Dérives graves des médias libanais à l’épreuve de l’épidémie covid-19

Nabil el Khoury[1]

 

La couverture médiatique de l’épidémie covid-19 au Liban contribue à sensibiliser le public sur le danger du coronavirus et sur les moyens de précaution. Sans cette mobilisation médiatique, la propagation de ce virus aurait été beaucoup plus conséquente dans un pays qui compte 5 à 6 millions d’habitants environ. Le rôle des médias libanais mérite donc d’être valorisé sans toutefois perdre de vue leurs dérives.

Rappelons que le secteur audiovisuel libanais est occupé aujourd’hui par sept chaînes privées : LBCI et MTV, ayant une identité plutôt néolibérale ; NewTV connue quant à elle par son orientation plus ou moins de gauche. Ces trois chaînes sont suivies par une large audience au Liban.  D’autres chaînes sont opérationnelles mais ouvertement partisanes, comme : al-Manar, pro-Hezbollah; OTV, pro-ouniste (par rapport au parti du président de la République Michel Aoun); NBN, liée au parti du président du parlement libanais. Une autre chaîne privée, Télé Lumière, est un média chrétien catholique dont l’audience est restreinte. Face à toutes ces organisations, il y a la seule chaîne publique: Télévision du Liban (TL) mais qui est très marginalisée par l’Etat au profit du secteur privé.

Lors des confinements et des couvre-feux imposés par les instances officielles, ce sont surtout la LBCI et la MTV qui s’autorisent à prendre la place de la police. Elles dépêchent leurs équipes sur le terrain afin de « poursuivre » des « indisciplinés », sans chercher à expliquer les causes profondes de la désobéissance de certains individus et de leur refus de se soumettre aux mesures de confinement. Leurs discours terrorisent et humilient les désobéissants. Certaines transgressions sont pointées du doigt dans le but d’accuser la population d’être responsable de l’aggravation des contaminations au Liban ces derniers jours, tout en minimisant ou relativisant la responsabilité des gouverneurs. Cette couverture médiatique de la crise vise très clairement à incliner les récepteurs vers une telle interprétation.

Paradoxalement, ces mêmes médias, au lieu de condamner fermement le déconfinement décidé par le gouvernement durant les fêtes de fin d’année, ont diffusé des publicités destinées à la promotion des concerts à l’occasion du Nouvel An, où la distanciation sociale aurait été non-respectée, sinon peu efficace.

Les médias ont le devoir de décrire la réalité mais aussi d’expliquer les causes des dysfonctionnements et des désordres. Il ne s’agit pas ici d’évaluer dans quelle mesure les médias libanais ont assumé leur fonction, mais plutôt de s’interroger sur les excès médiatiques lors de la couverture de l’épidémie.

 

Une communication persuasive de la part des médias libanais ?

Or depuis le début, la chaîne LBCI, connue au Liban comme la première institution médiatique, n’hésite pas à décrire ouvertement les désobéissants comme des « écervelés ». C’est une injure qui n’a rien à voir avec la communication persuasive. Certes, ne pas respecter le confinement et le couvre-feu, ou ne pas mettre le masque, sont des comportements irresponsables. Mais le langage médiatique utilisé pour les condamner ne doit jamais être un langage déplacé, dépourvu du respect de la dignité humaine. Ce média porte atteinte aux règles déontologiques et anéantissent leurs capacités persuasives si le vocabulaire et le ton utilisés décrivent des individus comme des « abrutis » ou des « bêtes ».

Une telle couverture médiatique est d’autant plus scandaleuse que les gens en cause vivent dans des quartiers marginalisés et pauvres au Liban. Ces citoyens sont les plus démunis, privés de toute protection sociale de la part de l’État. S’ils ne travaillent pas, il leur est difficile de nourrir leurs familles, alors que la crise économique et financière qui frappe le pays, pèse très lourdement sur eux. C’est surtout cette précarité sociale qui explique le non-respect du confinement et non pas la volonté d’être irresponsable ou irréfléchi !

D’autres facteurs expliquent ce phénomène de désobéissance au moment de l’épidémie : les convictions préexistantes qui favorisent une croyance au destin chez certains individus ou aux théories du complot chez certains d’autres, sans compter ceux qui vivent dans le déni. Face à de tels récepteurs, même une communication persuasive, basée sur une source crédible et sur des données scientifiques, risque de ne pas pouvoir agir sur leurs attitudes et comportements. Les croyances préconstruites les incitent à résister à tel message ou tel message persuasif. Et ce n’est pas par l’insulte que les médias contribuent à régler ce problème.

Au lieu de tenir compte des enjeux de la communication persuasive et de ses mécanismes, certains médias sombrent dans un discours humiliant vis-à-vis des citoyens indociles. Ils contribuent surtout à la banalisation d’un sentiment de mépris à l’égard des gens précaires, réduits implicitement à être des « racailles » par leur discours.

Ce n’est qu’un cynisme médiatique dans une société libanaise dominée par une oligarchie cynique.

 

[1] Nabil el Khoury, docteur en Science politique de l’Université Paris Descartes, est assistant-professeur à l’Université Antonine et à l’Université libanaise.

 

Lire aussi

En Côte d’Ivoire : « On s’en fout du Corona ! », par Edmond Doua

Jair Bolsonaro, le cauchemar brésilien, par Juremir Machado da Silva

A Beyrouth, ces jours-ci, par Lina Zakhour

L’Allemagne en temps de pandémie covid-19, par Hedwig Wagner

Nouvelles de Slovaquie, par Radovan Gura


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search