L’érudition : usages et enjeux, par Bernard Valade

Pour ce nouveau numéro d’Hermès consacré à l’érudition et dirigé par Franck Renucci (Université de Toulon, Imsic), Bernard Valade (Université de Paris) examine dans cet article comment la « méthode d’étudier » a été mise en œuvre à la Renaissance, puis tout au long de l’âge classique, avant d’être mise en question à l’époque des Lumières. En voici un extrait.

Pour lire l’article « L’érudition : usages et enjeux » (Hermès n° 87, partie 1 « L’érudition en héritage », p. 23-35) dans son intégralité :

 

 

 

« Érudition », « érudit »

D’abord assimilée à l’instruction, l’érudition est définie – « après 1650 » – comme « savoir approfondi fondé sur l’étude des sources historiques, des documents, des textes » (Dictionnaire Robert). Quatre synonymes lui sont attribués : connaissance, culture, savoir, science. L’érudit, « qui a de l’érudition », en reçoit cinq – cultivé, instruit, docte, lettré et savant –, auxquels sont adjoints mandarin et bénédictin.

La plupart de ces appellations le situent dans le monde des lettres : ainsi le docte est celui qui possède « des connaissances étendues principalement en matière littéraire et historique ». Les érudits sont « savants », certes, mais dans un sens différent de celui qui s’attache aux « scientifiques » qui font des découvertes en physique, chimie ou biologie. Cette distinction est d’entrée faite dans le Grand Dictionnaire universel du 19e siècle de P. Larousse. L’« érudition » est la somme des connaissances acquises par la lecture des grandes œuvres des Anciens et des Modernes, des commentaires qu’on en a faits, des éditions qu’on en a données, bref, elle se rapporte essentiellement aux livres et aux lieux qui les renferment – les bibliothèques. La science, elle, est connaissance des choses.

May, Édouard, Docteurs et savants 14e, 15e, 16e siècles, imprimerie Lemercier, s.d. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.25055. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet.

May, Édouard, Docteurs et savants 14e, 15e, 16e siècles, imprimerie Lemercier, s.d. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, G.25055. CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet.

Pour le chercheur des laboratoires scientifiques, l’érudition se réduit à la partie historique de la discipline qu’il pratique. Aussi bien l’usage a-t-il borné le mot au savoir « littéraire » en lui faisant désigner « la connaissance très étendue des monuments relatifs au langage, à l’art, à l’histoire » – les « monuments » renvoyant au « savant antiquaire » qui jadis se livrait à leur étude ainsi qu’à celle des objets d’art. Point commun entre savoir scientifique et érudition littéraire ou historique : l’un et l’autre sont en prise sur des recherches spécialisées ; ils supposent des compétences reconnues qui placent ceux qui les possèdent en position d’expertise.

La représentation que l’on se forme communément de l’érudit en fait un personnage voué à l’étude minutieuse de questions qui le rendent plus attentif au passé qu’au présent. Comme tel et dans ces dispositions, il figure chez La Bruyère sous les traits d’Hermagoras qui a « presque vu la tour de Babel » – il en sait le nom et le nombre de ses architectes – mais « n’a jamais vu Versailles et ne le verra point ». Au revers de ce portrait s’est accréditée une « honte de l’érudition » qui désocialise. C’est le « jugement » des gens chez qui l’on trouve « une prévention tout établie contre les savants à qui ils ôtent les manières du monde, le savoir-vivre, l’esprit de société, et qu’ils renvoient, ainsi dépouillés, à leur cabinet et à leurs livres ».

D’autres clichés sont tôt apparus, au premier chef celui de l’érudit multipliant les gloses à l’infini. Le modèle en est donné par Thémiseul de Saint-Hyacinthe, avec son Chef-d’œuvre d’un inconnu (1714), pièce de quarante vers assortie de deux cents pages de commentaires. Entrent aussi en scène le pédant, le cuistre, le savantasse, tous adossés à une érudition qui est souvent matière à bavardages. Dans la Comédie humaine, la comtesse de La Baudraye – la « Muse du Département » – assomme les habitués de son salon d’interminables causeries sur Bernard Palissy ; elle est, selon J.-P. Chaline (1998, p. 2), « la version féminine de ce type très fréquent de hobereau érudit ». Dans À la recherche du temps perdu, l’érudit se nomme Brichot, professeur à la Sorbonne. Proust nous le montre féru d’étymologie, aimant à étaler son savoir devant les familiers de la maison Verdurin où il est admiré pour ses travaux d’érudition. On est loin de l’« Honnête homme » qui, ayant des lumières sur tout, ne se pique de rien. Brichot est le type parfait du docte pontifiant.

D’un côté, l’érudition comme mise en œuvre d’une démarche et édification d’un savoir est saluée pour ses apports au progrès des connaissances. De l’autre, la dénonciation est fréquente de l’inutile « fatras d’apparats critiques » dont des publications sont encombrées. Perçue comme fardeau ou stérile, elle inspire alors des considérations des plus banales qui achèvent d’en donner une image caricaturale. Une dimension polémique lui est, en fait, inhérente ; elle prime ces objections de forme ainsi que l’opposition anecdotique entre vraie et fausse ou vaine érudition.

C’est qu’au départ il s’agit d’une « méthode d’étudier », celle que La Bruyère recommande dans ses observations sur « Quelques usages » : « C’est le chemin le plus sûr et le plus agréable pour tout genre d’érudition. Ayez la chose de la première main, puisez à la source. » Les vicissitudes de cette « méthode » au cours des Temps modernes et contemporains montrent qu’après avoir rayonné à l’âge classique, elle a été mise en question au siècle des Lumières, puis mise au service des études historiques et littéraires. Aujourd’hui, les usages et les enjeux qui lui sont attachés font l’objet de nouvelles lectures qui seront, en conclusion, brièvement évoquées.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search