-bordeaux.fr) et David LE BRETON (david.le.breton@unistra.fr)

Superviseur : Thierry PAQUOT (th.paquot@wanadoo.fr)

* * * * *   

Constat et intentions

Au fur et à mesure de l’histoire des sociétés, la marche a évolué ; on est passé ainsi d’intentions de destruction, de déplacement des populations et de violence organisée à une diversification des conceptions de la marche pour soi, son plaisir, son bien-être ou au désir de communier avec les autres. Ces dernières, d’ailleurs, semblent prendre le pas. Ainsi, tout au long de ces derniers siècles, la marche a non seulement été une pratique de déplacement nécessaire, vitale et obligatoire, mais elle incarne également une questionsociale, politique et idéologique mise en avant par les intellectuels du moment. Au XVIIIe siècle, chez Jean-Jacques Rousseau, précédemment au XVIe siècle avec la philosophie de l’esprit, chez Montaigne. Le XXe et le début du XXIsiècle montrentle renforcement d’une polarité autour de la marche : d’un côté, les marches collectives, politiques, porteuses de violence et de destruction, de l’autre, la recherche du bien-être, de l’épanouissement de soi, d’un nouveau rapport à l’environnement. Certes, comme le suggérait l’approche rousseauiste, marcher aide à penser, mais des renouvellements culturels, économiques, politiques, techniques, éditoriaux, autour de la marche méritent d’être analysés, déconstruits et mis en comparaison à travers des lectures et des critiques pluridisciplinaires que nous souhaitons convoquer à l’occasion de ce numéro. À l’articulation de l’expression de soi et du rejet de l’Autre, la marche constitue un objet social que nous souhaitons interroger, à mi-chemin entre la communication au sens de communion et l’acommunication pouvant aller jusqu’au contrôle et la destruction de l’autre.

Cette analyse de la bipolarisation de la marche constituera le cœur de la problématique du numéro. Cette bipolarité est organisée en deux versants :

– d’une part, la marche est un processus et un moyen dialectique de penser l’Autre tout en se mesurant à soi-même. Ce numéro accordera une place de choix à l’analyse des conquêtes et des formes d’altérité en jeu. La marche a toujours été un véhicule de communication d’idéaux et de mise en circulation d’idées, de croyances, d’idéologies. Elle est aussi un moyen politique « de pouvoir sur… », de « violence contre… » l’Autre (opposant politique, religieux, ethnique…), utilisée pour aller vers un ennemi ou soumettre l’opposant par sa mise en marche jusqu’à épuisement. Ainsi, elle révèle des pans entiers de l’histoire de nos sociétés passées et contemporaines, lorsque la fuite, le fait de quitter sa terre et les siens à la quête d’un monde meilleur prend le pas. Cette marche « exode » est à l’articulation entre une histoire individuelle singulière et une dimension collective à fort message politique, voire contestataire.

– d’autre part, la marche est une quête de soi, de nature spirituelle, initiatique ou religieuse, glissant progressivement vers une exposition, un affichage performatif et un espace de communication de soi dans l’environnement. La marche devient alors un moyen écologique d’accéder à des formes de liberté et d’épanouissement de soi. En filigrane, la question de la performance est présente, où l’individu cherche à aller au-delà de lui, de se rapprocher d’une forme de perfection et de jeunesse, où l’idéalisation du corps reste prégnante. Enfin, bien plus récemment, elle est devenue un support à la communication où technologisation, performativité, modifient en chacun de nous l’expérience physique de l’environnement, des territoires, et au-delà, du plaisir de marcher, à travers les médiations techniques, numériques, ludiques par des objets ou des dispositifs. Cette théâtralisation et la consommation massive de la marche sont mises en avant par les Youtubeurs et grands témoins de marches « communicables » à des auditoires captifs.

Problématique du numéro

Entre les choix très personnels de marcher, ceux de participer à une expression collective pour aller vers les autres, ou la contrainte par la force, pourquoi marche-t-on encore de nos jours ? Après une domination des marches mortifères, d’extermination et de pouvoir sur l’autre, l’émergence, puis la généralisation de la marche comme mode d’expression collective puis individuelle avec des expériences personnelles, voire intimes, va-t-elle représenter un contre-balancier, un véritable changement social, massif et généralisé ? Le plaisir personnel de la marche va-t-il être durable ? Que vise-t-on fondamentalement à travers l’activité de la marche, quelles sont les intentions visibles, avouables ou cachées et quels leviers communicationnels et idéologiques sont mobilisés « par » et « avec » la marche ? Ainsi, à travers l’étude des marches passées et actuelles, ce seront les transformations des pratiques, des intentions politiques, des imaginaires et des cultures que nous essaierons de mettre en lumière et en perspective.

Différentes natures de marche considérées dans ce numéro 

Les contributions exploreront plusieurs natures de marches renvoyant, pour chacune d’elle, à des systèmes d’intention et de communication aux horizons variés.

— Les « marches collectives forcées » qui reposent parfois sur la motivation des individus et l’expression d’une contrainte politique forte : les phénomènes d’exodes, de fuites massives face à des risques de massacre ou de famine, les marches génocidaires, devenant le théâtre d’une forme de fin de la communication où, d’ailleurs, les marcheurs forcés ou forceurs ne s’expriment pas ou peu (ex. : les réfugiés, les exécuteurs, etc.), parce que la marche devient synonyme de perte ou de mort[1].

— Les « marches collectives volontaires » qui structurent et illustrent des mouvements sociaux et politiques, dans lesquelles l’enjeu est de rencontrer et de convaincre les autres en inscrivant une dynamique des corps dans l’espace public. Ainsi, le marcheur (militant) cherche à sensibiliser et à mobiliser en utilisant la marche comme moyen communicationnel et culturel de susciter la réaction en faveur de sa cause. 

— Les « marches individuelles », qui cherchent à élever l’esprit, centrées sur la méditation, la capacité à s’isoler du monde et à partir à la rencontre de soi en appréhendant l’environnement. Les marches spirituelles, sacrées, religieuses s’inscrivent dans ces approches, où la quête de soi et des autres reste le fil conducteur. Ces marches visent parfois à combattre la maladie ou divers accidents de la vie.

– Enfin, l’émergence ces dernières années, de la « marche augmentée » qui devient une composante du voyageur hypermoderne (Jaureguiberry, Lachance, 2016) à travers trois domaines : l’éditorialisation massive de la marche, la documentarisation de la marche (plan, cartes, services, etc.), enfin, la technologisation de la marche (GPS, montre GPS, chaussures et vêtements « intelligents », etc.) modifiant les représentations et amplifiant ou formatant les imaginaires de l’activité du marcheur (Chose, 2020).

Organisation du numéro

Le numéro sera organisé en quatre parties.

1. Histoire et politiques de la/des marche(s)

Cette première partie mettra en lumière l’analyse de longues marches dans l’histoire, les manifestations par la marche, les initiatives politiques qui utilisent la marche comme vecteur de communication, ainsi que les marches contraintes liées à la mort, à l’extermination de l’autre. Les modes d’organisation autour de la marche seront interrogés comme les circuits touristiques dans les villes, les sentiers métropolitains, les régions, ou l’entretien des circuits et leur marchandisation (gîtes, restaurants, hôtel, refuge urbain, etc.), ainsi qu’une mise en perspectives de faits historiques liés aux marches politiques et forcées.

2. Pourquoi marcher ? (une approche phénoménologique)

Que signifie marcher dans l’histoire de nos sociétés ? Pourquoi un tel succès aujourd’hui de la marche ? Que cherchent les marcheurs quand ils consacrent une journée ou des mois à marcher ? La marche est-elle une alternative à un univers technicisé, hanté par la performance, la vitesse, le rendement ; y a-t-il une réappropriation du temps par l’individu en choisissant de marcher ? La marche permettrait dès lors un retour sur soi, une recherche de spiritualité (les chemins de Compostelle, la via Francigena… en sont autant d’illustrations), où les individus éprouveraient la volonté de rompre avec des rythmes et des responsabilités qui deviennent insupportables (disparition heureuse de soi) pour retrouver un temps à soi, une disponibilité, un droit à la déconnexion.

3. Témoigner de sa marche

Nous analyserons ici les représentations en circulation sociale autour de la marche à partir des pratiques d’éditorialisation et de productions documentaires, événementielles, etc. Documents, littératures (Wright) se consacrent à la mise en lumière de la marche avec la pensée, voire le rêve, la marche et la fuite, la marche pour chercher et rechercher (parcours touristique…), le rapport ville et nature à travers les pratiques contemporaines de marche (les transhumances, les refuges urbains, les parcours urbains, etc.). Cette partie évoquera également le « marcher ailleurs », témoignages de marcheurs qui donnent à voir le monde à travers des parcours pédestres. Nous mettrons en lumière l’importance des réseaux sociaux, la valorisation de la marche par les Youtubers, la constitution progressive d’un domaine éditorial, par le biais notamment de la photographie et du dessin (les carnets de route, de voyage, etc.), les festivals qui se créent autour de randonnées.

4. Organiser, amplifier, technologiser la marche

Nous étudierons dans cette section l’impact et le poids des technologies de la/pour la marche : l’organisation des sentiers, l’exposition des cartes des sentiers sur l’affichage des mairies ou des sites, le poids et l’incidence des GPS, les cartographies dynamiques, les topographies augmentées, la marchandisation de données (à l’aide des vêtements-chaussures intelligents, des abonnements spécialisés, etc.), les jeux s’appuyant sur la marche (Pokémon GO…) enfin, la piétonnisation des villes qui redessine et donne à voir différemment la Ville.


Pour déposer une proposition de contribution

Deux types de textes sont attendus à l’occasion de ce numéro :

– des textes réflexifs et analytiques n’excédant pas 20 000 signes espaces compris et éléments bibliographiques ;

– des encadrés courts de 3 000 à 5 000 signes espaces compris.

Un résumé d’intention sera envoyé aux coordinateurs présentant la question abordée en indiquant explicitement la partie considérée. Le format des résumés est de 5 000 signes maximum et une très courte bibliographie indicative. Les résumés sont attendus pour le 1er septembre 2021 à l’adresse suivante : hermes@cnrs.fr, vincent.liquete@u-bordeaux.fr, david.le.breton@unistra.fr, avec comme objet « proposition Hermès “Marcher d’un pas de côté” ». Les réponses aux propositions seront envoyées aux auteurs avant le 1er octobre 2021. Les textes ou encadrés dans leur version finale seront à remettre aux coordinateurs le 15 novembre 2021 dernier délai.


[1] Nous étudierons et dissocierons les marcheurs qui viennent au-devant des populations pour les faire fuir, voire les massacrer (ex. Rwanda…) et les marches forcées visant à déplacer de force les populations (ex. Sud-Soudan…).


[1] Idéalement nous souhaiterions un titre qui propose un verbe, pour mettre en avant l’action et le mouvement — car marcher n’est pas un état, mais bien un processus (dynamique/mobilité permanente) et la notion de position décalée par rapport à de nombreuses littératures faisant l’éloge ou présentant idéalement les marches. D’où en première suggestion « Marcher d’un pas de côté » convoquant action et décalage, deux vocables qui caractérisent Hermès et l’intention de ce numéro.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search