La Covid ne se mouche pas du coude

Brigitte Munier

 

En effet, les médias ne parlent que de ce virus, n’hésitant point à interroger régulièrement les sommités médicales pour préciser la bonne façon de porter un masque ou le choix de mouchoir le plus pertinent : jetable ou lavable ? Peut-on concilier écologie et prophylaxie ? Dilemme récurrent. La morve focalise l’attention mieux que typhons, insurrections et autres carnages.

C’est que l’épidémie exacerbe notre sensibilité à ces besoins physiologiques dont notre culture s’efforça de réprimer les manifestations toujours plus étroitement : celles du nez, notamment, tant il parut révoltant que cet organe placé au centre du visage dut être mouché — les yeux contemplent les cieux mais le nez souffle du mucus !

Au 13siècle, Bonvicino da Riva recommandait de se détourner en se mouchant durant le repas « pour empêcher que quelque chose tombe sur la table »[1]. En 1530, dans son De civilitate morum puerilium, Erasme conseillait d’utiliser une invention italienne, le mouchoir, « en se détournant un moment si l’on est avec des supérieurs »[2] ; à la même époque, en France, Monteil observait que « le petit peuple se mouche sans mouchoir ; mais dans la bourgeoisie, il est reçu qu’on se mouche avec la manche. Quant aux gens riches, ils portent dans la poche un mouchoir ; aussi pour dire qu’un homme a de la fortune, on dit qu’il ne se mouche pas avec sa manche »[3]. La délicatesse crût avec le temps et Ménage, trouvant que le seul « mot de moucher donne une vilaine image », préférera parler de « mouchoir de poche » dans son Dictionnaire étymologique de la langue française. À la fin du 18siècle, l’habitude de se servir discrètement d’un tissu — dont la forme carrée fut imposée par Louis XVI en 1784 — était socialement intériorisée, aussi La Salle put-il s’abstenir de détailler les diverses façons d’en user dans l’édition de 1774 de ses Règles de la bienséance : l’évocation lui en était pénible.

Cette évolution des mœurs n’est point imputable à un croissant souci d’hygiène mais aux scrupules d’une sensibilité toujours plus attachée à réprimer les expressions corporelles : l’exemple du mouchage montre comment une pratique familière aux gens du haut Moyen Âge (se moucher dans ses doigts tout en mangeant) parut peu à peu sale, puis révoltante. Luxe renseigné dans les inventaires royaux, le mouchoir mit près de quatre siècles à conquérir toutes les poches avant de heurter notre délicatesse qui, alarmée par la conservation d’un tissu souillé, recourut à sa version jetable.

 

Le Kleenex

Le succès du Kleenex, créé par la société Kimberly-Clark en 1924, fut une microrévolution sociologique tant ce facial tissue jetable américain stigmatisait la malpropreté européenne conservant dans les plis des vêtements des mouchoirs beaux, mais souillés. La société de consommation prit sa revanche avec ce Kleenex uniforme et démocratique : narguant l’Ancien Monde, car mettre au rebut signifie opulence et présence de surplus, elle incitait à jeter un foyer de microbes en toute légitimité.

Périmé durant quelques décennies, le mouchoir en tissu regagne faveur aujourd’hui : il ne pollue pas l’environnement (comme trop de Kleenex et de masques) et on retrouve le goût de ces linges personnalisés, réconfortants, doux et solides fleurant bon le foyer et la sécurité ménagère.

Alors lavable ou jetable ? Qu’importe finalement mais, de grâce, changez de masque s’il paraît humide à l’emplacement de vos narines !

[1] Elias, N., La Civilisation des mœurs, trad. P. Kamnitzer, Paris, Calmann-Lévy, 1976, p. 204    

[2] Id., p. 206.

[3] Id., p. 208.

 

Lire aussi

L’année du masque

 

Pour aller plus loin

[Parution] À vue de nez. Odorat et communication

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search