Les défis que les Gafam posent à la démocratie

 Lina Zakhour[1]

À partir d’un extrait de la revue Hermès, l’avocate Lina Zakhour pose la question : À qui revient le rôle de trancher sur les réseaux sociaux ?

« Les échanges si démocratiques dont se gargarisent ces réseaux, où la parole et les images circulent, émanant de diverses sources professionnelles ou non, légitimes ou non, connues ou non, s’avèrent pour leur part bien dangereux… pour la démocratie ! En effet, depuis qu’il y a pléthore d’informations, il n’y a jamais eu autant de manipulation, de suspicion, de fausses informations…

 

Au jeu de la vérité et du mensonge, aujourd’hui, le vocabulaire s’est diversifié et même enrichi : propagande, désinformation, soft power, influence des esprits, relativisme, post-vérité, etc.

 

Suffira-t-il d’imposer la régulation politique pour bien encadrer ces industries de l’information, de la connaissance, de la culture et de la communication ? Rien n’est moins sûr. La chasse aux fake news, récemment enclenchée, n’a pas éradiqué le fléau. Et de protectrice de la démocratie, elle risque d’être liberticide si les mesures prises mènent à une restriction de la liberté d’expression, pouvant être assimilée à la censure. Peu après l’élection de Donald Trump, Mark Zuckerberg (le fondateur de Facebook) refuse toujours de s’engager : “Je crois que nous devons être extrêmement prudents par rapport à l’idée de devenir nous-mêmes des arbitres de la vérité”[2].

 

Vérité, un terme qui serait à redéfinir… Or, les imposteurs, ces faux messies, sont nombreux. En libérant la parole, Internet risque-t-il, au final, de noyer la bonne parole ?

 

Vers quels systèmes de sociétés ces réseaux poussent-ils les hommes et les femmes ? Les démocraties ont-elles trouvé leur ennemi dans cette liberté de la parole accordée à tous et qui façonnera esprits influençables ou manipulables à coups de likes, se jouant ou déjouant des opinions et enclavant le libre-arbitre des citoyens au service de démagogues populistes ou d’entrepreneurs dont l’appât du gain est sans limite, se servant de profils sponsorisés ou robotisés pour arriver à leurs fins ?

 

Le défi majeur touche aujourd’hui au cœur du fonctionnement démocratique : réfléchir au rôle, au statut et à la valeur du contenu véhiculé par ces réseaux acheminant des informations et des opinions au moyen desquels les hommes habitent leur monde ! L’enjeu est de taille : si les likes sont signe d’approbation, c’est désormais le rapport des hommes à l’accès aux connaissances et à l’évaluation des savoirs qui va décider de leurs actions sur le monde qui pose problème. »

 

En démocratie, l’espace public, l’espace commun est régi par la loi, seule apte à réguler les rapports des citoyens. En cas de litige, dans un état de droit, c’est donc aux juges de trancher. La Jurisprudence interprétant la lettre et l’esprit des contrats au regard de la loi.

Lorsqu’il s’inscrit, l’utilisateur de ces réseaux doit respecter les règles du jeu. Un règlement, un « contrat d’adhésion » auquel il aurait accepté de se soumettre en cliquant sur la case « j’accepte ». Quitte à revenir aux tribunaux pour riposter contre une décision jugée contraire à la loi ? Un utilisateur ayant de par ses propos exprimés via ces réseaux, appelé à la violence, au crime… verra son compte suspendu ou effacé par ces géants du numérique qui s’arrogent le droit de censurer, punir, tout non-respect du règlement de la maison. D’espace commun d’expression, les géants du numérique s’arrogent donc les prérogatives de juges : interprétant, tranchant…

Néanmoins, ce qui est en jeu est grave. Il en va de la liberté d’expression, de la vérité, du mensonge, d’informations scientifiques, du savoir, d’idéologies… allant jusqu’à ne mettre en danger rien moins que la sécurité des individus et des états ! Ces entreprises privées ont-elles les capacités leur permettant de jouer ce rôle ? Est-ce leur rôle de décider : qui a et qui n’a pas droit à la prise de parole ? Comment mesurer la dangerosité de propos ? Ou mettre le curseur ? Pourquoi ne pas bannir la parole des imbéciles ? Les idiots peuvent être dangereux. Aussi…

Qui a le droit de s’exprimer ? Qui réduire au silence ?

Qui a le droit de juger ?

Quel rôle est laissé aux tribunaux ? Aux agents étatiques chargés de la sécurité ?

Qui fait la police ? Que fait la police ?

Aujourd’hui il est bon de se poser ces questions, face à la décision des Gafam de suspendre tous les comptes de Donald Trump. Par ailleurs, reste présent à nos esprits le fait que l’assassinat de Samuel Paty n’aurait peut-être pas eu lieu si l’on avait empêché à temps, certaines personnes d’appeler à la violence à son encontre… Ces deux cas résument la complexité de la question de la censure privée de la part de sociétés privées détenant le monopole de l’existence dans l’espace public virtuel, et de l’accès à cet espace commun, qui permet de prendre part au débat public.

Nous sommes pris entre le marteau et l’enclume. D’une part du danger de l’arbitraire, d’autre part des risques sécuritaires. Cette complexité, c’est la porte ouverte aux abus : Discrimination. Cancel culture. Incertitude. Insécurité. Urgence. Retard… Oui il y a danger pour la démocratie. Mais la démocratie c’est un système judiciaire, des services de renseignements et de sécurité étatiques aussi. Surtout.

Dans un état de droit, seul un système judiciaire impartial est garant de la protection de l’arbitraire.

 

[1] Diplômée en droit (USJ Beyrouth), en journalisme ainsi qu’en SIC (Celsa, Paris), Lina Zakhour est avocate à la cour, consultante spécialiste du discours et de la rhétorique et enseignante à l’université. Elle est l’auteure d’un ouvrage juridique Moi et la loi au Liban (2013), ainsi que d’études scientifiques, d’articles et de chroniques parus dans des revues spécialisées et dans la presse, en France et au Liban. Son premier roman : Imane (Hémisphère/Maisonneuve & Larose, 2019).

[2] « Critiqué après l’élection américaine, Facebook cherche un responsable média », Le Monde, 13 déc. 2016.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
hermes (10 février 2021). Les défis que les Gafam posent à la démocratie. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pih2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search