Intelligence artificielle … Mythes, réalités et perspectives

Stéphane Bellocine[1]

 

L’Intelligence artificielle… Ces deux mots, devenus magiques dans notre société postmoderne fascinent autant qu’ils font peur. Bien sûr, cela est dû à la littérature qui existe autour du mythe de l’homme qui supplanterait Dieu en créant lui-même une intelligence. Aujourd’hui, nous y sommes, sauf que ces deux mots « Intelligence artificielle » sont devenus des mots fourre-tout.

 

Définir l’IA

Souvent présentée comme l’équivalent des deux grandes révolutions de l’histoire, l’imprimerie et la Révolution industrielle, l’IA est considérée comme une perspective exceptionnelle pour améliorer le confort de l’être humain ou pour limiter les accidents dans de nombreuses situations. Mais aussi comme une perspective dangereuse qui asservirait l’être humain à la machine. Tentons de la définir.

Dans l’inconscient collectif, elle évoque pour beaucoup Frankenstein, c’est-à-dire en fait une métaphore pour désigner la créature qui échappe à son créateur. Par analogie, elle semble triompher des limites de l’esprit en donnant vie aux machines. La réalité est toute autre. C’est avant tout une formidable aventure technologique qui a démarré avec les progrès des calculateurs et qui connecte les objets entre eux, les humains entre eux et les machines avec les humains. Les systèmes informatiques sensibles à leur environnement, capables d’apprendre en fonction de ce qu’ils perçoivent, capables aussi de prendre une décision, sont dits « intelligents ». Mais l’Intelligence artificielle n’est pour le moment rien d’autre que du traitement de l’information, à savoir la possibilité pour les calculateurs de traiter un très grand nombre d’informations et de plus en plus vite. Elle est utilisée pour soulager l’être humain dans la réalisation de tâches répétitives.

Jean Pierre Hebert, untitled algorithmic drawing, 1989

© Jean-Pierre Hebert, dessin algorithmique, 1989

Les entreprises sont un bon exemple d’utilisation de ces fonctionnalités basiques, au travers d’outils qui leur permettent de visualiser des données et d’en extraire une valeur essentielle. La quantité de données exploitables par les entreprises va justement croître de façon exponentielle. Il y a d’autres outils de plus en plus répandus dans les entreprises pour améliorer la productivité, au travers de l’automatisation de tâches fonctionnelles qui permettent de traiter l’information véhiculée par un processus métier.

Pour le grand public, une de ses applications utilisées quotidiennement est le moteur de recherches Google. C’est un langage de requêtes sophistiqué qui traite une demande de consultation des connaissances à jour sur un thème précis. Et, chose importante, la réponse doit toujours être de même nature à chaque fois que la question sera posée, même si elle peut varier en fonction du contexte.

 

Pas d’IA sans humains

L’IA la plus sophistiquée s’impose quand l’interaction avec l’environnement est indispensable pour garantir un fonctionnement optimal et utile à l’humain, avec une aide à la prise de décision. L’introduction de modèles mathématiques élaborés pour modéliser des situations comme un savoir-faire d’experts avec les interactions entre la machine et son environnement, a permis d’aller plus loin vers une intelligence véritable. Prenons pour exemple la voiture autonome.

Il doit y avoir une interaction avec le passager ou la passagère, comme avec l’environnement, sinon ce n’est pas de l’intelligence. En d’autres termes, les décisions de la voiture autonome sont prises en fonction du contexte du trafic. Les modèles d’IA bien adaptés à ce type d’enjeux sont basés sur les réseaux de neurones, des systèmes de traitement de l’information formés de plusieurs couches, chacune étant à la fois en réception de données provenant d’une couche précédente et en émission de données à destination d’une couche plus profonde. C’est le modèle utilisé pour la reconnaissance de formes en procédant de manière itérative afin de permettre à la machine d’apprendre par elle-même.

 

© Simon Harriyott

Autre métier majeur qui peut gagner grandement à l’emploi élargi de l’IA la plus sophistiquée, c’est la maintenance prédictive appliquée à des secteurs industriels. Les technologies les plus avancées pour prévoir l’état d’un système dans des conditions données sont certainement les probabilités bayésiennes, c’est-à-dire conditionnelles. Elles modélisent le système sous forme d’un réseau de données graphique et orienté – avec des arcs fléchés – qui représente les interactions entre des grandeurs physiques représentant son fonctionnement. Lionel Jouffe, Docteur 1997 de l’Université de Rennes-1 en Apprentissage de Systèmes d’Inférence floue par des méthodes de Renforcement et cofondateur de Bayesia, leader mondial de l’édition de progiciels bayésiens, nous explique que l’IA véritable doit prendre en compte le phénomène de causalité, notion complexe qui permet de raisonner sur l’impact d’une action potentiellement appliquée sur un système à l’étude. C’est à cette condition que l’intelligence de la machine pourra rivaliser avec celle de l’humain. Mais encore une fois, qu’on ne s’y trompe pas, nous en sommes encore loin, l’intelligence artificielle dont on parle aujourd’hui est tout sauf infaillible !

 

Francois Spiero, ancien responsable du programme des vols habités du Centre national d’études spatiales (CNES), raconte qu’un astronaute qui poserait le pied sur une lointaine planète sera toujours capable d’explorer son environnement immédiat par une simple observation du relief. Alors que le robot ultra sophistiqué qui l’accompagnera aura besoin de faire des calculs d’itinéraires très complexes, qui lui prendront plusieurs jours, juste pour avancer de quelques mètres… C’est là la démonstration que la fameuse plasticité cérébrale humaine reste un bijou d’agilité et de créativité irremplaçable.

 

Doutes et certitudes

L’IA recèle aussi des dangers réels, tant sur le plan éthique que sociétal, voire anthropologique. Citons par exemple l’utilisation possible de drones à des fins de surveillance en croisant des bases de données afin d’enrichir les informations que les autorités pourraient détenir sur les citoyens. Ou encore la dépendance des consommateurs que nous sommes vis-à-vis des messages incitatifs de logiciels conçus pour déterminer un comportement spécifique, voulu et anticipé… C’est un danger que nous subissons déjà sans nous en rendre compte… L’uniformisation des esprits se joue au travers de l’information dont on nous abreuve, largement élaborée par des machines, grâce à des données collectées par mots-clefs en fonction de ce qui est utilisé par les réseaux sociaux. Utilisée de cette façon, l’IA tuerait la liberté et la démocratie et préfigurerait un monde orwellien où l’individu serait annihilé, réduit à l’état de chose dont la seule utilité serait d’appartenir à un groupe dirigé.

Elke Redher, Royal game, Stefan Zwieg, 2013

© Elke Redher, Royal game, Stefan Zwieg, 2013

Rappelons pour illustrer ce danger ce que Stefan Zweig avait présenté dans sa nouvelle Le joueur d’échecs, un homme devenu un Maître dans ce jeu de stratégie parce qu’il avait passé sa vie en captivité à apprendre un nombre incalculable de combinaisons, exactement comme le ferait un calculateur.

L’histoire raconte que le Maître s’est totalement déréglé la première fois qu’il a été confronté à un joueur très moyen, dont la seule force était d’être simplement humain, à savoir d’être capable de spontanéité. N’oublions pas cependant que la capacité de l’IA à pénétrer notre quotidien va dépendre des choix politiques et de société que nous ferons tous.

La véritable Intelligence artificielle sera la quintessence de sciences comme la génétique, l’économie ou la psychologie et aussi d’autres sciences cognitives, nous dit Judea Pearl, inventeur des réseaux bayésiens dont on parlait plus haut. Peut-être un « Art au carrefour de plusieurs sciences » pour reprendre le mot de Bergson sur la médecine dont on sait qu’elle espère beaucoup de l’IA.

Bref, un Art supérieur aux autres parce qu’il reproduit la Vie, c’est la définition que Léonard de Vinci donnait de la Peinture, Art suprême selon lui.

[1] Stéphane Bellocine a plus de 25 ans d’expérience dans l’industrie des Télécommunications et de l’IT. Il est aujourd’hui directeur général d’Odysseus Conseil qu’il a fondé en 2012, spécialiste de la transformation des organisations, et aussi responsable des réseaux d’entreprise du Groupe Lactalis depuis juin 2020. Internet. Site : www.odysseus-conseil.com – Blog : www.stephanebellocine.com

 


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. Merci Stéphane pour cet article pertinent sur l’IA. Bref et sans rester à la surface du sujet tu visites des facettes importantes quand on parle du sujet. Tu apportes un avis et un message pour l’avenir. Personnellement je pense que l’Europe avec sa multitude de pays et sa façon parfois difficile d’arriver à un compromis, peut être un atout pour le déploiement de l’IA, car les citoyens et utilisateurs auront plus de confiance dans l’IA approuvée par l’Europe.

    • Oui Jürgen, merci de m’avoir lu. Tu as raison, l’Europe saura conquérir l’opinion plus facilement que ses concurrents… Mais, en même temps, elle a du mal à décider oui, et à investir ce qu’il faut.
      A très vite

  2. Le Guern dit :

    Très bel article.

    Alors, futur dystopique ou avenir meilleur ?

    Le challenge sera celui de l’utilisation de l’I.A au service de l’humain, d un projet de société démocratique et responsable et non pas d’une société du contrôle, de la surveillance et de la violence.

    L’enjeu une fois de plus n est pas dans la technique mais dans la sagesse de son utilisation et dans la conservation de notre humanité.

  3. Petrache Laura dit :

    Very interesting article! As automated technology has evolved and become more capable, it has revolutionised the way we live, interact with each other, and even vote, affecting society from the heights of government through to everyday behaviours…I totally agree on the political and social implications.

  4. Il semble acquis que l’IA ne rivalisera jamais avec l’intelligence de l’homme. L’expérience montre, en effet’ que pour être performante, elle doit être spécialisée. Soit elle joue (très bien) aux échecs, soit elle reconnaît (très bien) les visages, et ce ci après un relativement long apprentissage.
    Si elle n’atteint pas celle de l’homme par sa diversité, elle n’en atteint pas moins des performances époustouflantes et ceci dans des domaines où elle n’était pas attendue. Je pense notamment aux capacités « rédactionnelles » de certaines qui font que des métiers intellectuels ( journalistes, écrivains, analystes, juristes, …) qu’on n’imaginait pas menacés par l’automatisation, seront bousculés par cette technologie.
    Alors, à quand une chronique sur l’IA rédigée par elle-même ? 😉

    • oui Patrick, l’IA est certes très spécialisée, en ce sens elle porte d’ailleurs mal son nom. Ce n’est pas une intelligence au sens …humain justement. Mais qui sait? Elle saura peut-être tout faire un jour, mais ce n’est pas demain la veille… Quant aux métiers de journalistes ou juristes, elle excelle oui mais parce qu’il y a là des tâches répétitives. En ce qui concerne l’écrivain, je n’en suis pas si sûr, sauf à faire passer la dimension artistique de l’oeuvre d l’écrivain par pertes et profits. Mille mercis de ce commentaire

  5. ALDJIA CHABOUR dit :

    Excellent article qui nous informe et nous permet de faire la part des choses .De George Orwell à Leonard de Vinci il y a de la place pour la technologie et pour l’humain , qui reste incontestablement précieux et incontournable.

    • merci Aldjia, je suis très heureux d’avoir une réponse depuis Alger la Blanche, qui se bat d’ailleurs non pas contre l’intelligence artificielle mais contre la bêtise humaine…sur le-l’an politique.
      Exact contraire ou même combat …? A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search