« L’érudition, c’est l’altérité », entretien avec William Marx

Pour ce nouveau numéro d’Hermès consacré à l’érudition et dirigé par Franck Renucci (Université de Toulon, Imsic), Brigitte Chapelain a rencontré William Marx, professeur au Collège de France et titulaire de la chaire de Littératures comparées. En voici un extrait.

Pour lire l’entretien « L’érudition, c’est l’altérité » (Hermès n° 87, partie 1 « L’érudition en héritage », p. 44-58) dans son intégralité :

Brigitte Chapelain : Est-ce que l’érudition est une des dernières libertés ?

William Marx : Ah oui ! Tant qu’elle nous sera accordée par l’université… C’est une première manière de répondre à la question. Je soutiens le mouvement de la « slow thought » (comme la slow food s’oppose au fast food), c’est-à-dire la pensée qui prend du temps, les thèses qui se soutiennent avec une certaine maturation. De nos jours, les thèses se font dans l’urgence, et tous les projets de recherche financés par l’Agence nationale de la recherche doivent se mener sur trois ans : il faut des résultats immédiats, ce qui est une absurdité… Le temps de l’érudition n’est pas en phase avec le calendrier du financement de la recherche. Heureusement, une partie de l’érudition n’a pas besoin de beaucoup de financement. L’utilisation des bases de données coûte certes beaucoup moins cher que la réalisation d’une expérience de biologie ou de physique, mais il y a néanmoins besoin de temps, et le temps est la denrée la plus rare de l’universitaire, du savant.

Ces libertés-là de faire de l’érudition nous seront-elles encore données ? Là est le problème. Au Collège de France, je n’ai pas à me plaindre, je suis bien loti, mais ailleurs la situation n’est pas si rose, et elle a plutôt tendance à empirer.

William Marx dans son bureau au Collège de France, 2020.

D’un point de vue plus fondamental, l’érudition est une liberté puisqu’elle permet de sortir du monde où nous sommes, c’est-à-dire de sortir d’un cadre et d’une façon de penser. Elle donne accès à un autre monde, dans lequel nous sont vraiment offerts des espaces d’innovation, de liberté, de fiction, d’imagination, de sensibilité et d’émotion nous permettant d’échapper aux diktats du quotidien. Telle serait la seconde façon de répondre à votre question.

En ce sens, l’érudition est une drogue, il y a là une addiction possible. On voit bien que ce qui est toujours reproché à l’érudit, c’est d’être absorbé dans son travail, d’être dans un autre monde un peu comme le gamer sur sa console. Je connais de tels érudits, j’en fréquente au Collège ou ailleurs. Celui qui travaille uniquement sur des inscriptions grecques ou latines ou dans le monde égyptien peut n’en sortir jamais, tant il y trouve de plaisir.

Pour ma part, au bout d’un moment je trouve un peu dommage de ne pas chercher à interroger le monde contemporain à partir de ce savoir qu’on a accumulé, de le garder uniquement pour soi, comme si le monde ancien ou lointain ne pouvait pas servir à éclairer le nôtre. J’aurais plutôt tendance – c’est ma façon de faire, je suis comparatiste – à utiliser cette connaissance-là pour essayer ensuite de l’appliquer au monde contemporain et formuler des interrogations me permettant de le mettre à distance. Mais je peux comprendre et même partager cette addiction procurée par l’érudition, qui consiste à plonger dans une sorte de grand roman du monde lointain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search