La purge numérique ?

Pascal Robert[1]

Nous avons tous en mémoire cette pièce où Molière (Le malade imaginaire) se moque de cette pratique, si courante et si évidente à l’époque, de la saignée. Le malade, déjà faible, s’en trouvait dès lors, sous la diligente intervention du médecin, affaibli plus encore, au point que souvent, il en mourrait. Il mourrait certes, mais accompagné d’un geste scientifique et technique, ce qui ennoblissait la chose. Saignées et purges étaient des incontournables, que quelques esprits aussi mal tournés que celui de Molière moquaient volontiers.

Le confinement : une étape de la transformation numérique ?

Aujourd’hui, on peut se demander si, prétextant de la Covid, le gouvernement n’en profite pas, non seulement pour nous confiner et nous empêcher de râler, mais également pour appliquer la bonne vieille recette de la saignée ou de la purge à l’économie. Dans cette hypothèse l’économie française serait malade, vieillie, dépassée, incapable de s’adapter aux bienfaits du numérique, bref archaïque. La Covid, politiquement transformée en confinement, serait alors l’occasion rêvée de forcer les gens et les entreprises à, enfin, se mettre au goût du jour : celui, évidemment, du numérique.

En ce sens, le confinement devient un moyen nécessaire. Et sa pratique élargie également. Si tous sont confinés, tous doivent alors avoir recours à la solution numérique. De toute manière, la chose est entendue et l’avenir déjà présent : car, comme le déclare volontiers à la presse M. O : “Avec un confinement qui renforce encore l’omniprésence du numérique dans notre quotidien, la maîtrise de ces technologies est devenue vitale”. “(…) une transformation qui ne fera que s’accélérer et gagner en ampleur après le confinement”[3]. C’est à se demander si le confinement n’est pas un tremplin…

Si tu ne viens pas au numérique, le numérique s’imposera à toi

A bien les lire, les récentes déclarations de M. O ne laissent guère de doutes donc. Si tu ne viens pas au numérique, le numérique s’imposera à toi. “Bruno Le Maire, ajoute-t-il, a été clair : la relance a déjà commencé et elle fonctionne. Son objectif est double : amortir économiquement et socialement la crise, mais également préparer le monde d’après et donc armer nos entreprises pour qu’elles ne soient pas déclassées. D’où les moyens considérables jamais vus, consacrés aux technologies d’avenir et de rupture, comme l’informatique quantique, l’intelligence artificielle ou encore la santé, mais aussi pour aider toutes les entreprises à réussir leur transition numérique”. Autrement dit, si la France a des problèmes ce n’est pas dû à l’impuissance publique à gérer la crise sanitaire sans produire une grave crise économique, mais à un manque de numérique…

Quant au petit commerce, s’il est au bord du gouffre, ce n’est pas la faute du confinement, mais celle de son déficit numérique ; car c’est bien ce dernier qui explique “les difficultés éprouvées par le commerce de proximité. 30 % des commerces font de la vente en ligne mais c’est le double en Allemagne et en Italie”.

Pour autant le discours n’est pas forcément très cohérent : car, d’un  côté, on souligne volontiers que la France “n’est pas en avance”, ce qui permet de manier le bâton, tout en prétendant que “l’écosystème numérique français est désormais le premier de l’UE”, sur le mode inutilement cocardier.

Le problème, c’est la solution

Bref, les médecins du numérique sont à l’œuvre et pratiquent toujours volontiers la saignée ou la purge. L’avenir est en marche, mais comme souvent en France, sur un mode pour le moins « vintage ». Où l’on retrouve cette idée, mise en lumière par P. Watzlawick –  un Américain – voilà longtemps déjà : « toujours plus de la même chose ». Le diagnostic, faux, suppose que lorsque quelque chose dysfonctionne c’est qu’il manque encore un peu plus d’un ingrédient pourtant déjà bien présent. C’est bien pourquoi M. O avance qu’“Avec ce plan, l’idée est de parvenir à terme à former l’ensemble des Français au numérique et d’en faire une véritable politique publique au niveau national”.

Les « politiques publiques », de moins en moins politiques (mais économiques, au sens même de faire des économies) et de moins en moins publiques (puisqu’elles visent à faire la part belle au privé), essaient, en vain, depuis au moins les années 1970 de promouvoir l’informatique, la télématique, les autoroutes de l’information, internet, les big data, l’IA, etc., sans comprendre que, comme souvent, « le problème c’est la solution » (une autre idée de P. Watzlawick), ou plutôt la manière dont on envisage son développement. Ne plus investir réellement ni intelligemment dans l’hôpital sous prétexte que la santé va passer par le numérique, n’est-ce pas extrêmement dangereux, on le voit aujourd’hui (alors que l’on ne voit toujours pas venir de plan massif d’investissement pour l’hôpital…) ? ; se dire que l’on va pouvoir faire des économies dans l’université grâce au numérique, avec les cours en lignes par exemple, alors que l’on crée d’immenses usines à gaz vouées, par nature, à l’inefficacité, n’est-ce pas ou d’une rare naïveté ou d’une rare hypocrisie ?

L’impensé numérique

Le numérique en soi comme créateur de valeur ajoutée est un leurre, mais auquel on aime croire. Non pas qu’il ne faille pas développer un secteur numérique, encore faible en France, mais qu’il faille réarticuler ce numérique avec les activités économiques existantes. Non pas opposer le numérique (positif) et le textile (méprisé, parce que ce serait un héritage du XIXe siècle) par exemple, mais réfléchir à la manière dont l’industrie textile peut s’emparer du numérique (ce qu’elle fait déjà, bien évidemment) et non l’inverse, à savoir comment le numérique peut soumettre le textile à ses contraintes. Bref, sortir, enfin du prêt à penser que l’on pratique depuis si longtemps en France… Ce qui implique de sortir de l’impensé numérique[2], ce que l’on ne peut faire tant que le diagnostic n’est pas accepté et que l’on continue dans la redondance, sinon la répétition (car, encore une fois, cela fait au moins depuis les années 1970 que l’on répète la même chose !).

Encore faudrait-il aussi que la presse soit armée pour critiquer ce type de discours, qui relève pleinement du déjà vu et qui, donc, n’est pas du tout d’avenir. Or, les deux articles qui m’ont amené à réagir à travers ce billet font montre d’une absence totale d’analyse critique, non seulement à droite (La Tribune) mais aussi à gauche (Libération). Ce qui signifie que les médecins du numérique peuvent continuer à pratiquer la saignée ou la purge tranquillement, bien à l’abri des quelques millions concédés à l’inclusion numérique et d’un discours lénifiant qui rappelle, évidemment, qu’“Il n’y a pas de transition environnementale possible sans transition numérique”…

 

[1] Professeur des universités à l’Enssib, il s’exprime ici à titre personnel.

[2] Robert, Pascal, L’impensé numérique, Tome 2, Éditions des archives contemporaines, Paris 2020.

[3] Ce billet réagit à deux articles de presse, qui rapportent les propos de M. O, secrétaire d’État à la transition numérique. « L’idée est de former tous les Français au numérique et d’en faire une politique publique », Recueilli par Christophe Alix, Libération, Mardi 17 novembre 2020. “Inclusion numérique : comment seront dépensés les 250 millions d’euros du plan de relance ?”, Anaïs Cherif , La Tribune (France), Mercredi 18 novembre 2020.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Poix-Tétu dit :

    Ça fait du bien de lire votre billet, même si ce qu’on y lit n’a rien de réjouissant. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search