Les enjeux éthiques et philosophiques des objets connectés en santé

Dans l’Essentiel Santé connectée, dirigé par Cristina Lindenmeyer et Marie-Pia d’Ortho, Jean-Michel Besnier, philosophe, s’intéresse aux enjeux éthiques et philosophiques des objets connectés en santé. Nous reproduisons ici un extrait.

 

Jean-Michel Besnier

Une évaluation peut répondre à au moins deux ordres de préoccupation : elle peut concerner l’efficacité ou bien la désirabilité. Il s’agit là de deux ordres qu’on ne peut confondre : l’ordre pragmatique, où l’on mesure l’adéquation des moyens aux fins poursuivies, et l’ordre axiologique, où l’on questionne l’idée du bien que l’on voudrait réaliser.

À l’évidence, les objets connectés en santé conduisent à interroger l’un et l’autre de ces ordres : leur utilité en tant que dispositifs de santé, leur valeur en tant qu’applications destinées à produire du bien-être. Il est vrai que, si nous définissons la santé comme bien-être, nous serons tentés de rabattre les deux ordres l’un sur l’autre, et la question sera réglée : l’évaluation se bornera à mesurer les bénéfices et les risques des objets connectés et on confiera aux experts en tous genres le soin d’apprécier l’impact de ces objets sur le plan du confort individuel, sur celui de la prise en charge des pathologies, sur celui de la gestion collective de la santé…

La télémédecine, par exemple, sera évaluée à l’aune de la pertinence des consultations à distance qu’elle permet, en fonction des possibilités qu’elle offre de convoquer plusieurs spécialistes ou en vertu de la surveillance des patients qu’elle autorise. Son utilité sera susceptible d’une mesure quasi objective. Ce qui n’empêche pas qu’on puisse trouver pertinent de la soumettre à une appréciation faisant appel à une autre grille d’analyse : la télémédecine n’est-elle pas l’alibi aux déserts médicaux que l’on pourrait supprimer ? N’introduit-elle pas une approche des parcours de soin dans lesquels la relation individualisée au médecin disparaît ? Ne justifie-t‑elle pas l’oubli de la dimension de dialogue dont la clinique a besoin et n’expose-t‑elle donc pas à une certaine déshumanisation de la médecine… ?

Si l’on demande au philosophe de s’exprimer sur les enjeux que représentent les innovations biomédicales qui multiplient les prothèses, applications ou autres objets connectés, c’est que l’on ne se résout pas à limiter l’acceptabilité de ces innovations aux seuls critères techniques. Et c’est un bon signe, selon moi.

 

Cet article comprend deux parties :

– La connexion au risque de l’autonomie

– Résister à la désymbolisation

Présentation de cet ouvrage collectif, ici.

 

Extrait précédent :

Jusqu’où la santé numérique va-t-elle transformer l’organisation des soins ?, par Hervé Dumez et Étienne Minvielle

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search