Les mots des maux* à Hong Kong en 2020

Éric Sautedé[1]

Profitant de l’accalmie des mesures de distanciations sociales liées au Covid-19 et prétextant des débordements parfois violents de manifestations exaltées par les fins de non-recevoir des pouvoirs locaux, Pékin a au final décidé de trancher unilatéralement en imposant soudainement, le 30 juin 2020, une loi sur la sécurité nationale qui menace aujourd’hui toutes les libertés publiques du territoire, signant ainsi la fin précipitée de la formule « un pays, deux systèmes ». A cette nouvelle épreuve correspondent des mots, toujours plus envahissants depuis six mois.

 

Avant la loi sur la sécurité nationale du 30 juin 2020

Depuis maintenant un peu plus de cinq ans, Hong Kong vit au rythme d’une revendication politique impérieuse : celle d’une démocratisation de ses institutions promise par la Basic Law, cette mini-constitution qui régit les affaires de la Région administrative spéciale depuis que celle-ci est repassée sous souveraineté chinoise en 1997. Devant servir deux maîtres — les autorités centrales à Pékin, à l’intransigeance grandissante, et un électorat hongkongais, de plus en plus impatient mais n’ayant que peu la voix au chapitre — les gouvernements locaux successifs ne sont pas parvenus à trouver la clef d’un compromis susceptible de rassurer les uns tout en contentant les autres.

Une parlementaire pro-démocratie de Hong Kong, Tanya Chan (C), s’adresse aux médias après l’interruption du discours de politique générale de la cheffe de l’exécutif Carrie Lam, caricaturée les mains ensanglantées sur des affiches, le 16 octobre 2019.
afp.com/Ed JONES

En 2019, en voulant faire passer dans la précipitation une loi sur l’extradition (judiciaire) avec la Chine, pratiquement sans garanties, Carrie Lam, la Cheffe de l’exécutif local nommée par Pékin, a commis l’affront de trop et la pression de la rue a dépassé en intensité le « mouvement des parapluies » de 2014 : le quart de la population du territoire s’est mis à défiler dans les artères du plus grand centre financier d’Asie, et le rejet du projet de loi — effectivement retiré — s’est bien vite mué en exigence irrépressible de suffrage universel.

 

Les mots des maux* à Hong Kong en 2020 ou le sens d’une nouvelle normalité

武肺 (mou5 fai3, wǔ fèi) : la pneumonie de Wuhan, équivalent de la grande peste qui bouleverse tout et autorise de changer radicalement les règles du jeu.

限聚 (haan6 zeoi6, xiàn jù) : rassemblements limités, interminables et visant surtout les rassemblements de rue — les centres commerciaux restent ouverts.

流亡 (lau4 mong4 , liúwáng) : exilés / forcés à l’exil (connecté à 香港人, hoeng1 gong2 jan4, Xiānggǎngrén, les Hongkongais), ceux qui fuient la tyrannie et la répression pour éviter l’emprisonnement.

難民 (naan6 man4, nànmín) : réfugiés, ceux qui doivent fuir, d’abord pour échapper au virus, et maintenant pour se mettre à l’abri des tourments politiques, comme à chaque fois qu’un grand bouleversement affecte la Chine. Une histoire du déracinement qui se répète d’une génération à l’autre à Hong Kong.

國安 (gwok3 on1, guó ān): la sécurité nationale, sous sa forme juridique, permet de criminaliser des propos, de terroriser les esprits, de procéder à des arrestations intempestives et souvent préventives, et de dénoncer les collusions avec des forces étrangères. A permis à la police et au parquet de prendre l’ascendant sur tous les pouvoirs et de viser les médias et le système éducatif. A mettre en relation avec 送中 (sung3 zung1, sòng zhōng), l’extradition, le renvoi vers la Chine, dont le projet de loi avait déclenché les grandes manifestations de 2019. La sécurité nationale, prometteuse d’un avenir radieux fait de compatibilité absolue des systèmes judiciaires et de développement de la Grande Baie ?

DQ : disqualification (utilisé sous cet acronyme anglais pour 取消, ceoi2 siu1, qǔxiāo), comme dans disqualification des députés soupçonnés de ne pas accepter la souveraineté chinoise. Assénée par le Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire à Pékin, mais aussi par de simples fonctionnaires locaux encouragés à douter de la sincérité des candidats aux élections — exclusivement des démocrates, modérés ou plus radicaux. S’étend progressivement au corps professoral.

宣誓 (syun1 sai6, xuānshì) : prêter serment, obligation d’exprimer sa loyauté à la mère patrie. Dorénavant obligatoire pour l’ensemble des 180 000 fonctionnaires hongkongais.

洗黑錢 (sai2 hak1 cin2, xǐhēiqián) : nouvelle lutte contre le blanchiment d’argent (toujours sale, dans ce cas seulement ?), prétexte pour geler les fonds des exilés et empêcher le financement participatif.

新香港人 (san1 hoeng1 gong2 jan4, xīn Xiānggǎngrén) : les nouveaux Hongkongais, se dit des gens du continent qui se sont installés à Hong Kong après la rétrocession en 1997 et qui sont aujourd’hui résidents permanents (plus de sept années dans la Région administrative spéciale, et donc des électeurs) et pour qui un nouveau système plus contraignant serait tout à fait acceptable.

留島不留人 (lau4 dou2 bat1 lau4 jan4, liú dǎo bù liú rén) : littéralement garder l’île sans ses habitants, expression originellement appliquée à Taïwan et qui suppose que l’exercice de la souveraineté territoriale impose le remplacement (lire déplacement) de la population d’origine.

 

Texte librement inspiré d’un article paru dans le Apple Daily (蘋果日報), quotidien dirigé jusqu’au 30 décembre par Jimmy Lai, patron de presse francophile accusé de collusion avec des forces étrangères (américaines, rassurons-nous) aujourd’hui interdit de quitter le territoire hongkongais.

[1] Eric Sautedé, analyste politique basé à Hong Kong où il travaille aujourd’hui pour une grande ONG de défense des travailleurs [* clin d’œil à mon ancien condisciple Pierre Tévanian].


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search