Léonard ou la démiurgie, par Brigitte Munier

Léonard, de recherche en recherche, se fait très simplement toujours plus admirable écuyer de sa propre nature.

Paul Valéry (1992)

Pour ce numéro d’Hermès consacré à l’érudition et dirigé par Franck Renucci (Université de Toulon, Imsic), Brigitte Munier (Télécom Paris’Tech) commente cinq œuvres de Léonard de Vinci, rappelant combien l’érudition de ce dernier fut au service de sa peinture qui, reine du savoir, devait réenfanter le monde. En voici un extrait.

Pour lire l’article « Léonard ou la démiurgie » (Hermès n° 87, partie 1 « L’érudition en héritage », p. 59-67) dans son intégralité :

 

L’exposition présentée au Louvre, du 24 octobre 2019 au 24 février 2020, nous avait tant éblouie que nous désirions la prolonger en tentant d’apprendre à mieux voir les œuvres de Léonard de Vinci. Mais comment aborder ce peintre dont les tableaux attirent toujours des foules internationales, ce sculpteur dont demeurent seuls de prodigieux croquis, ce joueur de lyre célèbre en son temps pour sa virtuosité, ce savant qui mena des recherches en optique, en anatomie et en géologie, cet architecte qui dessina les plans d’églises à coupoles, cet urbaniste qui conçut une ville à deux étages et ce maître de cérémonie dont les fêtes éblouissaient les rois ?

Comment évoquer cet auteur qui laissa plus de cent mille dessins et six mille pages écrites toujours offertes à l’exégèse, cet écrivain de fables et de prophéties qui se réputait uomo senza lettere, ce philosophe néoplatonicien dont les tableaux cèlent la vision du monde ? Comment approcher l’initiateur de la peinture moderne, selon Vasari, l’ingénieur visionnaire qui, outre l’aéroplane et le char d’assaut, inventa la bicyclette ? Comment traiter de ce prodigieux observateur qui découvrit quatre cavités dans le cœur quand Vésale et Descartes en virent seulement deux, ce novateur qui imagina une scène théâtrale unifiée par la perspective un demi-siècle avant Sebastiano Serlio ? Le génie de Léonard est si stupéfiant et si polyvalent que Daniel Arasse s’avoue soulagé par des lacunes en mathématiques rendant son « exception commensurable » (1997, p. 12).

 

Savant érudit ou génie autodidacte

La Madone aux fuseaux (ou Madone Lansdowne)

La Madone aux fuseaux (ou Madone Lansdowne), vers 1501, commandé par Florimond Robertet, huile sur bois transposée sur toile, 50,2 × 36,4 cm.

Le choix par la revue Hermès de la notion d’érudition pour sujet de son prochain numéro, nous offrit une voie d’accès à Léonard, même si sa puissante originalité semble peu conforme à la figure des érudits et humanistes du quattrocento, Nicolas de Cues, Alberti ou Marsile Ficin. Formé à l’école d’abaco avant d’entrer à la Bottega de Verrocchio, Léonard conserva le goût de la connaissance empirique ; il souffrit de sa faible maîtrise du latin qui ouvrait au savoir des lettrés au point d’avoir recopié une grammaire et du vocabulaire latins à l’âge de quarante ans – ainsi l’attestent le manuscrit H et le Codex Trivulziano. Le maître du Clos Lucé fut le premier grand ingénieur, précurseur d’une épistémologie des techniques dont il développait l’étude en de futuristes machines ; l’expérience étant pour lui « l’observation assortie d’un constat graphique » et le concept, schéma, il privilégiait la main autant que l’œil. Léonard brassa un véritable maelström de connaissances mais, parce qu’il ne fut point frotté d’emblée à une pensée systématique, ses travaux conservèrent une aura de « bricolage », écrit Arasse (1997, p. 11), tandis que s’épanouissait une liberté spirituelle sans pareille.

Citons enfin quelques traits de caractère dérogeant à l’image conventionnelle de l’érudit… Le peintre de La Joconde, dont l’époque révéra le génie, eut une réputation de touche-à-tout porté à une procrastination décourageant ses commanditaires : ainsi, raconte Vasari, le pape Léon X, qui avait commandé une œuvre à Léonard, le voyant « aussitôt distiller des huiles et des herbes pour faire un vernis […] s’exclama : “Hélas ! Il ne fera jamais rien, car il commence par penser à la fin avant de commencer son travail” » (Vasari, 2019, p. 45). L’auteur des Vies entretint la légende des perpétuels atermoiements du peintre et, parlant d’une commande par les Servites, rapporte « qu’il les promena longtemps et ne commença jamais rien » (Ibid., p. 39). Peu fiable, Léonard était aussi un homme exquis, bon et raffiné qui adorait les facéties, au point d’avoir grimé un lézard en dragon pour impressionner ses amis.

Brisons là : osciller entre deux portraits du maître, le savant érudit et le génie autodidacte, n’aurait pas plus d’intérêt que sa confrontation au type idéal de l’érudit des quattrocento et cinquecento. L’érudition demeure pour nous la cause occasionnelle de notre réflexion sur Léonard ; aussi avons-nous choisi de nous laisser guider par un apophtegme énoncé telle une hypothèse à la rédaction de la revue Hermès : l’érudition ne sert à rien.

Une première partie voudra situer la vocation du savoir et de la peinture pour Léonard, tandis que la seconde en éprouvera la pertinence par une confrontation à cinq œuvres tardives : Saint Jérôme, la Madone aux fuseaux, Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant, la Joconde et Saint Jean-Baptiste.


Dominique Wolton présente la revue Hermès et plus spécifiquement son dernier numéro sur l’érudition.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search