Jusqu’où la santé numérique va-t-elle transformer l’organisation des soins ?

Dans l’Essentiel Santé connectée, dirigé par Cristina Lindenmeyer et Marie-Pia d’Ortho, Hervé Dumez et Étienne Minvielle s’intéressent à l’organisation des soins. Nous reproduisons ici un extrait.

Hervé Dumez et Etienne Minvielle[1]

La santé numérique semble imposer l’idée de révolution. Certains annoncent la disparition des médecins sous l’effet de l’outil numérique, d’autres même la mort de la mort. L’histoire est pourtant jalonnée de révolutions annoncées qui n’ont pas eu lieu : des effets inattendus surviennent le plus souvent, et des résistances mal appréhendées surgissent fréquemment.

En dépit de ces réserves, on serait pourtant tenté de croire que nous sommes, avec la santé numérique, face à une innovation de grande ampleur. Elle en possède au moins deux attributs : d’une part, sa diffusion s’opère à une vitesse jamais observée ; d’autre part, des horizons nouveaux semblent s’ouvrir. Les objets connectés proposent des formes de gestion de la santé par les citoyens eux-mêmes. La capacité à traiter de larges bases de données sur le génome humain fait émerger de nouvelles connaissances sur les risques de développer une maladie. Des suivis à distance de patients s’avèrent envisageables, rendant la venue à l’hôpital moins nécessaire. Toutes ces perspectives dessinent les contours d’une « destruction créative »[2] du système de santé (Marrauld, Dumez et Minvieille, 2015).

Plutôt que de prétendre à une revue exhaustive et critique des changements annoncés, cet article adopte le parti de traiter un sujet emblématique : celui de la remise en cause de l’organisation actuelle de la prise en charge des malades.

La santé numérique est susceptible de transformer profondément cette organisation sur de nombreux plans. Les suivis à distance via des portails internet et outils connectés ont la capacité d’externaliser une partie des activités traditionnellement réalisées à l’hôpital. L’incidence, notamment en matière de gériatrie, est importante. Certains auteurs prédisent ainsi que l’hôpital de demain sera la chambre du domicile du patient, la domomédecine[3] permettant d’équiper cet espace des technologies les plus avancées (Topol, 2015). Les cabines de téléconsultation peuvent également aider à consulter à distance, notamment dans les zones à faible densité de médecins, luttant contre le phénomène de désertification médicale. La télé-expertise peut également aider à des échanges entre professionnels afin de mieux cerner une hypothèse diagnostique (par exemple, en matière d’imagerie médicale).

Un thème est particulièrement emblématique de cette tendance : l’éventuelle autonomie du patient dans la gestion de sa maladie, permise par les nouveaux outils numériques. Un regard plus approfondi sur ce sujet permet de comprendre les fantasmes et les réalités qui caractérisent la santé numérique. Les technologies peuvent conduire à plusieurs scénarii possibles et les (r)évolutions se joueront au niveau des stratégies organisationnelles.

 

[1] Adaptation de l’article : Dumez, H. et Minvielle, E., « La Santé numérique va-t‑elle renverser l’organisation des soins ? », La Jaune et la Rouge, revue de l’école polytechnique, n° 731, 2018.

[2] En référence à Joseph Schumpeter, économiste du début du xxe siècle, créateur du concept de destruction créatrice qui stipule que sous l’impulsion de l’innovation, la croissance est un processus permanent de création, de destruction et de restructuration des activités économiques.

[3] À savoir, l’ensemble des actes et des soins dispensés au domicile du patient ou durant ses activités socioprofessionnelles, s’appuyant sur des technologies modernes. Elle vise à privilégier le maintien à domicile ou en activité et à stimuler le progrès médical.

 

Cet article comprend trois parties :

– La relation patients/professionnels de santé : entre technologie et autonomie

– Les scénarii possibles

– La question gestionnaire et organisationnelle

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search