Paysages sonores, musiques urbaines : de Murray Schafer à Nicolas Frize

Ce numéro comprend trois parties. La deuxième partie se consacre à la musique comme résistances, combats et incommunications.

Nous reproduisons ici l’extrait d’un article de Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, auteur de nombreux ouvrages sur les utopies, l’écologie et l’urbanisation.

 

Tout paysage génère une perception sensorielle que chacun ressent différemment, avec plus ou moins d’acuité, en privilégiant parfois deux ou trois des cinq sens – rarement les cinq. Pourtant nos sens s’accordent et c’est notre cerveau qui traite les informations reçues par nos divers capteurs sensoriels dispersés sur notre corps.

Avec l’industrialisation et l’urbanisation, des bruits mécaniques, plus ou moins réguliers, viennent parasiter les sons ordinaires de la vie citadine et des activités agricoles dans les villages. Alain Corbin (1994) a très bien décrit la guerre des cloches qui opposait le carillon des clochers des églises à celui du beffroi de l’hôtel de ville ou de la guilde des marchands. Le temps de la liturgie catholique est alors concurrencé par la discipline usinière, qui l’emportera avec la laïcisation rampante de toute la société…

Le moteur à vapeur s’impose partout et nul territoire n’échappe aux pétarades des motos, aux accélérations et ralentissements des camions et voitures, aux halètements du train, aux toussotements des tracteurs, aux gémissements des débroussailleuses… Les sirènes des usines, les tintements de certaines machines-outils, le pas cadencé des portillons automatiques, le soufflement poussif des escalators, l’aboiement des annonces ferroviaires, la voix de guimauve des aéroports, les horripilantes musiques d’ambiance des supermarchés, la cacophonie des cellulaires qui additionnent leurs sonneries : jamais la pollution sonore n’a été telle, en quantité, durée, intensité.

Les décibels rivalisent, les bruits portent sur les nerfs, la mégalopole s’avère bruyante. Si le silence se fait entendre, un jour de grève générale, par exemple, c’est mauvais signe ! Une ville vivante gémit, crie, vocifère, elle rend gloire aux énergies qui brûlent en elle. Peut-on y puiser une musique ? En extraire une mélodie ? La mélopée mécanique de l’urbain a-t‑elle le même rythme partout ? Non, Mumbai n’est pas Chicago, Rio n’est pas Shanghai, Moscou n’est pas Vancouver, Mexico n’est pas Dakar… Chaque site fait ses gammes. Chaque lieu improvise sur des canevas sans frontière. À la globalisation du capitalisme financiarisé répond, comme en écho, la mondialisation des sons, plus ou moins bien accordés, des machines et des habitants.

 

L’article d’origine comprend deux parties :

– Murray Schafer et l’environnement sonore

– Nicolas Frize met en musique l’université d’Amiens

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 86 de la revue Hermès consacré à la musique, p. 181 à 187 (version numérique sur Cairn et version papier sur le site de CNRS éditions).

 

 

Évènement

Nicolas Frize © Julien Borel – Cité de l’Architecture


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search