Nouvelles de Slovaquie

Radovan Gura

 

L’un des partis pris de la Revue Hermès repose sur son ouverture à l’international, pariant que cette rencontre des altérités permet de se décentrer et de mieux comprendre notre quotidien. La covid-19 est malheureusement un virus mondial et par la voix des membres de son comité, Hermès publie sur son blog Hermès publie sur son blog des impressions. 10 textes seront publiés dans les jours à venir.

 

Bastian Greshake Tzovaras from Paris, France, CC BY-SA 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0, via Wikimedia Commons

Cette année, les Slovaques sont préoccupés par trois sujets principaux.

L’épidémie

Le premier, sans surprise, c’est la Covid-19. Le pays pensait avoir évité l’épidémie, avec des mesures draconiennes de fermetures et de restrictions de mobilité (frontalières, en particulier), sans toutefois décider du confinement général. Mais chacun se rend compte désormais de la progression de ce virus. C’était la première épreuve du nouveau gouvernement instauré après les dernières élections législatives, après la défaite du Parti socialiste au pouvoir sans interruption depuis douze ans ! Une alternative finalement souhaitée et acceptée pour ce qu’elle est : une alternative !

Les élections

Le nouveau Premier ministre explique, c’est classique, que les responsables de l’État actuel du pays sont l’ancien Premier ministre, l’ancien Président de la République, les partis au pouvoir, etc. Rien de nouveau dans la rhétorique politique. C’est ainsi un peu partout. Mais la situation n’est pas si banale car, au cours des douze années de pouvoir, une toile a été tissée, un réseau si important que cela dépasse l’imagination des citoyens. Nous en parlons beaucoup dans le pays à cause du meurtre d’un journaliste. C’est le troisième sujet omniprésent dans l’espace public.

L’assassinat d’un journaliste

Ján Kuciak, à 27 ans, était un journaliste d’investigation du journal on-line Aktuality.sk. Dans ses articles, il a expliqué les soupçons de fraude fiscale, de corruption et de clientélisme, de détournement des fonds européens, il a relié des oligarques, d’un genre nouveau, à des dirigeants politiques de premier plan. Fin février 2018, Ján Kuciak et sa compagne ont été assassinés, chez eux. Le chef de la police déclare alors que le mobile du meurtre était probablement le travail de ce jeune journaliste, ce qui oriente l’opinion publique sur ses articles, puis tout s’enchaîne rapidement.

Avec certains éléments de preuves, un oligarque slovaque, M. Kočner, est emprisonné. Il était au centre d’instructions judiciaires, les juges et les policiers suivaient des traces, interrogeaient qui ils pouvaient, pour essayer de chercher les donneurs d’ordre, les coupables, les corrompus. Progressivement, en particulier grâce au travail de certains journalistes, les citoyens découvrent que des juges aussi sont corrompus, que l’élite politique était en relation proche avec M. Kočner, que le Procureur général avait aussi été aux ordres de ce dernier.

Le peuple impuissant

Depuis deux ans, les citoyens suivent les audiences de ce feuilleton judiciaire. Ils sont descendus dans la rue, jeunes et vieux, en famille ou seuls, dans la plus importante manifestation depuis la Révolution de Velours (1989), pour connaître la vérité, pour chasser les corrompus. C’était un énorme espoir qui s’est exprimé ensuite dans les urnes. Personne n’a oublié le meurtre de Ján Kuciak.

En septembre 2020, les Slovaques ont eu le sentiment que tout cela n’avait servi à rien, qu’ils étaient impuissants, que les institutions ne pouvaient pas soutenir leurs aspirations légitimes. Les tribunaux ont en effet libéré M. K. “Les preuves sont insuffisantes. On ne peut pas condamner sur des présomptions. L’institution judiciaire ne peut donc pas poursuivre.” Il n’y aurait donc aucune preuve à trouver ! Les citoyens ne peuvent pas l’imaginer. La Présidente de la République s’est publiquement déclarée choquée, le Président du parlement a exprimé sa surprise, le Premier ministre est désespéré. Les Slovaques sont restés bouche bée.
Alors, avec la Covid-19 il y a plus de certitude.

Dans la même série :

En Côte d’Ivoire : « On s’en fout du Corona ! », par Edmond Doua

Jair Bolsonaro, le cauchemar brésilien, par Juremir Machado da Silva

A Beyrouth, ces jours-ci, par Lina Zakhour

L’Allemagne en temps de pandémie covid-19, par Hedwig Wagner


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search