“Pourquoi je refuse de donner des cours à distance”

Eric Dacheux,

Université Clermont Auvergne (UCA) – laboratoire Communications et sociétés

 

« Vivre ce n’est jamais se résigner », dit Camus. Être universitaire, dans cette perspective, c’est ne jamais renoncer à exercer son esprit critique, y compris envers les consignes données par son administration. Cette dernière a décidé « de donner la priorité au cours magistral (CM) à distance à partir d’un effectif indicatif de 50 étudiants[1] ». Comme de nombreux collègues m’y encouragent, je n’obéirai pas à cette décision technocratique qui se veut une précaution sanitaire et qui n’est qu’une grave erreur pédagogique.

 

En l’absence de confinement et tant que les cours en présentiels sont possibles, je refuse, de donner des cours à distance car :

  • Cette règle est anti-logique. L’université est un site d’exercice de la pensée critique rationnelle. Or il n’est pas logique que des étudiants puissent, sans danger, aller le week-end s’entasser dans des salles de sport de 4 000 personnes (10 000 pour ASM-Toulouse au stade Marcel Michelin) et le lundi courir grand péril en étant 51 dans des amphithéâtres parfois prévus pour 600.
  • Cette disposition sanitaire est anti-scientifique. L’université est un espace d’enseignement et de recherche. Une institution chargée de faire comprendre les pensées scientifiques. Or, cette jauge de 50 personnes est non scientifique. Elle ne résulte pas de travaux de recherche ayant prouvé que le danger augmentait de manière significative au-delà de ce seuil.
  • Cette décision temporaire est anti-historique. Comme le rappelle la présidente de la Commission permanente du Conseil national des universités, Sylvie Bauer «L’université est d’abord un collectif qui s’incarne dans un lieu physique [2]». L’université a toujours été un contre-pouvoir intégré au cœur même de la cité, vouloir en faire un nœud de connexion dématérialisé transmettant des compétences, c’est nier cette histoire.
  • Cette norme est anti-démocratique. L’université – on ne le dira jamais assez – est une démocratie : ce sont les membres de la communauté qui la dirigent. Les universitaires ne sont pas des moutons soumis au bon vouloir d’un berger omniscient, mais des individus autonomes prenant de manière collective des décisions dans l’intérêt général de la communauté universitaire. Or, cette norme n’est pas le fruit d’un intense débat collectif, c’est un règlement absurde décidé sans les enseignants et sans les étudiants. Accepter ce règlement, c’est renoncer à l’autonomie démocratique sans laquelle la liberté de pensée est menacée.

  • Cette norme est anti-égalitaire. Le distanciel augmente les inégalités entre étudiants. Les derniers partiels l’ont montré : certains étudiants ont pu se faire aider par les parents, d’autres ont travaillé en groupe, d’autres encore étaient isolés et sans aide.
  • Ce diktat est anti-pédagogique. La pédagogie n’est pas affaire de connexion à distance entre machines plus ou moins compatibles, mais est constituée d’interactions entre humains construisant du sens à partir de leurs sens. Effacer la dimension sensible de l’enseignement, c’est accroître l’échec pédagogique. Certes l’enseignement à distance peut parfois être performant, mais à deux conditions : qu’il ait été pensé comme tel par une équipe pédagogique coordonnée et que les étudiants trouvent un intérêt dans cette forme d’enseignement. Ces deux conditions ne sont pas réunies. Chaque enseignent “se débrouille” comme il peut pour transformer son CM en cours à distance, les étudiants de l’UCA n’apprécient pas le distanciel : il n’y a que 20 % des étudiants de l’Université Clermont Auvergne qui déclarent avoir été satisfaits (14 %) ou très satisfaits (6 %) du travail à domicile lors des cours à distance[3]. Peut-on accepter de sacrifier la réussite de la majorité des étudiants sur l’autel du numérique ?

Pour réaliser des réductions budgétaires, nos élites cèdent aux sirènes du solutionnisme numérique : l’idée que tout problème social trouve sa solution dans un dispositif numérique approprié. Or, rien ne peut remplacer la richesse de la relation en présentiel. Notre mission est de libérer l’esprit critique, non de soumettre nos étudiants à une nouvelle servitude numérique. Penser c’est dire non (Alain).

[1]Extrait de la «  Note de préparation de la rentrée 2020 » datée du 10 juin 2020 distribué par mail aux membres de l’Université Clermont Auvergne (UCA).

[2]Tribune publié dans le Monde du 18 juin 2020 qui sert de base à une pétition contre l’enseignement distanciel.

[3]Enquête interne de l’UCA. Le questionnaire a été diffusé auprès de 33 659 étudiants entre le 17 et le 24 avril 2020, 7 952 ont répondu, ce qui représente 23 % de la population interrogée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search