Retour critique sur la critique de la communication (épisode 1)

Lionel Lavarec[1]

 

L’histoire moderne de la communication regroupe un certain nombre de problèmes pour qui se place dans l’optique d’une réflexion visant à pour mieux comprendre l’interaction humaine. Cette série Retour critique sur la critique de la communication vise à lever certains de ces biais qui ont durablement influencé la réalité même des échanges qui font la société et le vivre ensemble.

 

Shannon et la communication-transmission

Le premier de ces aspects relève de l’ambiguïté à considérer la communication comme un simple parcours entre une source et un destinataire. Le schéma canonique de Shannon et Weaver intitulé Shematic Diagram of a General Communication System, issu de l’ouvrage fondateur The Mathematical Theory of Communication de 1964, s’est durablement installé dans les esprits comme LA référence en termes de communication. Nous y voyons plusieurs lectures malheureuses.

Tout d’abord, il est étonnant qu’une représentation linéaire soit qualifiée de communication générale. Décrivant le cheminement entre une source d’information (information source) vers une destination (destination), elle laisse entendre que la communication se résume à une liaison de point à point et unidirectionnelle. Or, toute communication nécessite un échange — impliquant plusieurs aller-retour et des réactions de l’émetteur comme du destinataire.

Ensuite, le schéma directionnel et linéaire évoqué ne tient pas compte de la confrontation avec l’autre, du caractère discursif et circulatoire de l’information pour constituer une vraie communication. Alors que, comme le dit Dominique Wolton, « L’épreuve reste l’Autre, quelle que soit la nature, la forme de l’information, l’identité et l’échelle du destinataire ». Il laisse entendre que la relation simplifiée est représentative de la réalité et minore l’altérité de la communication.

 

Dans le but avoué de simplifier un acte de communication, Shannon et Weaver ont en fait élaboré une représentation destinée à singulariser une transmission d’information. Pour modéliser mathématiquement cette transmission, plusieurs variables ont été négligées comme il est de coutumes en science. Pourtant, dans cet effort de simplification, les termes n’ont pas été revus en conséquence et la communication souffre encore de cette qualification : quel que soit le support (communiqué de presse, allocution télévisuelle, publication sur média sociaux, article de journal, vidéo…), toute transmission d’information est qualifiée de communication. Sans que vous ayez un mot à dire ou un quelconque échange possible ! De là à qualifier de communication une injonction, un ordre, une consigne ou une notification, il n’y a qu’un pas. De là à nier un droit de réponse, un débat ou une conversation…

Nous sommes rentrés dans une ère de communication, sans aucune mesure avec ce qui était possible auparavant. Mais nos moyens de communication en sont restés à de la simple transmission, qui ne dit pas son nom. Redonnons à la communication ses lettres de noblesse et sa réalité en rompant avec le désir, jamais assouvi, d’optimisation et de perfection de la transmission d’information. Préférons une communication imparfaite, compliquée et quelquefois excessive. Humaine.

[1] Dassault Systèmes.

 

La série Retour critique sur la critique de la communication

Épisode 1 | Shannon et la communication-transmission

Épisode 2 | Shannon et l’abandon de l’expression et du sens

Épisode 3 | Wiener : entre commande et communication


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search