Retour critique sur la critique de la communication (épisode 4)

Lionel Lavarec[1]

 

Nous avons déjà abordé la problématique de la commande, à travers l’étymologie du pilote et qui renvoie au gouvernail d’un navire, « une des formes les plus précoces et les mieux développées des mécanismes d’action en retour », pour décrire la cybernétique (Wiener, 1952, p. 288). L’étude initiale des dispositifs mécaniques et biologiques a mis à jour des subtilités de fonctionnements et d’interactions qui dépassent une liaison de point à point — linéaire, dans un seul sens et sans contrôle. La rétroaction ou mécanisme en retour a progressivement acquis une forte notoriété dans sa capacité à prendre les acquis d’un domaine pour en nourrir un autre. Pourtant si certaines associations ont bel et bien fonctionné, il en est d’autres qui, avec peu de sens critique, ont vécu sur des bases très faibles.

 

Wiener, la commande de la société

Les réussites cybernétiques se sont basées sur des analogies et des déductions audacieuses mais relativement contrôlées. Elles sont restées dans un domaine connexe : celui de la mécanique. Ainsi, en partant d’études à la fois physiologiques (le corps) et artificielles (les machines), un corpus a été créé pour caractériser un système d’éléments en interrelation constante où chaque action suscite une réponse d’ajustement automatisée. Il en a résulté une meilleure compréhension des mouvements corporels, de leurs troubles, mais aussi de nouvelles possibilités d’élaboration d’artefacts sophistiqués. Une branche est ainsi dénommée cybernétique physiologique afin de traiter ces questions posturales (Wiener, 2014, p. 206).

Les impasses cybernétiques interviennent quand la déduction prend une liberté conséquente avec le propos d’origine. C’est très souvent le cas quand l’information et la communication sont convoquées. En premier lieu, la signification de la cybernétique, qui renvoyait initialement à l’activité de régulation, se trouve extrapolée en étude des messages effectifs de commande (Wiener, 1952, p. 21). Cette extension sémantique en a ensuite généré une autre à travers un changement d’échelle. En passant d’un individu interagissant avec une machine, ou un autre individu, à la société dans son ensemble : « la société peut être comprise seulement à travers l’étude des messages et des facilités de transmission qui lui sont propres » (Ibid, p. 21). C’est le message comme élément de communication qui y joue le rôle d’intermédiaire. L’activité (la commande, la rétroaction) laisse la place au résultat induit (le message). Ce message permet le passage de la relation à la machine vers une relation entre les individus, sans qu’il en soit expliqué le lien. Ultimement, il devient l’alibi d’une interprétation cybernétique de la société. Plusieurs notions liées à l’information vont être dès lors impliquées pour adresser plusieurs sujets de société à travers un principe faussement déductif.

 

L’apprentissage

Le premier de ces sujets concerne l’apprentissage qui est envisagé à travers une comparaison entre l’être humain et la fourmi. L’explication porte sur l’acquisition puis l’usage d’une connaissance, deux opérations rapprochées du traitement telles qu’une machine pourrait le faire (Ibid., p.91). Ainsi lu comme un mécanisme, le comportement de la fourmi est qualifié de rigide car il est apparenté à une action en retour — la rétroaction identifiée par la cybernétique — dite simple car son résultat ne modifie que partiellement le réglage du système. L’action en retour de l’être humain dépasse celle de la fourmi car elle modifie la méthode et le modèle de l’action suivante. C’est sur cette base de comparaison des actions en retour que sont jugés les degrés d’apprentissage, et uniquement celle-ci. Ni la qualité de l’information ou de la connaissance acquise ni celle de la communication entre individus ne sont convoquées.

 

Le langage

Un second aspect, le langage, se trouve simplifié quand Norbert Wiener envisage les « systèmes de communication qui aboutissent à des machines » (Ibid., p. 117), puis une transmission du langage à travers l’entité message. Cette réduction fait du langage une opération de chiffrage et de déchiffrage de la parole émise et des interactions humaines une succession de messages à coder et décoder. Le langage devient dès lors assujetti, lui aussi, à la rétroaction et à la commande.

In fine, dans la théorie des messages[2], par la considération de l’activité de commande, de régulation, de l’apprentissage et du langage, une série de déductions s’opère sur une base cybernétique — transmission, fonctionnement, condition mécanique, système, chiffrage et déchiffrage. Avec comme pierre angulaire le message, la tentative de compréhension de la société ne peut être vue que très partialement et partiellement. La communication est quant à elle absente, car la réflexion cybernétique ne tient compte d’aucune altérité et n’envisage qu’une transmission réticulée sans relation ni contradiction.

[1]  Dassault Systèmes.

[2] L’autre nom de la cybernétique dans l’approche « Cybernétique et société » de Wiener.

 

Références bibliographiques

Wiener, N., Cybernétique et société, Paris, Édition Deux Rives, 1952.

Wiener, N., La cybernétique. Information et régulation dans le vivant et la machine, Paris, Éditions du Seuil, 2014.

 

La série « Retour critique sur la critique de la communication »

L’histoire moderne de la communication regroupe un certain nombre de problèmes pour qui se place dans l’optique d’une réflexion visant à pour mieux comprendre l’interaction humaine. Cette série Retour critique sur la critique de la communication vise à lever certains de ces biais qui ont durablement influencé la réalité même des échanges qui font la société et le vivre ensemble.

Épisode 1 | Shannon et la communication-transmission

Épisode 2 | Shannon et l’abandon de l’expression et du sens

Épisode 3 | Wiener : entre commande et communication

Épisode 4 | Wiener, la commande de la société


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search