Les réseaux sociaux numériques ne sont pas des espaces publics

Eric Dacheux[1],

Le confinement qui accompagne la crise sanitaire que nous connaissons nous conduit à utiliser encore plus intensivement les dispositifs numériques. Or si ces derniers permettent de pallier la non communication (l’absence de communication), il tendent également à développer l’incommunication (une incompréhension partielle) comme les contributeurs du numéro 84 de la revue Hermès l’ont montrée. Cette incommunication est particulièrement à l’œuvre dans les réseaux sociaux numériques (Facebook, Twitter, etc.) qui, s’ils sont bien, parfois, des espaces communs d’expression politique ne sont jamais des espaces publics où peut se déployer une raison publique.


En effet, les réseaux sociaux numériques ont un rôle politique clef : ce sont des espaces de libre expression. En cela, ils rejoignent l’utopie libertaire des fondateurs du web. Cependant, cet élargissement des possibilités offertes à tout un chacun de s’exprimer publiquement appelle quelques remarques lorsque cette expression subjective concerne la chose politique.

Tout d’abord, cette libre expression politique déborde largement le cadre de l’argumentation rationnelle chère à Habermas. En effet, les analyses convergent pour souligner la forte présence des expressions subjectives sur les RSN. Cette subjectivité sensible favorise la diversité des expressions dans le débat public donc la démocratisation de ce dernier. Pour autant, cette pluralisation des modes d’expression ne signifie pas que tous ceux qui s’expriment ont le même poids. Comme l’explique S. Roginsky « Pour s’en sortir sur les réseaux sociaux, il faut être super bon, avoir de la répartie, arriver à retraduire une information, à faire porter son idée, être très vigilant quant aux arguments des uns et des autres… C’est un monde dur, voire brutal » (Rosginsky in Blic et Didi, 2020, p. 33). Et effectivement, un chercheur comme R. Badouard souligne que cette liberté d’expression conjuguée à l’anonymat débouche souvent sur des propos très agressifs, d’autant plus virulents parfois qu’ils sont portés par des militants extrémistes cherchant, par la violence verbale, à imposer leur idéologie (Badouard, 2017).

Cet aspect nous permet d’insister sur un fait important : l’expression politique n’est pas synonyme de communication politique. L’expression est une démarche unilatérale d’un sujet qui cherche à transmettre le sens alors que la communication est un processus réciproque de co-construction de sens. Or, outre les violences verbales, les recherches empiriques montrent que le plus souvent, au sein des RSN, on observe plus une juxtaposition d’expressions désordonnées qu’un débat structuré, plus des points de vue qui se croisent sans toujours se répondre, que des échanges visant à construire collectivement des points d’accord et de désaccord. Surtout les RSN ne sont pas souvent des espaces où l’on prend le temps du recul critique, ce sont plutôt des lieux virtuels de contagion émotionnelle, des invitations à exprimer son ressenti (j’aime/j’aime pas) et non des sollicitations à l’exercice réflexif. La conséquence est la prolifération de fausses informations qui circulent dès lors plus vite que les vraies. Ce qui a encore été vérifié lors de la crise sanitaire liée à la COVID-19 (Dolbeau-Blandin, Jaubert-Michel, 2020).

Ainsi, les RSN sont bien des espaces médiatiques où circulent des informations et des expressions politiques, mais ce sont des espaces médiatiques singuliers puisque les informations sont souvent inexactes et les expressions débouchent plus sur une cacophonie parfois violente (eris) que sur la construction de désaccords (agon). In fine, nous suivrons Haud Guegen (2015), pour qui ces espaces médiatiques singuliers sont d’abord des espaces de construction d’identités. Des espaces paradoxaux, puisque ces espaces offrent la possibilité d’expérimenter d’autres soi (les identités numériques autorisent des présentations de soi beaucoup plus libres qu’en présentiel), mais sont aussi devenus des espaces d’injonction à l’exposition de soi (avoir le plus d’amis et le plus de like possibles). De plus, cette construction identitaire débouche sur la fermeture à l’autre puisque, la raison d’être des RSN est de connecter ceux qui partagent les mêmes préoccupations que vous. Il s’agit de faire communauté avec le même, pas de s’ouvrir à l’autre (Wolton, 2012). Dès lors la décision construite collectivement au sein d’un RSN, quand elle existe, ne peut pas être le fruit d’une raison publique (un raisonnement solide tenu au sein d’au auditoire général), mais celui d’une raison plébiscitaire (un raisonnement superficiel tenu au sein d’un auditoire restreint (Chambers, 2010, 507).

Cet entre-soi qui caractérise les RSN est d’ailleurs si important que, quand l’altérité est trop forte, elle est disqualifiée : l’autre n’est plus un humain représentant un point de vue différent mais un être infra humain et maléfique : un troll qui doit être exclu ! Ces espaces médiatiques singuliers ne sont alors plus des espaces de libre expression, mais des espaces d’exclusion. Des espaces d’ex communication. C’est pourquoi, il faut revenir à la leçon – trop vite oubliée par de trop nombreux chercheurs – d’Étienne Tassin (1992) : un espace commun où se fabrique une identité collective n’est pas un espace public où se construit l’intérêt général.

 

 

Références citées

Badoauard, R. (2017), Le désenchantement de l’Internet, Limoges, FYP.

Blic, D., de, Didi R., (2020), « Savoir parler pour savoir débattre », Projet, n° 373, pp. 30-34.

Chambers , S. (2010), « Huis clos » dans C. Girard, A. Le Goff, La démocratie délibérative. Anthologie des textes fondamentaux, Paris, Hermann.

Dolbeau-Blandin, C., Jaubert-Michel, E. (2020), « Infox et Coronavirus Covid-19 : une relative contagiosité ? », Hal.02542132.

Gueguen, H, (2014), « Les contradictions paradoxales de l’expressivité numérique. L’étude des modèles identitaires au sein des espaces numériques », Réseaux,  n° 193, pp. 135-160.

Renucci, F., Paquot, T. (2019), Les incommunications, Hermès, n° 84, Paris, CNRS éditions.

Tassin , E. (1992), « Espace commun ou espace public ? », in J.-M. Ferry (dir.), « Espaces publics, traditions et communautés », Hermès, n°°10, Paris, CNRS éditions.

Wolton, D. (2012), Indiscipline, Paris, Odile Jacob.

 

[1] Université Clermont Auvergne, dernier livre paru : Défaire le capitalisme, refaire la démocratie, les enjeux du délibéralisme, Eres, 2020.


[1]Ce texte reprend et modifie un passage d’un article intitulé « La connexion numérique ne favorise pas la délibération, elle menace la démocratie » à paraître dans le dernier numéro de la revue Terminal.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search