« La presse est à blâmer ! »

Louis Edoa[1]

Culpabiliser la presse pour ses manquements, c’est la tactique employée par le président de la République du Brésil, Jair Bolsonaro, depuis son élection. Après avoir déclaré que le Brésil était «brisé», il a désigné, le mercredi 6 janvier de 2021, un coupable.

« Vous avez vu de la confusion hier ? J’ai dit que le Brésil était brisé. Non, le Brésil va bien, c’est merveilleux. La presse devrait avoir honte. Selon elle, Lula était une bonne personne, Dilma aussi, et cela parce qu’ils dépensaient 3 milliards de reais par an pour eux ». Le jour même, Bolsonaro s’est déclaré impuissant face la situation du pays et a même considéré que la pandémie de Covid-19 était une raison suffisante pour ne pas étendre l’exemption de la taxe de l’impôt sur le revenu, l’une de ses promesses de campagne. Puis, il s’est permis de proférer des offenses contre la presse, comme à son habitude depuis son élection.

2020 est entrée dans l’histoire comme l’année où le pouvoir exécutif a porté le plus d’attaques contre la presse et les professionnels de la communication. Selon la Fédération nationale des journalistes (Fenaj) du Brésil, il a été enregistré 428 cas d’agressions sur des journalistes, plus du double si l’on compare à l’année précédente. Le président est l’une des personnes qui a le plus attaqué les professionnels de l’information. La fédération associe cette explosion de cas aux multiples tentatives de Bolsonaro de jeter le discrédit sur la presse. Cette explosion de cas d’agression a fait surgir au Brésil une intense campagne d’attaques contre la liberté de la presse en 2020 selon un rapport publié par la Fenaj le 26 janvier 2021. Parmi les attaques contre des journalistes, des véhicules et la presse en général, figurent les agressions verbales, physiques et virtuelles, la censure, l’intimidation, les menaces, le harcèlement judiciaire, les actes de discrédit de la presse, voire même des meurtres.

Les attaques

En 2020, le Brésil a enregistré 76 attaques verbales ou virtuelles contre les journalistes. Parmi elles, la Fenaj met en évidence les déclarations et paroles de Bolsonaro. En février, le président a menti en insinuant que la journaliste Patrícia Campos Melo, de Folha de Sao Paulo, avait échangé des faveurs sexuelles pour obtenir des informations sur lui. L’attaque sexiste a suscité une condamnation généralisée de toute la société civile brésilienne. Mais nous pouvons évoquer d’autres cas.

Moins de trois mois plus tard, en mai, devant le Palácio da Alvorada, le président a ordonné à un journaliste de « se taire ». Il a également ciblé les journalistes Guilherme Amado du magazine Época et Vera Magalhães, qui travaillait à l’époque pour le journal Estado de Sao Paulo et désormais pour le groupe Globo sous les applaudissements de ses partisans.

Un autre cas mis en évidence dans le rapport est celui de la photoreporter Gabriela Biró, du journal O Estado de Sao Paulo, qui a vu divulguer ses données personnelles sur les réseaux sociaux par un partisan de Bolsonaro. Les numéros RG (Registro Geral, la carte d’identité) et CPF (Cadastro de Pessoa Física ou cadastre des personnes physiques), ainsi que son adresse et numéro de téléphone. D’autres cas nous alertent sur le danger d’être journaliste au Brésil.

L’intimidation et la censure

Parmi toutes ces menaces faites aux journalistes et à la presse en général, nous distinguons l’intimidation et la censure, actes qui vont à l’encontre du principe de liberté d’expression garantie par la Constitution brésilienne (Art. 5). En 2020, 34 cas d’intimidations ou de menaces ont été enregistrés. Le rapport présente deux demandes d’enquête déposées par le ministre de la Justice, André Mendonça, sur les chroniqueurs Ricardo Noblat du magazine Veja, et Hélio Schwartsman de Folha, mais aussi le caricaturiste Aroeira.

En ce qui concerne les censures répertoriées par Fenaj, la situation de l’Empresa Brasil de Comunicação (EBC), liée au gouvernement, a atteint un point hautement problématique. Il y a eu 76 cas de censure dans l’entreprise, auxquels il faut ajouter l’interdiction de publier des rapports qui ne vont pas dans le sens du gouvernement. Il n’autorise pas, non plus, l’utilisation du terme « dictature » dans ses rapports pour faire référence au régime militaire.

La Fédération a également signalé deux meurtres de journalistes en 2020, le même nombre qu’en 2019. Ces chiffres illustrent malheureusement l’insécurité dans laquelle les professionnels doivent exercer leur devoir. Parmi ces journalistes : Léo Veras, qui a publié plusieurs reportages sur le crime organisé à la frontière avec le Paraguay, et Edney Neves, qui a travaillé dans la campagne pour la réélection du maire de la ville de Peixoto de Azevedo (MT).

Selon le journal O Globo, le président et sa famille occupent la première place du classement des attaques contre la presse au Brésil en 2020. Le blog du journal se base sur l’enquête réalisée par l’ONG Reporters sans frontières, qui montre que le président, ses fils et ses ministres ont commis 580 attaques contre les journalistes, principalement sur Twitter.

Selon cette enquête, la famille du président apparaît en premières places du classement des agresseurs à la presse avec 85 % des offenses et des délits collectés et classés par l’organisation.

Compte tenu de la gravité des données et des faits présentés par la Fédération des journalistes et par l’ONG, il ne nous reste plus qu’à nous poser la question : la presse ne fait-elle pas suffisamment son travail ? Que lui réclament le président, Jair Bolsonaro, sa famille et ses proches collaborateurs ? Quelle faute commet-elle en voulant informer la société, en dénonçant des contre-vérités ?

Continuellement au Brésil, nous entendons : la presse ceci, la presse cela. C’est un fait, la presse n’est pas parfaite. Mais ses erreurs ne sont-elles pas préférables au silence ? Doit-elle vraiment se laisser intimider ? Comme le disait Albert Camus[2], nous avons compris qu’il ne suffit pas de dénoncer l’injustice, il faut donner sa vie pour la combattre.


[1] Louis Edoa est étudiant en Master en Communication sociale à l’Université Méthodiste de Sao Paulo sous la supervision du Prof. Dr. Cilene Victor.

[2] Camus, A., Les justes, Paris, Gallimard, 1949.


Au sujet du titre : Déclaration polémique du président Bolsonaro : il rejette toute la souffrance du pays sur les seules épaules de la presse.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search