Covid et crise alimentaire : l’inversion des priorités

Reinaldo Canto[1]

 

Dans cette nouvelle série, Hermès témoignera des dysfonctionnements politiques et communicationnels révélés ou accentués par la pandémie de Covid-19 dans le monde. Il s’agira dans cet article de rendre compte des conséquences humanitaires et écologiques, notamment au Brésil.

 

Changement climatique et pandémie

Si le scénario d’une faim croissante dans le monde en raison du changement climatique ne suffisait pas, la pandémie de coronavirus a augmenté les nombreux défis auxquels nous devons faire face. Selon les informations publiées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Food and Agriculture Organization of the United Nations [FAO]), quelque 49 millions de personnes pourraient tomber dans l’extrême pauvreté cette année en raison de la crise du Covid-19. « Le nombre de personnes exposées à une grave insécurité alimentaire et nutritionnelle va augmenter rapidement. Une baisse d’un point de pourcentage du produit intérieur brut mondial signifie 700 000 enfants de plus souffrant d’un retard de croissance », a déclaré Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies.

La FAO avertit également que même dans les pays où la nourriture est abondante, il existe des risques de perturbation de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, c’est-à-dire des problèmes de production et de distribution qui aggravent encore ce scénario.

 

Faim et malnutrition dans le monde : problèmes nouveaux et anciens

Il est toujours bon de rappeler que ce n’est pas la crise sanitaire qui a créé certains problèmes, mais d’une certaine manière, ils ont été aggravés, puisque le contexte de la faim dans le monde était déjà suffisamment critique. L’ONU nous rappelle que des centaines de millions de personnes vivaient déjà cette crise alimentaire bien avant cette pandémie, luttant quotidiennement contre la faim et la malnutrition.

« Il y a plus qu’assez de nourriture dans le monde pour nourrir notre population de 7,8 milliards de personnes. Pourtant, aujourd’hui, plus de 820 millions de personnes souffrent de la faim. Et quelque 144 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent d’un retard de croissance, soit plus d’un enfant sur 5 dans le monde », a ajouté M. Guterres.

Un autre problème pointé du doigt par les économistes de la FAO est la spéculation orchestrée par les marchés à terme. « La financiarisation par le biais de manœuvres spéculatives contribue à la hausse des prix des denrées alimentaires[2] », indique l’entité.

La spéculation, les phénomènes climatiques extrêmes et la déviation de la fonction première de nourrir les gens seraient déjà des raisons suffisantes pour déséquilibrer l’ensemble de l’approvisionnement alimentaire mondial. Mais il y a plus encore : une mauvaise distribution !

Des études menées par les Nations unies ont déjà conclu qu’il y a suffisamment de nourriture pour nourrir toute la population de la planète, le problème est qu’elle n’arrive pas là où elle est le plus nécessaire. Et, bien sûr, il ne peut en être autrement, 98 % des personnes qui ont faim vivent dans des pays sous-développés.

 

Au Brésil, le gaspillage alimentaire est problématique

Deuxième producteur mondial de denrées alimentaires, le Brésil produit suffisamment d’aliments pour nourrir toute sa population et continue à exporter des excédents. Mais, outre la mauvaise distribution, l’un des principaux problèmes du pays est le gaspillage. Les données de l’Embrapa (Brazilian public agricultural research ou Société brésilienne de recherche agricole) estiment une perte quotidienne de nourriture d’environ 40000 tonnes. Une quantité suffisante pour nourrir environ 19 millions de personnes avec trois repas par jour.

Selon une étude de l’Institut Akatu — organisation à but non lucratif dont l’objectif est de sensibiliser et de mobiliser la société en faveur d’une consommation consciente —, publiée dans le cahier thématique « Nutrition et consommation consciente », dans les différentes étapes par lesquelles passent les aliments avant d’être achetés par le consommateur, il se produit des pertes qui composent ces milliers de tonnes de bons aliments qui finissent à la poubelle, soit 20 % à la récolte ; 8 % au transport et au stockage ; 15 % à l’industrie de transformation et 1 % au détail. En outre, nous devons tenir compte de toutes les ressources naturelles qui ont été utilisées pour la production gaspillée de cette nourriture.

 

Il est nécessaire d’agir vite

Fonder les investissements dans l’agriculture durable en encourageant les petits producteurs, en consommant davantage de produits locaux, en améliorant les infrastructures de transport et de stockage pour réduire les déchets et en garantissant l’accès de la population à la nourriture sont des actions qui devraient être présentes dans le plan stratégique de tout pays. À l’heure où nous sommes toujours confrontés à la pandémie, une planification efficace est plus que nécessaire, surtout si le pays est pauvre ou en développement. Mettre tous les efforts et tous les secteurs dans la recherche de cet équilibre est, avant tout, une question de gouvernabilité et de respect des personnes.

 

[1] Reinaldo Canto est journaliste spécialisé dans l’environnement et la durabilité au Brésil : https://envolverde.com.br

[2] Extrait de la Lettre ouverte aux membres de la coopérative FAO, consultée sur : https://richardjakubaszko.blogspot.com/2012/10/carta-aberta-aos-cooperativistas-so-o.html le 17/03/2021


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search