Le pot de yaourt, le bout de ficelle et la communication

Dominique Wolton

 

La communication réussie ? Des enfants jouent et veulent se téléphoner. Ils prennent deux pots de yaourt reliés par une ficelle. On leur a dit que s’ils parlaient dans le téléphone, c’est-à-dire dans le pot de yaourt, l’autre entendra par l’intermédiaire du fil, et pourra répondre. Alors les deux enfants décident de se téléphoner. Ils se cachent à 10 mètres, 20 mètres l’un de l’autre et se parlent :

  • Tu m’entends ?
  • Oui, je t’entends.
  • Tu m’entends ? Alors parle-moi.
  • D’accord, je te parle.

Chacun entend l’autre, mais évidemment directement, sans l’intermédiaire du pot de yaourt et de la ficelle.

Tout est là. Le désir de se parler. Le rôle de la technique, qui finalement ne suffit pas à établir la communication. La nouveauté. Le mystère.

Conclusion ? Nous cherchons tous un pot de yaourt et une ficelle pour mieux communiquer. Et pour finir, on se parle le plus souvent directement pour essayer de se comprendre un peu. Sans être certain d’y réussir…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search