Anticiper

Benoît Le Blanc[1]


Le mot d’ordre est à l’anticipation. Non pas à la prédiction ou même à la prévision, mais bel et bien à l’anticipation.

Devin et prévisionniste

Celui qui prédit c’est le devin. On écoute sa parole car elle nous annonce un futur qui nous plaît, nous flatte ou bien qui donne des mots sur les maux que nous redoutons. Avouons tout de même que ce pouvoir divinatoire change de personne en fonction de ce que le futur nous apporte comme réalisation. Dans la crise sanitaire mondiale actuelle, nombreux sont les devins et autres prédicateurs qui se bousculent sur les plateaux de télévision.

De son côté, le prévisionniste est celui qui utilise les données du passé pour établir ses prévisions du futur. Il en va ainsi des prévisions météorologiques, des prévisions de trafic routier, des prévisions électorales, des prévisions épidémiologiques ou même d’un rendez-vous que l’on inscrit dans son agenda. Les prévisions sont fournies avec une marge d’erreur et ne présentent généralement qu’un seul futur : le plus probable. Nous faisons alors abstraction du reste, des autres possibilités moins probables et nous nous concentrons sur ce futur unique, sorti des données. Chacun peut prévoir dans ses propres données un futur différent de celui envisagé par d’autres. D’ailleurs les prévisionnistes intègrent souvent dans leurs modèles les résultats et opinions en provenance de plusieurs sources. La prévision nous incite à ne retenir qu’un seul futur, avec la jubilation de penser en savoir plus que les autres et de ne pas se laisser surprendre par ce qui va arriver : « vous serez à destination à 12 h 53 », « untel gagnera les élections législatives », « demain il pleuvra dans l’après-midi », « cet aliment fait du bien à vos artères », etc.

Uki_71,Pixabay.

Nos décisions du quotidien seraient, selon les modèles formulés par des psychologues, le résultat d’une concurrence cérébrale interne entre un mode décisionnel sélectif, rapide, intuitif, lié à nos automatismes, basé sur nos seules perceptions (S1) et un autre mode décisionnel raisonné, lent, élaboré, lié à notre logique, basé sur notre conception du monde (S2). Les deux systèmes travailleraient en permanence, le système S1 renforçant nos réactions, le système S2 renforçant nos représentations mentales. Le système S1 allège notre charge mentale, tout en nous poussant parfois à agir trop vite. Le système S2, très consommateur en énergie, nécessite du temps et de l’attention pour élaborer une décision, au risque de passer à côté de nouvelles informations que nous ne percevons plus, car trop concentrés que nous sommes dans nos réflexions. Bien sûr, il s’agit là d’un modèle, mais il illustre parfaitement pourquoi dans la crise sanitaire actuelle il faut anticiper et ne pas s’en tenir aux prévisions.

Aucun d’entre nous n’a jamais été confronté à une telle crise mondiale. Face au virus SARS-COV-2, nos réflexes, nos intuitions et autres automatismes sont inefficaces puisque tout est à apprendre et rien ne peut se baser sur notre expérience personnelle. Par ailleurs, nous manquons d’informations fiables pour pouvoir raisonner. Certes des situations de pandémies historiques ont existé par le passé, certes des crises économiques ont déjà eu lieu mais il s’agit là d’un nouveau virus pour lequel tout doit être découvert, comme ses effets à moyens et longs termes, ou encore son mode de contamination voire de re-contamination. Il en résulte que nos réactions sont inadaptées et que nos raisonnements se révèlent trop souvent à côté de la plaque. Faut-il porter un masque facial en famille ? Faut-il vacciner les enfants ? Allons-nous continuer encore longtemps les activités « en distanciel » ? Il n’est pas possible de prévoir les conséquences de telle ou telle réponse. Alors il faut anticiper !

 

Anticiper pour s’adapter

L’anticipation procède par la construction mentale simultanée de plusieurs futurs possibles contrastés. Ces futurs doivent être bénéfiques, désastreux, gênants, plaisants, risqués, contrôlés, avec des conséquences prépondérantes, insignifiantes, individuelles, collectives, etc. Ils doivent être basés sur des situations et des conséquences différentes afin de nous ouvrir l’esprit. Plus ces futurs seront variés et mieux nous serons préparés à ce qui peut nous arriver. Face à chacun de ces futurs envisagés, nous devons trouver la bonne attitude, étudier les conséquences de cette attitude, ainsi qu’établir des indices clés pour repérer le moment où ce futur particulier se produit. La variété des futurs envisagés donne une série de « plans B » pour les situations individuelles de tous les jours. Pour les activités collectives, l’organisation du travail, les opérations à large échelle, c’est la somme des indices clés qui doit donner les points de repère nécessaires au déclenchement des actions. La surveillance de ces indices permet d’adapter en continu les actions.

Jill Wellington, Pixabay.

Accepter de décider dans l’inconnu et dans l’incertain est une voie qui conduit à l’adaptation, c’est-à-dire à employer son propre S2 pour enrichir ou réorienter son S1. En temps normal, c’est le S1 qui alerte le S2 sur la situation qui se présente et sur la survenue d’un changement de contexte. Cela constitue des habitudes en « incorporant » des résultats fournis par le S2. Ici c’est l’inverse, le S2 doit venir guider l’attention du S1. Dans l’inconnu le S1 est défaillant, dans l’incertain le S2 est trompeur. Pourtant, lorsqu’ils sont bien employés dans leur complémentarité, S1 et S2 nous permettent à eux deux de surmonter l’inattendu. Pour cela, il faut anticiper en envisageant sérieusement plusieurs futurs qui s’ouvrent simultanément à nous. Alors, avant de communiquer aux autres ce qui vous semble utile ou intéressant de faire ou ne pas faire dans la crise mondiale actuelle, prenez donc le temps d’analyser si votre suggestion provient de votre S1 ou bien de votre S2 !

[1] Benoît Le Blanc est directeur de l’École nationale supérieure de cognitique : ensc.bordeaux-inp.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search