Élections estudiantines et professionnelles au Liban : l’effet d’amorçage des médias protestataires ?

Nabil el Khoury

 

Le devenir du Liban fait couler beaucoup d’encre. Ce pays est confronté à une crise existentielle marquée par un effondrement économique et financier. La population devrait s’attendre à des moments difficiles. Il pourrait s’agir d’une multiplication des crises sociales et humanitaires, d’un accroissement de la pauvreté, voire d’une menace sérieuse de la sécurité alimentaire. Le scénario d’un État failli n’est d’ailleurs pas exclu.

Ce malheur n’est pas une punition divine ni un hasard, mais plutôt le résultat systématique d’une quinzaine d’années de guerre civile absurde (1975-1990), puis d’une trentaine d’années d’affaiblissement de l’État par une politique politicienne et une gestion crapuleuse des affaires publiques (1991-2020) au profit des groupes d’intérêts privés.

La sortie de crise dépend des réformes structurelles qui, quant à elles, dépendent du remplacement des clans dirigeants par une nouvelle équipe compétente et non corrompue. Tel est en tout cas l’essentiel de l’aspiration démocratique de la révolte d’octobre 2019. Ce soulèvement populaire inédit au Liban incarne plus qu’un ras-le-bol. Il est l’expression la plus manifeste d’une volonté citoyenne en faveur du départ de l’ensemble de la classe dirigeante et d’un changement du régime politique confessionnel et dysfonctionnel.

De fait, les forces politiques aux pouvoirs ne sont pas désarmées. Les réseaux clientélistes alimentent leur domination. En parallèle, les médias (journaux, chaînes de télévision, radios, sites web), contrôlés et financés par elles, contribuent à la diffusion de leur discours dominant. Certes, leurs stratégies d’influence ne sont pas inefficaces. Mais, face à eux émergent quand même des médias protestataires qui perturbent le jeu des forces traditionnelles dominantes, composées de partis communautaristes, familles politiques féodales, anciens chefs de guerre, en alliance avec l’oligarchie, les affairistes et les banques… Ces médias offrent aux groupes protestataires, à ces opposants non-traditionnels d’un système politique corrompu, l’opportunité de communiquer et de mener des contre-stratégies d’influence afin de contourner la propagande des forces dominantes.

Impact des médias libanais contestataires

L’observation des faits est aujourd’hui utile pour examiner l’impact de ces médias contestataires, comme Megaphone ou Legal Agenda…, très actifs sur les réseaux sociaux. Comment parviennent-ils à agir sur l’ordre du jour dans la vie politique ? Quelles sont leurs stratégies de cadrage des informations et des enjeux ? Contribuent-ils ainsi à la formation d’une opinion publique libanaise protestataire ?

Il serait important surtout de vérifier si ces médias ont joué un rôle en faveur des groupes contestataires lors des élections par l’effet d’amorçage. Cette question se pose parce que des groupes issus de la protestation et des candidats indépendants ont remporté des élections estudiantines à l’automne 2020, dans quatre grandes universités privées au Liban ; ils ont effectué une percée considérable dans l’élection du syndicat des professeurs de l’Université libanaise (publique) ; un an auparavant, l’élection de l’ordre des avocats de Beyrouth en novembre 2019 fut gagnée par une figure de la révolte, Melhem Khalaf. Ces victoires sont inédites depuis des années.

Bien que la représentativité de telles élections puisse être controversée, il n’en demeure pas moins que les résultats de ces scrutins traduisent bel et bien une attitude de la classe moyenne libanaise plébiscitant les actions anti-système et anti-forces traditionnelles.

Les médias contestataires rendent visibles les enjeux comme la corruption, l’incurie du gouvernement et des politiciens, ou encore plus le clientélisme, le népotisme ainsi que le partage des butins étatiques entre ceux-ci. Les méthodes frauduleuses et les pratiques illégales du système bancaire libanais, accusé de fonctionner selon le modèle de la pyramide de Ponzi, sont mises en évidence, alors que les forces dominantes n’osent jamais dénoncer fermement et sincèrement le jeu des banques.

Dans cette perspective, il faut s’interroger dans quelle mesure ces enjeux et sujets ont été des « critères de jugement et d’évaluation » par les étudiants, les universitaires et les avocats lors du vote. Il est tout à fait légitime de supposer que les électeurs ont voté pour ceux qui évoquent ces sujets en toute crédibilité. Au contraire, les forces dominantes ont perdu de crédibilité, car dans leurs discours propagandistes, elles ne cessent de condamner la corruption et de s’engager en faveur de la mise en œuvre des réformes indispensables pour sauver le Liban. Pourtant, elles n’ont jamais traduit leurs paroles en actes.

L’étude de l’effet d’amorçage et la confirmation ou l’infirmation d’une telle hypothèse sont des éléments nécessaires pour l’avenir. Ainsi, il serait possible de présupposer que si les prochaines élections législatives de 2022 sont organisées selon une nouvelle loi, plus démocratique et non calquée sur les seuls calculs électoraux des forces traditionnelles dominantes, les groupes protestataires pourraient alors se représenter au parlement d’une manière sans précédent dans l’histoire du Liban.

 

Nabil el Khoury, docteur en Science politique de l’Université Paris Descartes (2014), est assistant-professeur à l’Université Antonine et à l’Université libanaise.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search