En appeler à Charles Martel pour haïr

Axel Boursier, LT2D, CY Cergy Paris Université

 

Le week-end du 10 avril 2021 a été le cadre de plusieurs actions violentes contre la communauté musulmane française. Des inscriptions telles que « Les croisades reprendront », « Charles Martel sauve-nous » ont été inscrites, dimanche 11 avril, sur les murs extérieurs du centre culturel islamique Avicenne de Rennes.

Ce qui m’intéresse dans ce billet c’est la façon dont une partie de la sphère Twitter participe à la légitimation de ces actes et les inscrit dans un cadre permettant de les justifier. Dans un contexte particulier, la twittosphère est agitée par des discours de haine assimilant musulman, migrant et terroriste en puissance. Pour justifier ce cadrage, les usagers des RSN font usage de différentes réappropriations de l’Histoire.

Charles Martel à la bataille de Poitiers, en octobre 732, représentation par Charles de Steuben (1837), Galerie des Batailles, musée d'histoire de France, château de Versailles.

Charles Martel à la bataille de Poitiers, en octobre 732, représentation par Charles de Steuben (1837), Galerie des Batailles, musée d’histoire de France, château de Versailles.

L’usage de références historiques concerne l’inscription du maintenant dans une longue chaîne de résistances face à l’envahisseur. Aussi, le refus des migrants ne serait qu’un évènement dans une Histoire plus longue de protection de la France (invocation d’une France éternelle). Cette volonté se retrouve notamment dans la recherche de « héros » capable de sauver la France. L’inscription de Charles Martel n’est pas anodine, on la retrouve sur les RSN souvent accompagnée de Jeanne D’Arc. Les haineux usent de l’ensemble du « kit » (Thiesse) d’imaginaire socio-discursif permettant de fonder la France comme une Nation qui s’est construite en faisant preuve de résistances face aux « ennemis ».

Cette réintroduction de l’évènement dans une intrigue plus vaste permet également de légitimer le camp de ceux qui refusent les migrants. Par une inversion rhétorique, les défenseurs de la France sont alors les haineux qui se placent sous un héritage de figures mélioratives. Cette intrigue se consolide dans la reprise de l’imaginaire hérité de la Seconde Guerre mondiale opposant « collabos » aux « résistants ». La figure du « résistant » qui teinte l’ethos du haineux s’oppose aux « collabos » venant amplifier la distanciation. Les haineux en viennent à se parer du masque d’une figure reconnue au sein de l’imaginaire socio-discursif français. La dichotomisation de la scène énonciative se parachève dans ce mouvement ou aucune solution de conciliation n’est possible : l’adversaire assimilé à la figure du « collabo » est à abattre. L’appel au réveil du peuple français reprend un des leitmotivs du discours populiste et reproduit son adresse. La rupture ne peut être produite par le « on » politique qui est disqualifié, mais doit être le signe d’une réappropriation par le peuple de son destin.

Cet appel à la mobilisation est actualisé notamment lors de l’attentat de Bayonne du 28 octobre 2019. Les internautes convoquent « implicitement ou explicitement un système de normes et de valeurs » (Jackiewicz : 31) pour juger l’acte perpétué par cet ancien candidat FN. Voici quelques exemples des qualifications que l’on pouvait retrouver de cet acte sur Twitter :

« Un attentat ? Ou juste une révolte contre cette invasion et cette islamisation d’une France anciennement puissante et désormais abattue par le gouvernement » ?

 

« Un homme de 84 ans et on ne parle pas d’acte isolé ? Il a vu passer 11 présidents, les Trente glorieuses, la reconstruction du pays dévasté par la guerre, le retour vers une situation de plein emploi.

Immigration, gilets jaunes, la décadence

Un ras-le-bol sans doute… »

 

« Voilà le résultat, un vieux conscient de l’état dramatique de la France se réveille pour mettre fin à l’insécurité et à l’invasion ».

L’évaluation de l’action du terroriste puise la légitimation de son acte via le déploiement de cette inscription de l’acte terroriste dans une « urgence du maintenant ». Remarquons que l’ethos construit de cette figure joue des références aux différentes guerres qu’aurait connues cet individu. Lui qui a combattu dans sa jeunesse l’invasion nazie reproduit ce geste face à l’« invasion migratoire ». La légitimation de l’action réintroduit cet acte dans une logique « rationnelle ». Le sursaut du peuple et la reconquête de la destinée nationale sont convoqués comme des motifs légitimes pour se révolter. Si les opposants parlent d’attentat, les membres de la communauté anti-migratoire parlent plutôt de révolte ou de rébellion.

L’ensemble des cadrages légitimise cette présentation guerrière de la réalité. Cet acte terroriste n’est pas condamné, mais appelle à une amplification. Le peuple doit logiquement se révolter face à un monde qui le maltraite et ne respecte pas son Histoire.

L’attentat est évalué comme un acte de rébellion du fait du cadre interprétatif dans lequel il est ancré.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search