L’Amazonie en feu

Par Roberto Chiachiri

Directeur de la Chaire UNESCO / UMESP en communication, São Paulo, Brésil

 

En plus de la pandémie de la covid-19, pour laquelle le Brésil tient la troisième place des pays cumulant le plus de décès, après les États-Unis et l’Inde, les incendies en Amazonie détruisent le pays et le poumon vert le plus important au monde. Les incendies sont incontrôlables et leur nombre augmente de manière alarmante. Les données de l’Institut national de recherche spatiale (INPE), entre le 1er janvier et le 16 août 2018, nous montrent que 2 662 points de feu ont été détectés en Amazonie ; en 2019, il y en a eu 6 315 (en hausse de 147 %) ; et en 2020, il est passé à 7 098 points de feu (+ 7 %) sur la même période.

Des arbres – comme le châtaignier qui mesure jusqu’à 50 mètres de hauteur et qui figure sur la liste officielle des plantes brésiliennes menacées d’extinction, l’hévéa et l’açaí qui produit le cœur de palmier et un fruit énergétique – sont essentiels à la subsistance des peuples amazoniens, qui utilisent leurs produits de manière durable pour la production de caoutchouc et la récolte de noix du Brésil et d’açaí.

Les peuples autochtones sont ceux qui souffrent le plus de ces incendies, car ils sont parfois empêchés de chasser leur propre nourriture et se privent des remèdes que la nature leur offre à travers les plantes médicinales de la forêt.

Un cimetière d’animaux se forme le long de la forêt ; de pauvres animaux qui essaient même d’échapper au feu mais n’ont pas le souffle suffisant pour atteindre une zone qui ne brûle pas. On voit des carcasses d’animaux carbonisés. Une vision angoissante et périssable dans un paradis de la plus importante biodiversité sur la planète.

La région ne parvient pas à gagner la bataille contre les grands propriétaires et l’accaparement illégal (grilhagem) des terres, avec des intérêts à la fois dans l’exploitation du bois et dans l’agro-industrie et l’élevage, qui déboisent sans merci la forêt et sans aucune conscience environnementale.

©depositphotos

Les queimadas – ou pratiques agricoles primitives qui utilisent le feu pour nettoyer les terres qui accueilleront des plantations ou pâturages, « en principe » de manière contrôlée mais qui atteignent des zones interdites (forêt vierge) – sont les principaux responsables de cette dévastation. Pourtant l’intérêt financier reste un argument de poids. Et les « mesures prises par les autorités pour préserver la forêt » ne sont que de petits discours.

Niant les données de l’INPE (une augmentation de la destruction de la forêt amazonienne de 34 %), le président de la République du Brésil, Jair Bolsonaro (sans parti), lors d’une réunion avec les présidents sud-américains pour discuter de la préservation de l’environnement, le 11 septembre, a déclaré que : « Cette histoire selon laquelle l’Amazonie brûle à cause du feu est un autre mensonge », en plus d’autres sottises sur la préservation de l’environnement. L’irresponsabilité de Bolsonaro envers l’environnement, tout comme son idole, Donald Trump, entraînera des conséquences désastreuses dans les relations commerciales internationales, notamment avec l’Europe.

Des conséquences qui n’affecteront pas seulement le Brésil, mais le Mercosur dans son ensemble. Le gouvernement français, par exemple, a déclaré que l’accord entre l’UE et le Mercosur, tel qu’il se présente aujourd’hui, est presque impossible. Sur ses réseaux sociaux, le Premier ministre français Jean Castex écrit : « La déforestation met en péril la biodiversité et le climat » et confirme l’opposition de la France à l’accord UE-Mercosur, elle-même réitérée par le ministre français de l’Agriculture, Jean Denormandie : « En l’état, les choses sont claires : c’est NON au Mercosur ».

 

 

Le militaire, général Hamilton Mourão, vice-président du Brésil et président du Conseil de l’Amazonie, a reçu une lettre ouverte de huit pays d’Europe demandant au gouvernement brésilien de prendre des mesures pour contenir l’avancée de la déforestation de la forêt amazonienne et souligne également : « Alors que les Européens recherchent des chaînes d’approvisionnement non liées à la déforestation, il devient plus difficile de répondre favorablement à leurs critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. »

Le NON à l’accord UE-Mercosur aura sans aucun doute une série d’implications désastreuses pour les économies brésilienne et sud-américaine. Si nous n’arrêtons pas ces actions irresponsables en matière d’environnement, le Brésil perdra, comme cela se fait depuis deux ans, encore plus, son prestige international acquis jusque-là grâce aux nombreux efforts des gouvernements précédents plus conscients de l’environnement.

C’est bien dommage !

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search