Jusqu’où ira la violence ? Quand s’arrêtera notre obsession de devenir visible ?

 

Axel Boursier,

Université de Cergy-Pontoise

 

Le week-end du 6 juin 2021, deux influenceurs français d’extrême droite ont publié un tutoriel sur Youtube sur la façon de tuer des « gauchos ». Cette vidéo a percé sur la toile et a recueilli des milliers de vues. Bien que retirée par la plateforme, cette vidéo circule toujours.

Il y a quelques semaines nous prenions notre clavier pour analyser tout autant que alerter sur l’usage de références historiques pour légitimer la haine. Cette semaine, c’est pour un appel au meurtre : j’espère ne pas avoir à reprendre le clavier…

Comment pouvons-nous tolérer un espace démocratique où les réseaux sociaux ont pris une telle importance qu’ils dictent le temps politique ? Certes, il y a eu une utopie – qui s’avère de plus en plus être un mythe – d’une démocratisation de l’espace de parole. Mais cela fait tout de même quelques années que nous avons réalisé que parole libre ne voulait pas dire parole démocratique. Pourquoi n’avons-nous pas réalisé les risques d’un espace dirigé par la visibilité. Nous avons toléré insulte puisque ce n’était qu’une fioriture nécessaire d’une libération de la parole, nous avons accepté la fachosphère espérant que celle-ci reste invisible. Mais un appel au meurtre ? Visible, comment le tolérer ?

Une des raisons de cet appel est cette course effrénée aux clics, aux likes, si bien que lorsque l’on poste nous aussi – dans une moindre mesure – nous recherchons ce qui pourra le plus marquer l’auditoire, ce qui pourra le plus répandre notre message. Les algorithmes, s’ils nous aident à trier l’information, ont si bien réussi leur travail que c’est pour eux que l’on écrit et non plus à un locuteur avec un visage.

Trop lent, trop tard ? La brutalisation de l’espace de parole est devenue si approfondie que nous ne pouvons opérer de retour en arrière sans une censure excessive ? Quelle voie pour répondre à ce défi de société ?

Peut-on encore se détester sur la scène politique sans se tuer ?

Peut-on encore communiquer ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search