Les cabinets de curiosités, dispositifs d’érudition des élites, par Vincent Lambert et Paul Rasse

Pour ce numéro d’Hermès consacré à l’érudition et dirigé par Franck Renucci (Université de Toulon, Imsic), Vincent Lambert et Paul Rasse (Université Côte d’Azur) analysent le rôle du musée dans ce moment-clé de la fin de l’érudition classique. En voici un extrait.

Pour lire l’article « Des cabinets de curiosités aux muséums, des classiques aux modernes » (Hermès n° 87, partie 1 « L’érudition en héritage », p. 36-43) dans son intégralité :

 

La curiosité scientifique de l’encyclopédisme médiéval classique se cultivait comme des ensembles composites rassemblant le merveilleux et la technique, l’imaginaire et le naturel, le poétique et le scientifique : au 12e siècle, en témoignent l’Imago Mundi (Image du monde) d’Honoré d’Autun, le Liber floridus (Livre fleuri) de Lambert de Saint-Omer ou le Hortus deliciarum (Jardin des délices) d’Herrade de Landsberg. L’érudition concerne alors moines et moniales à la lueur de leurs riches bibliothèques, jusqu’à ce qu’au 13e siècle l’essaimage des universités en Occident, les ordres mineurs et la culture poétique la sortent des cloîtres du Roman de la Rose. Vincent de Beauvais compile l’ensemble des connaissances de son époque dans son Speculum maius (Grand Miroir) qui restera jusqu’au siècle des Lumières l’encyclopédie la plus considérable d’Occident. À la même période, Brunetto Latini, maître de Dante Alighieri, évolue dans les milieux intellectuels laïcs à Florence et en France. Il écrit en picard son encyclopédie humaniste : Li Livres dou Trésor (Le Livre du trésor). À l’aube du 14e siècle, c’est l’Arbre de ciència (Arbre de science) de Raymond Lulle qui propose cette métaphore de l’arbre où chaque branche rassemble un domaine des sciences. Cependant, l’allégorie et les florilèges règnent sur ces sommes de savoirs aux accents de trésors, renfermés en lettres manuscrites dans de précieuses couvertures. Allié à la beauté comme au plaisir d’apprendre, le trésor de la connaissance s’accumule aussi en objets, et les humanistes imaginent refléter le monde entier en un seul cabinet idéal orné de milliers d’objets.

 

Les collections d’objets extraordinaires

Aux 14e et 15e siècles, dans un monde encore centré sur Avignon et Rome, l’humanisme naissant de cercles d’érudits rassemble les derniers savants pouvant encore prétendre à une connaissance universelle. Lecteurs assidus de Cicéron et d’Aulu-Gelle et plus généralement de littérature gréco -latino-arabe, ils prônent l’accomplissement de l’homme grâce à la culture, dont l’épanouissement passe par la consultation des sources de savoirs, textes et objets incontournables, inédits ou rares : les curiosités. Ainsi, à partir de la Renaissance, des aristocrates humanistes de plus en plus nombreux accumulent ces enjeux de pouvoir que sont les collections d’objets extraordinaires et, pour arborer leur érudition, les exposent dans de petits studios : les cabinets de curiosités. Ils rassemblent toutes sortes de merveilles anciennes ou modernes, naturalia ou artificialia : antiquités, tableaux de maîtres, bijoux d’orfèvrerie, animaux taxidermisés, fossiles et minéraux précieux. Les cabinets de curiosités font le plaisir, le prestige et la gloire des princes qui accumulent les objets pour enrichir leur palais et mettre en scène ce nouveau type d’érudition « correspondant aux critères de la science d’alors, aussi bien chez les hommes de science que chez les lettrés (Ulisse Aldrovandi, 1522-1605, Cassiano dal Pozzo, 1588-1657) » (Bonfait). Ainsi, la thésaurisation des objets de savoir, livres et curiosités, s’inscrit dans le cadre d’une époque mouvementée : traduction et circulation des sources arabes, juives et byzantines, rapport social au livre bouleversé avec sa sécularisation et par la diffusion des techniques d’imprimerie, ouverture des routes et comptoirs africains, asiatiques et américains, expansion des empires habsbourgeois et ottomans, redéfinition des espaces économiques occidentaux par l’apport des diasporas juives, grecques, ou encore émergence de la Réforme…

Le cabinet de curiosités idéal

En 1565, Samuel Quiccheber, sans doute inspiré par le cabinet de curiosités d’Albert V, duc de Bavière, et sur le modèle de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, publie un ouvrage, Inscriptiones vel Tituli theatri Amplissimi, dans lequel il fait une description instructive du cabinet idéal et de la façon d’organiser les collections (Quiccheberg, 1565). La première partie se consacre au souverain, à sa famille et son territoire. La deuxième section s’intéresse au domaine général des arts appliqués. La troisième décrit les abrégés de la nature, animale, végétale et minérale. La quatrième aborde les instruments de musique et d’astronomie ou les appareils de mesure. S’y ajoutent encore une bibliothèque et des ateliers. Il embrasse ainsi dans une description le vaste dispositif omniscient rassemblant les éléments qui font la culture de la Renaissance autant que son inscription à l’ombre du pouvoir en place. De fait, les premiers cabinets de curiosités, les plus célèbres, s’installent au sein des palais princiers : le Belvédère du Vatican pour les papes, le Palazzo Vecchio à Florence pour les Médicis, la Kunstkammer de Munich pour Albert V, celle de Prague pour Rodolphe II complétée de jardins et ménageries, symbole de l’Empire universel des Habsbourg. Là, princes et prélats exposent et mettent en scène l’éclectisme de leur collection au service de l’érudition, la leur et celle de leurs convives, à partir de quoi s’engage une réflexion savante sur l’origine des objets, leur histoire, leur dénomination, les savoirs accumulés, leur classement en séries.

Des lieux de sociabilité

À l’Âge classique, l’exclusivité de la haute aristocratie sur les cabinets de curiosités cède la place à l’initiative de notables issus de la bourgeoisie montante, cultivée, habitée par l’humanisme et avide de reconnaissance sociale. Ils deviennent des lieux de sociabilité où se croisent des érudits d’origines sociales et géographiques différentes. D’abord, parce que le prestige et la rareté font de la collection un moyen de reconnaissance sociale qui permet à la bourgeoisie en pleine ascension de côtoyer l’aristocratie et d’échanger des pièces autant que des points de vue (Schaer, 2008, p. 27). Des manuels, comme le Guide des amateurs étrangers voyageurs à Paris de Luc-Vincent Thiéry, dirigent les passionnés vers les cabinets les plus intéressants et mentionnent les meilleures cours (Raichvag et Jacques, 1991, p. 198). Et les savants voyagent de l’un à l’autre dans toute l’Europe. Ainsi, le Danois Nicolas Sténon dit les avoir tous visités – au Danemark, en Allemagne, en France et en Italie – avant de rassembler en 1691 sa collection et d’en publier un opus (Bredekamp, 1996, p. 113).

Les sciences naturelles

Concernant les sciences naturelles en cours de constitution, elles passionnent un grand nombre d’amateurs éclairés, de collectionneurs, fréquemment regroupés en sociétés savantes, rassemblées autour de cabinets de curiosités. Ils mettent en scène un des espaces publics érudits du siècle des Lumières, lieux de rencontre des honnêtes citoyens cultivés où se prépare la Révolution (Habermas, 1996 ; Chartier, 1990). Georges-Louis Leclerc de Buffon, intendant général du Jardin royal, développe les collections du Cabinet d’histoire naturelle du roi et crée un jardin d’acclimatation des plantes médicinales. Fort de sa position institutionnelle, il publie à partir de 1749 une encyclopédie en trente-six volumes : Histoire naturelle, un état des connaissances savantes à destination de l’honnête homme des Lumières.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search