Français des régions : beaux et cons à la fois ?

Stéphane Amato, Université de Toulon

Le 27 juin 2021, vers 20 heures, les chaînes de TV ont présenté une carte de France avec des codes couleur étranges : exit ceux de CovidTracker. Même le noir, pourtant annoncé dans des sondages, laissait la place au bleu et au rose. Les échanges entre « la droite » et « la gauche », sur les plateaux, auraient presque donné à fantasmer 50 nuances de gris entre les deux grands camps. Il fallait être miro — avec ou sans accent — pour ne pas être surpris par la distribution de ces couleurs primaires immobiles.

 

Un aspect surréaliste a cependant dominé la journée. Avant 20 heures, on tournait autour du pot ou plutôt d’un chiffre. En plein « monde d’après », hystérisé, on le qualifiait d’historique tant il était haut. Et surtout, les journalistes, éditorialistes, experts, spécialistes, prophètes, oracles et autres pythies donnaient presque pitié en tentant de commenter ce score. Sur une autre chaîne, celui de Belgique — Portugal était bien plus facile à analyser. Et puis, quelle fin de match intense ! Si chacun supporte généralement une couleur, les Diables Rouges l’ont ici emporté.

Mais sur les chaînes dites d’information, on a longtemps glosé sur les causes de l’abstention : la météo, le désintérêt pour la politique, la crise du Covid et la volonté « des gens » de se distraire plutôt que de perdre de 20 à 50 minutes inside, les soucis d’acheminement de la propagande électorale, voire le redécoupage des régions sous la présidence de François Hollande, étaient sans doute des variables considérables. 

Et presque tous de s’accorder pour prendre le beau peuple de France sinon pour des veaux mais au moins pour des cons. Beau et con, en même temps… Après tout, juste après le premier tour, les Français se faisaient tancer comme des enfants et prier de bien vouloir se bouger pour le second !

Et les mêmes de s’aventurer vers des propositions « jamais évoquées » : la comptabilisation des votes blancs, le vote obligatoire et, il fallait s’y attendre, avec l’ère du solutionnisme technologique, le vote électronique. Toujours dans une veine technologisante, s’agissant d’exercice démocratique, pourquoi ne pas s’inspirer de la Chine qui sait « faire la pluie et le beau temps » si la météo est effectivement en cause ? Ça, on nous l’aura épargné.

À un moment, les débats dignes d’un Alain Gillot empêtré ont failli céder la place à des analyses sociologiques stratosphériques autour du premier parti de France, celui des abstentionnistes. Quid de son programme, son chef, ses grandes figures ? Mais craignant l’ictère et la résurgence d’une mauvaise jaunisse, beaucoup sont revenus à l’évocation d’une prime aux sortants.

Pas d’effet bandwagon[1] cette fois-ci. Et… È pericoloso sporgersi sur le réel comme le rappelle la « locution latine ».

Il y aurait pourtant urgence, car un train pourrait en cacher un autre. À court terme, celui des prochaines grandes élections, la Présidentielle.

Là aussi, les Français, toujours beaux, seront-ils encore plus cons ? Ce serait gravissime.

Non pas qu’ils le soient, mais de le penser. À l’inverse, au regard des chiffres de l’abstention, peu ont imaginé que c’est l’intelligence des récepteurs et des citoyens (idée chère à Dominique Wolton) qui les aurait contraints à s’exprimer par ce silence assourdissant. C’est bien connu, la première idée contenue dans l’axiomatique de Palo Alto exprime bien que l’on ne peut pas ne pas communiquer.

Si la République se tient toujours bien droite, la démocratie mérite le plus grand soin.

Et si les citoyens avaient besoin de repères idéologiques sinon définitifs (rien ne l’est jamais) mais du moins un minimum stables ? Et s’ils demandaient implicitement un cadre politique bi (voire multi) — polaire plutôt que « bipolaire » ou « schizophrène » ? Rappelons que la politique, c’est la gestion de la cité. Prenons le risque d’invoquer les sciences de gestion qui savent, elles, l’importance d’un positionnement et ont produit certains critères pour « un bon positionnement » : celui-ci doit être à la fois distinctif, crédible, attractif, durable, universel (pour être compris à l’identique par tous les publics).

Parlons crédibilité et démocratie un instant, au travers d’un exemple anecdotique qui a précédé le premier tour des élections.

Le 17 juin 2021, un collectif d’universitaires et de chercheurs a signé une tribune dans le journal Le Monde concernant un texte complexe mais extrêmement important — notamment concernant les violences faites aux femmes — qui devait être voté le jour même à l’Assemblée nationale.

Les débats ont duré 4 heures 30. Au fil du temps, la Secrétaire d’État concernée, se voyant mise à mal jusque dans son propre parti (pourtant resté présent), demande la réserve des votes sur l’ensemble des amendements concernant un article majeur avant d’aller jusqu’à bloquer le vote. Cette séance a été suivie en masse et en direct sur le web, notamment par les principales personnes concernées. Elles ont compris qu’il s’agissait, par le pouvoir de quelques mots prononcés, de balayer des semaines de travail du Parlement, mettant ainsi à mal la crédibilité d’une véritable démocratie représentative.

Ceci n’est qu’un exemple isolé et il en existe d’autres. À ce compte-là, comment faire croire à la crédibilité d’une démocratie représentative ? Non, les Français ne sont pas si cons et les racines de l’abstention sont bien plus profondes qu’on ne le dit. Il faut cesser d’« analyser à la légère » et de dire aux intéressés eux-mêmes ce qu’ils pensent, pourquoi ils font ce qu’ils font, ou ce qui est bon pour eux. Dans le contexte du débat de l’Assemblée nationale évoqué, on aurait parlé de validisme (voir Amato, 2019).

Le temps va très vite passer jusqu’aux prochaines élections et il ne faut pas attendre l’ouverture des urnes et autres boîtes, telles celle de Schrödinger, pour savoir si la démocratie est toujours vivante ou bien morte.

Car aujourd’hui, la démocratie est vivante et… morte à la fois.

 

[1] Renforcement du candidat ou du camp donné en tête dans les sondages précédant une élection.

 

Références

Amato, S. (2019), Le surhandicap de situations d’incommunication, Hermès, n° 84, Paris, CNRS Éditions, p. 80-82.

Morozov, E. (2014), Pour tout résoudre, cliquez ici. L’aberration du solutionnisme technologique, Limoges, FYP éditions.

Wolton, D. (2012), Indiscipliné, 35 ans de recherche, Paris, Odile Jacob.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search