Allemagne, Querdenker et symbolique d’extrême droite

Anne-Coralie Bonnaire[1]

Dans un projet à la MSH Paris-Saclay, regroupant un corpus de 1 700 articles de prises de parole de chercheurs et chercheuses SHS face à la Covid-19 dans la presse, on constate que les comparaisons internationales, puisqu’on vit une pandémie, vont bon train. Les comparaisons notamment avec l’Allemagne n’échappent pas à la règle. Dans Le Figaro, cette comparaison tourne au désavantage de la France, idéalisant la situation en Allemagne notamment en termes de gestion de la pandémie et d’accès aux soins. De nombreux titres soulignent le « complexe d’infériorité » de la France par rapport à l’Allemagne, aussi bien sur le plan politique que sanitaire. Mais qu’en est-il effectivement de la situation en Allemagne ?

Même si l’on constate que la pandémie a été plutôt bien gérée au début, en mars 2020, au moment où la fédération allemande décide d’un confinement général, la situation est encore gérable en Allemagne. Ceci est en partie dû au fait que le pays, suivant l’exemple de ses voisins européens l’Espagne, la France et l’Italie, a eu l’occasion de réagir beaucoup plus tôt au développement épidémique. Néanmoins, les tergiversations autour de la mise en place de mesures nationales débutent avec l’organisation fédérale du pays, puisque ces dernières sont appliquées différemment dans chacun des Länder, voire en fonction des villes.

 

Manifestation d’opposants aux restrictions sanitaires à Cassel (Hesse), le 20 mars 2021.

Manifestation d’opposants aux restrictions sanitaires à Cassel (Hesse), le 20 mars 2021. Armando Babani / AFP.

 

Manifestations et violences

Néanmoins, dès le mois d’août 2020, de grandes manifestations très critiques, voire violentes contre les mesures sanitaires voient le jour. Au-dessus des manifestants qui crient à la « dictature Merkel », on observe des drapeaux qui renvoient au 2e Reich, drapeau aussi utilisé par les manifestants de Pegida (Patriotische Europäer gegen die Islamisierung des Abendlandes, ou Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident, qui manifestent depuis 2014, notamment à Dresde, et ce malgré la pandémie) qui ne sont pas sans rappeler une symbolique d’extrême droite. À la fin du mois d’août 2020 une partie des manifestants, non masqués bien sûr, attaque le Reichstag, lieu hautement symbolique du pouvoir et de l’Histoire allemande. Début novembre c’est une petite fille qui, pendant ces manifestations, se compare à Anne Frank, et fin novembre c’est une jeune étudiante qui se prend pour Sophie Scholl. Gert Pickel observe dans une interview les liens entre ce mouvement dit Querdenker — qui s’inspire des libres-penseurs, mais renvoie à une façon de penser alternative — et l’extrême droite en passe de devenir le deuxième pouvoir politique allemand, juste après la CDU (Christlich Demokratische Union Deutschlands ou Union chrétienne démocrate) : l’AfD (Alternative für Deutschland ou Alternative pour l’Allemagne), dont le nom « alternative » rappelle bien sûr l’idée de quer[2].

Une étude du Centre Leibniz d’études européennes économiques (ZEW Mannheim) et de la Humboldt-Université de Berlin a prouvé que ces manifestations qui réunissent jusqu’à 20 000 personnes, sans masque, ont provoqué plus de 10 000 infections à la Covid-19. Le 1er avril 2021 en Saxe dans plusieurs villes, c’est une symbolique encore plus effrayante qui est mise en œuvre par des initiatives de parents (dont on constate des liens avec le mouvement Querdenker) et qui consiste à exposer des chaussures d’enfants devant les mairies pour réclamer la réouverture des écoles et des crèches. Or cette symbolique (les photographies de petites chaussures d’enfants sur des marches) n’est pas sans rappeler celle des enfants déportés par les nazis, que l’on peut observer par exemple à Auschwitz, ou bien le long du Danube à Budapest, ou encore dans un poème sur les enfants de Lublin de Johannes R. Becher.

On assiste donc avec cette pandémie et les manifestations contre les mesures sanitaires à une rupture de communication entre politiques et citoyens et citoyennes allemands. Cette rupture relativise le nazisme et utilise une symbolique qui relève de deux poids, deux mesures, entre ce qui est comparable et ce qui ne l’est pas, entre la politique actuelle et celle de l’Allemagne des années 1940. La défiance envers les mesures sanitaires mises en place pour endiguer la pandémie de Covid-19 a donc été un prétexte pour se réapproprier une symbolique historique forte et… questionnable en termes de relativisation historique.

 

[1] Anne-Coralie Bonnaire, docteure en information et communication de l’Université de Leipzig et de l’Université Paris-Descartes, Ingénieure de recherche au CNRS-USR 3683, Maison des Sciences de l’Homme — Paris-Saclay.

[2] Le mot « quer », qui a la même racine que le terme anglais « queer » signifie « de travers » ou « en diagonale ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search