Communication politique et contacts physiques

Dans cette série, Hermès témoigne des dysfonctionnements politiques et communicationnels révélés ou accentués par la pandémie de Covid-19 dans le monde.

 

Carlo Grassi[1]

 

Depuis un an et demi, l’urgence de la Covid-19 a nécessité la mise en place de formes extrêmes d’éloignement social, qui ont aussi signifié une diminution drastique des contacts physiques entre personnes. En effet, si la sphère intime a été préservée, à peu de chose près ; les sphères personnelle, sociale et publique ont vécu la distanciation sociale dans sa forme la plus draconienne et impérative.


Toute société, c’est-à-dire toute organisation ordonnée d’une façon plus ou moins stable et assurée, traverse, de temps en temps, des circonstances exceptionnelles. La réponse qu’elle donne aux événements extraordinaires ne produit, cependant, pas toujours de véritables changements, mais le plus souvent cette réaction s’inscrit dans le droit chemin de ses penchants et de ses tendances. Ce qui est le plus ordinaire est que les sociétés se prévalent de ces incidents pour accélérer des transformations préalablement souhaitées ou déjà en route.


La distanciation obligée par la Covid-19, vraisemblablement momentanée, pourrait aussi bien, donc, se révéler une sorte de symptôme.


La communication politique est déjà en elle-même un aspect crucial du politique. Et, dans ce type de communication, des contacts physiques tels que la tape sur l’épaule, la poignée de main, l’accolade, la bise, la caresse ou le bécot sont très importants pour serrer les rangs et souder les liens, au-delà des intérêts particuliers et des adhésions idéologiques étroites.


Dans la dialectique complexe qui noue citoyens et pouvoir délégué, gouvernés et gouvernants, la sémantique des gestes relative aux contacts physiques soit entre les gens et leurs représentants politiques, soit entre ces derniers, évoque la reconnaissance mutuelle, l’ouverture réciproque et l’interaction pacifique : elle incarne le rôle de sceau et de certification, d’obligations presque universelles.


Aucune parole, aucun raisonnement ne sauraient être à la fois aussi marquants et immédiats que le geste anodin et quotidien du toucher. Il s’agit là d’une technique du corps, une technique de la relation qui est gage de confiance et requête de réciprocité, qui, au-delà de l’accord diplomatique, renvoie à l’entente interpersonnelle : qui répond à une symbolique plus générale du pacte social, devançant tout différend particulier.


Aujourd’hui, l’augmentation démesurée de la porosité aux frontières entre les États, l’internationalisation des marchés, la planétarisation des interactions par le cyberespace pourraient avoir déclenché un choc systémique par lequel, plutôt que de se laisser attirer par ce qui est lointain, nouveau, différent, la vie des individus et des groupes sociaux se concentre sur l’échelon local, sur la proximité. En soustrayant, d’un autre côté, l’envergure de tout ce qui nous relie sur un plan plus élargi d’ensembles collectif, général ou commun. Ainsi, au lieu de masses de personnes recevant toutes le même contenu ou de sujets singuliers à la recherche de contenus correspondant à leur style et à leur personnalité, prédominent désormais des groupes plus petits et circonscrits : des segments distincts et typés du peuple d’Internet reçoivent et s’envoient mutuellement une quantité considérable de messages produits par le groupe lui-même et par les singularités qui les forment ou qui y adhèrent.


C’est pourquoi nous devons aujourd’hui être vigilant pour éviter que, ce qui a été un moment exceptionnel et accidentel, ne devienne pas la coutume de notre langage politique : sauvegarder, à côté des paroles et des actions, la proxémique du toucher, ainsi que le caractère réciproque et paritaire qui en constitue le ressort principal, comme objet certain d’une appartenance commune et, de ce fait, comme gage de certitude pour les temps à venir.

[1] Université Iuav de Venise, Italie.

 

 

La série « Covid, politique et communication »

Covid et crise alimentaire : l’inversion des priorités, Reinaldo Canto

Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19, Guy Maruani

Les manifs contre le pass sanitaire : quatre leçons de communication politique, Eric Dacheux

Communication politique et contacts physiques, Carlo Grassi

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search