La radicalité à l’aune des théories du complot

Billel Aroufoune[1]

 

Être radical c’est avoir une pensée irréductible et surtout ne pas reconnaître l’autre et ses opinions. En communication, la radicalité peut se traduire par le refus de l’altérité. Outre la violence, l’objectif du radical ne vise-t-il pas à perturber ou à réduire, sinon aliéner la pensée de l’autre ? Depuis l’éruption de la dernière pandémie, l’agenda médiatique est focalisé sur la Covid-19. Or les médias ne sont pas les seuls relais de l’information. Les médias dits sociaux ont envahi nos écrans et notre quotidien. Nous sommes conscients de la viralité des fausses informations qui circulent sur le web, on sait aussi la portée de la rumeur dans l’espace public. Mais qu’en est-il de la cabale contre le coronavirus à l’ère de l’incertitude et de la peur ? Ne sommes-nous pas au temps de la radicalité ?

 

Une porte ouverte aux théories du complot ?

La propagande, à travers son système de symboles regroupant plusieurs pratiques et rituels, touche toutes les catégories sociales. Qui n’a pas reçu une information sur sa messagerie électronique l’alertant des « dangers » du vaccin contre ce virus « fabriqué de toute pièce » ? Quand des experts remettent en cause, de manière triviale, des hypothèses scientifiques sur des plateaux de télévision ou dans des tribunes papier et en ligne, cela ouvre la porte à toutes les interprétations. Par exemple, l’intervention du 16 janvier dernier de la généticienne Alexandra Henrion-Caude sur le plateau de TV Libertés[2], a donné lieu à une déferlante de réactions des médias[3].

Aurel, 2013, Politis.

Aurel, 2013, Politis.

D’autres informations circulant sur le web alimentent le discours conspirationniste. L’objectif étant d’imposer une (contre) vérité construite de toute pièce et soumettre les publics récepteurs à considérer la pandémie de Covid-19 comme une machination. Le monstre de Frankenstein voudrait « éliminer les plus faibles » parmi l’espèce humaine. C’est l’idéologie radicale du film-documentaire Hold-up, auquel la généticienne Henrion-Caude a participé. La sortie de ce document a défrayé la chronique. Les découpages séquentiels, les analyses rhétoriques et toutes les autres lectures critiques proposées par les médias ne font que renforcer l’argument majeur des adeptes de raccourcis simplistes : le quatrième pouvoir contrôle davantage la société !

 

L’inconnu de l’équation

Dans une société démocratique, face à des stratégies radicales de réinformation la réponse ne peut être radicale. À défaut d’une régulation raisonnée, faudrait-il songer à une réelle politique d’éducation aux médias sociaux ? Si la privation de Trump de ses tribunes numériques reste problématique, les comptes de conspirationnistes continuent de pulluler sur le web.

Pawl Kuczynski

Pawl Kuczynski

D’autre part, l’une des premières conséquences des derniers confinements, observés en France et ailleurs, est l’accroissement du temps passé devant les écrans. On parle même d’addiction à l’Internet et aux réseaux sociaux numériques. La radicalité n’y trouve-t-elle pas une autre porte ouverte ? Pourtant, les technologies numériques d’information et de communication peuvent aussi être un remède pour le lien social qui va progressivement à l’évanescence. Alors, comment trouver un remède aux maux de cette forme de radicalité qui puisent ses racines dans les idéologies extrémistes ?

 

[1] Billel Aroufoune, enseignant à l’UFR Ingémédia, est chercheur en qualité d’ATER en Sciences de l’information et de la communication au laboratoire IMSIC de l’Université de Toulon.

[2] Une Webtélé proche des Identitaires et d’autres mouvements d’extrême droite.

[3] De nombreux fact-cheking ont été publié et parmi eux celui de l’AFP : https://factuel.afp.com/covid-vaccin-la-geneticienne-alexandra-henrion-caude-nous-dit-tout-attention-cette-video-virale

 

Pour aller plus loin

Charpier, F., L’obsession du complot, Paris, Bourin Éditeur, 2005.

Courbet, D., Fourquet-Courbet, MP., Amato, S., « ‘‘Addictions’’ et comportements problématiques liés à Internet et aux réseaux sociaux. Synthèse critique des recherches et nouvelles perspectives », ESSACHESS, vol. 13, n° 1(25), 2020.

Galli, D., « Le pharmaphone », Hermès, La Revue, n° 84, 2019, p. 89-92. https://doi.org/10.3917/herm.084.0089.

Leiduan, A. Umberto Eco & les théories du complot. Contre le complotisme, au-delà de l’anticomplotisme, Nice, Les éditions Ovadia, 2019.

Mercier, A., Fake news et post-vérité : 20 textes pour comprendre la menace, The Conversation France, 2018, disponible sur : https://cdn.theconversation.com/static_files/files/160/The_Conversation_ebook_fake_news_DEF.pdf (consultée le 16 janvier 2021).

Schopenhauer, A., L’art d’avoir toujours raison, Paris, Éditions Mille et Une Nuits, 2003.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search