Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19

Dans cette nouvelle série, Hermès témoignera des dysfonctionnements politiques et communicationnels révélés ou accentués par la pandémie de Covid-19 dans le monde.

 

Guy Maruani[1]

 

L’épidémie de Covid est sans doute la première dans l’histoire de l’humanité pendant laquelle on ne voit pas les morts. La mort demeure un tabou et les cadavres sont cachés, même des proches parents. À cause du mythe de l’éternelle jeunesse qui régit nos contrées? Pour camoufler une possible culpabilité en Chine ou autre pays despotique?

Nous avons aussi pris conscience que la science est devenue la religion mondiale. Quelles que soient les proclamations officielles, tous les pays, qu’ils soient démocratiques ou dictatoriaux, qu’ils soient laïcs ou pourvus d’une religion officielle, se sont conformés aux règles édictées par la science émanant d’experts, alors même que dans cette situation radicalement nouvelle il n’y avait pas d’experts confirmés mais des aspirants experts. Tout gouvernement est constitué de politiciens, et ils utilisent un raisonnement politique quand ils s’affrontent à un problème — ce qui signifie qu’ils agissent selon leur éthique, selon l’économie nationale et de façon à assurer leur propre promotion. S’en remettre à l’avis d’experts est le meilleur moyen d’éviter une responsabilité directe.

Ce qui explique aussi pourquoi, bien qu’ils n’ignorent pas à l’évidence que les virus ne respectent pas les frontières, les gouvernements ont souvent adopté une politique nationaliste en matière de vaccins.

 

Faits, hypothèses et interprétations

Le problème est que la science travaille avec des hypothèses, pas avec les faits bruts, et elle a besoin de temps pour confronter les hypothèses et les faits. La médecine est un art, pas une science. En médecine on doit assumer les contradictions apparentes qui président au choix du meilleur soin ; on se trouve pris dans des situations où on pense ainsi :

– si A, alors pas B,

– mais si B, alors peut-être A[2].                                            

La médecine s’appuie sur la science mais traite des personnes, pas des maladies. On a tendance à trop souvent oublier que la médecine est un art, pas une science, y compris parmi nous, médecins, et c’est tragique.

 

Ce n’est pas une surprise qu’un quart des patients affectés par la Covid, bien qu’ils soient déclarés guéris, éprouvent par la suite anxiété et dépression au long cours. Ils ont malgré eux flirté avec la mort.

Ce qui est plus étonnant — du moins pour ceux qui ont oublié l’œuvre d’Émile Durkheim — c’est que nonobstant toutes les souffrances de la privation d’échanges sociaux, de l’enseignement en ligne et du télétravail, de la surcharge familiale avec les violences conjugales et la maltraitance des enfants, il n’y a pas eu d’augmentation du taux de suicide. Davantage de symptômes névrotiques, davantage d’effondrements psychotiques, davantage d’affaiblissement cognitif, oui ! Mais pas davantage de tentatives de suicide parce que nous sommes en guerre et que pendant une guerre la souffrance psychique est générale et légitime, pas propre à l’individu[3].

 

Enfin, la pandémie de Covid-19 nous a probablement libérés de la devise du post-modernisme, « anything goes » (P. K. Feyerabend) et de sa glorification de la différence : les « sans soins intensifs appropriés », « sans vaccins », « les vieux », « les obèses », « les comorbides vulnérables » mourraient et continueraient à mourir. L’épistémologie dite post-moderne (Foucault, Derrida, Lyotard, Deleuze Bourdieu, etc.) qui prétend qu’il n’y a pas de réalité en soi mais un discours qui construit la réalité au profit de la classe dominante, est caduque et obsolète même si elle en impose encore aux thuriféraires des « sciences humaines ». En effet, l’épidémie a montré qu’il y a certes différents niveaux dans la réalité mais que les faits résistent à l’interprétation, et que les faits sont les virus, les ventilateurs d’assistance respiratoire, les masques et les vaccins. Je suppose que la prochaine épistémologie à la mode sera inspirée de la physique quantique. Nous ne pouvons plus nous satisfaire d’opinions, il nous faut des règles ayant fait leurs preuves.

 

[1] Psychiatre

[2] Qu’on se souvienne de la volte-face sur l’usage des corticoïdes dans le traitement des patients Covid en réanimation…

[3] Durkheim, É., Le Suicide, Paris, lix Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1987, rééd. PUF, Paris, 1960.

Rabeyron, Th., (2021), communication personnelle : «votre remarque sur le suicide est très intéressante et pourrait expliquer une “anomalieˮ que nous avons trouvée dans une recherche sur ce sujet : un taux élevé de pensée suicidaire chez les étudiants, mais finalement pas d’augmentation sensible des suicides pour l’instant.», Université de Lorraine, Interpsy, Nancy.

Choi, J., US suicide rate dropped 6 percent past year, even amid pandemic, The Hill, 8 avril 2021.

 

La série « Covid, politique et communication »

Covid et crise alimentaire : l’inversion des priorités, Reinaldo Canto

Réflexions d’un psychiatre sur la Covid-19, Guy Maruani

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search