Jair Bolsonaro, le cauchemar brésilien

Juremir Machado da Silva

 

L’un des partis pris de la Revue Hermès repose sur son ouverture à l’international, pariant que cette rencontre des altérités permet de se décentrer et de mieux comprendre notre quotidien. La covid-19 est malheureusement un virus mondial et par la voix des membres de son comité, Hermès publie sur son blog Hermès publie sur son blog des impressions. 10 textes seront publiés dans les jours à venir.

Bastian Greshake Tzovaras from Paris, France, CC BY-SA 2.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0, via Wikimedia Commons

Le Brésil vit deux cauchemars : la pandémie du coronavirus et le gouvernement de Jair Bolsonaro. Fin octobre 2020 on avait dépassé les 156 000 morts par Covid-19. Pendant toute cette « année de la peste », le président Bolsonaro a minimisé le danger, nié la dimension de la tragédie et attaqué les mesures de sécurité, comme l’isolement social, adoptées par les gouverneurs des États et les maires des villes brésiliennes. Pour Bolsonaro, il faut laisser la vie suivre son cours et maintenir l’économie en fonctionnement. Même ayant attrapé le virus, il n’a pas changé d’idée. Au contraire. Il a même renchéri.

La dernière « plaisanterie » de Bolsonaro a choqué une partie du Brésil (l’autre partie est toujours avec son « mythe », comme on l’appelle) : il a interdit son ministre de la Santé d’acheter le vaccin Cornavac, produit par la Chine en partenariat avec le brésilien Institut Butantã. Motif : il se méfie d’un vaccin produit par un pays communiste. Le problème de ce vaccin, il l’a souligné à plusieurs reprises, c’est son origine. Même si ANVISA (l’organisme brésilien responsable pour la libération des nouveaux médicaments) donne un avis favorable au vaccin Coronavac, assurant qu’il est efficace et qu’il ne met pas les gens en danger, Bolsonaro reste sur ses gardes : il ne veut pas de « vaccin chinois ». La science ne compte pas. Un vaccin pour être bon ne peut pas être « communiste ». Il semble que Bolsonaro ne voit pas trop loin devant son nez. Il ne voit pas que son masque – parfois il en porte un – peut être chinois ainsi que les composants des vaccins « capitalistes ». Son crédo n’est pas la santé d’abord, mais d’abord l’idéologie. Et ainsi la « nave va » entre le virus et Bolsonaro, entre la peur et la stupéfaction, entre vie et mort.

Dans la même série :

En Côte d’Ivoire : « On s’en fout du Corona ! », par Edmond Doua

A Beyrouth, ces jours-ci, par Lina Zakhour

L’Allemagne en temps de pandémie de covid-19, par Hedwig Wagner

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search