L’année du masque

Brigitte Munier

Masqués, démasqués, nous vivons dans la constante préoccupation de nos masques « 😖 ! J’ai oublié mon masque ! ». Artisanal ou industriel, français ou chinois, aux normes ou suspect, jeté ou lavé, le masque est devenu un emblème et restera sans doute l’enseigne de 2020, l’année des deux confinements. Il évoquait naguère le carnaval, les rites ésotériques des sociétés premières et des communautés secrètes, la cagoule du bandit de grand-chemin, l’écran protecteur de certaines professions : c’est aujourd’hui le gonfanon de la pandémie de Covid 19. Moins qu’un symbole et plus qu’un attribut, c’est un emblème, un signe pourvu d’une fonction sociale fédérative permettant d’afficher conviction, slogan et même idéologie.

Pour protester contre des mesures politiques et sanitaires jugées liberticides, on brandit un masque qualifié d’étouffoir ; pour exprimer le repli sur soi dû à la pandémie, on incrimine moins l’assignation au virtuel que le masque dissimulant la physionomie ; pour dénoncer le mensonge des élites, les complotistes vilipendent l’imposture du masque ; pour afficher de la solidarité, on offre des millions de masques, pourtant faciles à confectionner avec trois bouts de tissu et deux élastiques. Le masque est bien devenu le refouloir des angoisses suscitées par la pandémie et la métaphore des griefs contre ceux qui la gèrent.

Sans prétendre ajouter aux critiques contre cet objet si simple et efficace contre les postillons et autres aérosols, indiquons quand même un inconvénient : le port du masque nous prive des informations olfactives, patentes ou subliminales, qui instruisent notre quotidien et nos modes de communication avec autrui.

 

Odorat et communication

Devenue aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, Helen Keller (1880-1968) reconnaissait le genre et l’âge de ses visiteurs à leur fragrance : les jeunes enfants exhalent tous une senteur « simple, indéchiffrable comme leur personnalité encore endormie, disait-elle. Ce n’est qu’à six ou sept ans qu’ils commencent à avoir un parfum particulier qui (…) se développe et mûrit[1]. » Elle jugeait déplaisantes les personnes inodores, confirmant la formule « je ne le sens pas » pour désigner une personne peu fiable. En effet, nous exhalons tous une odeur spécifique dépendant de mécanismes génétiques et de facteurs environnementaux, alimentaires notamment. Sans avoir les aptitudes d’Helen Keller, tout quidam auquel sont soumis, en laboratoire, des tampons de gaze imbibés d’échantillons de sueur axillaire est capable d’identifier le sexe, la tranche d’âge, le régime alimentaire, l’état physiologique et psychologique des sujets concernés ainsi que le degré de parenté reliant plusieurs individus. N’avons-nous pas tous appris à identifier l’« odeur de stress », ce remugle âcre et fort qu’exsude une personne anxieuse ? La plupart du temps, les informations olfactives sont si ténues que nous n’y prêtons pas attention mais, pourtant, elles influent sur notre perception du donné, les études menées sont formelles.

À présent que nous ne déambulons plus nez au vent mais tarin masqué, nous éprouvons un mutisme olfactif tel qu’il nous fait mesurer l’importance des messages offerts à notre odorat quand nous inhalons sans écran : est-ce une nouvelle invite à crier haro sur le masque ? Non, rendons-lui grâce, au contraire, de nous rendre plus sensibles au rôle quotidien de notre organe cyranéen.

[1] Pierre Villey, Le Monde des aveugles. Essai de psychologie, Paris, Flammarion, 1914, p. 241.

 

Pour aller plus loin

[Parution] À vue de nez. Odorat et communication


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search