Le fragile débat brésilien sur les infox

 

Marcelo Damasceno et Renata Juliotti[1]

Comme l’ont montré les derniers sondages d’opinion, les Brésiliens craignent l’impact des infox et considèrent qu’il est important de présenter un projet de loi pour lutter contre la désinformation. Un élément important qui a obligé le Sénat fédéral à débattre et à approuver la mise en œuvre d’un projet de lutte contre la diffusion des fake news. Le projet de loi brésilien de Liberté, Responsabilité et Transparence sur internet (projet de loi 2.630/2020 — Lei Brasileira de Liberdade, Responsabilidade e Transparência na Internet), proposé par le sénateur brésilien Alessandro Vieira, marque une étape importante dans le combat mené contre l’industrie de la désinformation dans le pays.

Cette industrie, lucrative dans le monde entier, a trouvé dans la politique un terrain fertile pour sa diffusion grâce à l’internet et aux réseaux sociaux. Un exemple malheureux s’est produit en 2014, lorsque le partage d’une rumeur sur Facebook, suivi d’un sketch et d’un faux témoignage de ceux qui prétendaient avoir été témoins d’un enlèvement, est devenu viral et a motivé le meurtre d’une Brésilienne de 31 ans à Guaruja (SP), battue à mort par certains habitants de la communauté, accusée d’avoir kidnappé des enfants pour les utiliser dans des rituels de magie noire.

3) Des rumeurs sur le réseau social provoquent la mort d’une femme sur la côte de São Paulo. Image : Reproduction G1 SP/2014

Malgré les faits et les résultats tragiques des fake news au Brésil, l’accès facile et illimité à des informations non vérifiées sur internet n’a jamais été aussi explicite que lors des élections présidentielles de 2018. Un réseau lucratif et produit en masse a été mis à nu, ce qui a attiré l’attention de la société sur un phénomène qui met en danger les droits constitutionnels des citoyens et la démocratie.

Législation et fake news dans le monde

Singapour est l’un des premiers pays à avoir pris des mesures pour légiférer sur ce problème. La loi de protection contre la fausseté et la manipulation en ligne ou « POFMA », comme on l’appelle communément. Cette loi vise à donner au gouvernement singapourien le pouvoir d’agir contre les mensonges en ligne et de protéger l’intérêt public.

En Allemagne, une loi adoptée en juin 2017 établit que les réseaux sociaux comptant plus de deux millions d’utilisateurs, comme Facebook et Twitter, par exemple, ont jusqu’à vingt-quatre heures après un signalement pour retirer les messages au contenu illégal (soit le contenu qui enfreint les lois allemandes, mais aussi les fausses informations, les menaces de crimes, les discours de haine, les contenus criminels ou terroristes et les accusations infondées contre une personne). La législation connue sous le nom de « Facebook-Gesetz » (loi sur Facebook, en traduction libre) prévoit une amende pouvant aller jusqu’à cinquante millions d’euros en cas de violations systématiques.

Aux États-Unis, où les libertés d’expression et de la presse sont considérées comme « irrévocables », la publication et la diffusion de fake news font l’objet de discussions dans la sphère juridique depuis de nombreuses années et ce, depuis la fin du 18e siècle, par le Congrès américain. Cependant, l’élection présidentielle de 2016 a fait ressortir de manière plus significative l’impact de cette désinformation.

Des actes considérés comme antidémocratiques par les citoyens américains ont abouti à des enquêtes approfondies du Congrès auprès des candidats et de leurs bureaux, impliqués dans des accusations de production et de diffusion de fake news. Les commissions du renseignement de la Chambre et du Sénat ont recueilli de longs témoignages de cadres chez les géants du numérique (Facebook, Google et Twitter) afin d’analyser leurs influences et leurs outils dans les campagnes de désinformation pendant les élections. Malgré les efforts déployés, aucun projet de loi n’a été adopté depuis lors.

Le président du Sénat, Davi Alcolumbre, commande la session par visioconférence qui a approuvé PL2.630 / 2020. Photo : Jefferson Rudy / Agência Senado

Concernant le projet de loi brésilien pour lutter contre les infox (projet de loi 2.630/2020), l’opinion publique représentée par les sondages a renforcé le soutien de la majorité des sénateurs pour l’approbation du projet de loi en plénière. Comme ils ont été divulgués en cours de route, ce qui a pu motiver le nombre élevé d’amendements, dans un court laps de temps, vingt-cinq jours entre le protocole et le vote en plénière. Les législations d’autres pays, en considérant les exemples européens et asiatiques, apportent une analyse encore plus approfondie sur la rhétorique de la désinformation.

Ces cas « modèles », par rapport au projet brésilien, montrent d’innombrables espaces vides et questions en attente d’un développement plus large et plus complexe de celui-ci, en raison du déroulement des fake news et des divers effets de comportement, moraux et émotionnels, sur les individus qui les consomment. Les recherches utilisées comme base pour les dispositifs du projet de loi 2.630 se sont révélées inefficaces en tant que base de données, car elles ne développent pas de manière adéquate d’autres aspects tels que le contenu violent et criminel, et les discours de haine. Les auditions et les débats au sein des commissions sont des instruments qui servent à approfondir la discussion, ce qui pourrait contribuer à éviter les subjectivités sur ce qui est une fausse nouvelle et une désinformation.

Bien que cette enquête ne soit pas concluante, c’est déjà un pas en avant pour prévenir d’autres cas comme celui de la victime fatale de Guaruja, triste exemple de la mésinformation et de la désinformation qui peuvent être très dangereuses.

 

[1] Marcelo Damasceno est étudiant en master de communication à l’Université méthodiste de Sao Paulo sous la supervision du Prof. Roberto Chiachiri.

Renata Juliotti est étudiante en master de communication à l’Université méthodiste de Sao Paulo sous la supervision du Prof. Cilene Victor.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search