Retour critique sur la critique de la communication (épisode 2)

Lionel Lavarec[1]

 

Nous avons vu dans le premier épisode l’erreur dans l’usage du terme « communication » dans la description d’une optimisation de transmission de l’information, ceci à partir d’un ouvrage de référence (Shannon et Weaver, 1964)[2]. Cependant, ce n’est pas le seul problème en jeu.

 

Shannon et l’abandon de l’expression et du sens

De l’aveux de Weaver, ne sont traités par la théorie que les problèmes techniques (How accurately can the symbols of communication be transmitted? The technical problem)[3] et sont évacués les problèmes sémantiques (How precisely do the transmitted symbols convey the desired meaning? The semantic problem)[4]. Cette simplification exclue la question du sens pour n’aborder que celle de l’ingénierie. Les notions de mécanisme et de quantification font alors leur entrée. Elles sont d’ailleurs explicitement énoncées dans la partie relative à l’entropie, calquée sur la thermodynamique, pour mesurer chez Shannon la quantification de symboles transmis et la probabilité de les identifier au niveau de la destination.

Dans cette logique d’entropie technique et d’efficience du signal, plus les informations sont nombreuses de la part de la source, et plus l’entropie est grande. Encore une fois il s’agit ici d’une problématique de vocabulaire : plus il y a de la donnée (non qualifiée) et plus la probabilité est faible d’identifier à l’avance les données qui arrivent (point de vue de Shannon). Par contre, c’est l’inverse avec de l’information : plus l’information, porteuse de sens et mise en forme, est grande et plus la probabilité d’identification est grande avec une faible entropie.

 

Communication, incommunication, acommunication

La théorie mathématique de la communication donne à voir une prédiction quantifiée de la transmission de la donnée. Elle ne concerne ni l’information ni la communication. À son contact, l’information est devenue une suite quantifiable d’entités – Shannon emploie l’expression symbols of communication. Elle fait l’économie de l’expression (mise en forme) et de la signification (sens).

Ainsi ni la communication ni l’incommunication ne sont convoquées. Seule est conservée la probabilité d’identifier les composantes d’un signal. L’acommunication, quant à elle, devient uniquement la conséquence d’une non-transmission de ce même signal. Alors que toutes trois – communication, incommunication, acommunication – sont parties prenantes de la relation humaine, du sens et de la réalité de l’expression. L’enjeu relève de la rupture de la logique du canal (la facette du signal et de son efficience) pour insister sur la relation, les personnes (la facette de l’expression et du sens) et redonner sa vraie substance à la communication.

 

[1] Dassault Systèmes.

[2] Shannon, C. E. et Weaver, W., The Mathematical Theory of Communication, University of Illinois Press, Urbana, 1964.

[3] Avec quelle précision les symboles de communication peuvent-ils être transmis ? Le problème technique.

[4] Avec quelle précision les symboles transmis transmettent-ils la signification souhaitée ? Le problème sémantique.

 

La série “Retour critique sur la critique de la communication”

L’histoire moderne de la communication regroupe un certain nombre de problèmes pour qui se place dans l’optique d’une réflexion visant à pour mieux comprendre l’interaction humaine. Cette série Retour critique sur la critique de la communication vise à lever certains de ces biais qui ont durablement influencé la réalité même des échanges qui font la société et le vivre ensemble.

Épisode 1 | Shannon et la communication-transmission

Épisode 2 | Shannon et l’abandon de l’expression et du sens

Épisode 3 | Wiener : entre commande et communication


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search