« Mignonnes » : incommunications au pays de Netflix et de la cancel culture

Par Anne Lehmans

Université Bordeaux ESPE Aquitaine

 

Le film de Maïmouna Doucouré qui aurait dû sortir sur les écrans français pendant la période du confinement fait grand bruit au moment de sa diffusion tardive, fin août, sur les écrans français en même temps que sur la plateforme Netflix, après avoir été primé à Sundance et Berlin. Un joli film plein de bonnes intentions sur le déchirement entre deux cultures d’une encore enfant de 11 ans, Amy, jouée par Fathia Youssouf, tiraillée entre l’envie d’intégrer le groupe de copines qui se retrouvent pour danser en liberté et sa famille sénégalaise, enfermée dans ses traditions et son appartement, à l’image de sa mère qui accepte en pleurant et sans se plaindre de préparer le mariage de son mari avec une nouvelle épouse.

Le trailer français est déjà un condensé d’images choquantes assez loin du propos du film qui cherche à dénoncer, parfois sans nuances, la difficulté pour les filles de trouver une place digne dans la société. La stratégie de communication de la production ne rejoint pas vraiment les intentions de la réalisatrice, qui dénonce l’effet des réseaux socionumériques et des images médiatiques des smartphones sur la construction identitaire des jeunes filles. Un effet de brouillage du chemin qu’elles cherchent vers l’estime de soi. Celles-ci, en bande, peu intéressées encore par le regard des garçons, encore moins par celui des hommes, se sentent libres en dansant comme le font les chanteuses qu’elles regardent sur leurs téléphones. Ce faisant, elles reproduisent une image hypersexualisée de la femme (qui twerke), mais un simulacre de femme qui ne renvoie pas à leur propre sexualité en devenir mais à une forme d’émancipation.

 

Le problème, c’est que le passage sur Netflix, avec une bande-annonce choc qui a aujourd’hui disparu et une affiche idoine, a provoqué une levée de boucliers des ultraconservateurs et d’une partie des féministes américains, reprochant au film l’exploitation et la sexualisation des enfants (noirs) à destination d’un public de pervers. La perversion n’est que dans le regard des détracteurs d’un film qu’ils n’ont pas vu et dans lequel le simulacre n’est jamais confondu avec la réalité. La scène de la jeune Olive dansant sur Superfreak, dans un simulacre de striptease créé avec son grand-père, dans Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et Valerie Faris, dénonce cette même perversion des censeurs qui par ailleurs transforment sans scrupule des fillettes en objets de concours. Le film Mignonnes (et la plateforme, par rebond) devient victime de la « cancel culture » qui consiste à censurer et interdire des productions culturelles, à réduire un créateur au silence au nom d’une morale qui se donne le droit d’étouffer la création et la discussion dans le pays qui a mis la liberté d’expression en tête de sa constitution. Netflix s’est excusée publiquement pour diffusion d’images « inappropriées » (notamment l’affiche, totalement différente de l’affiche diffusée en France). Donc Netflix a fait amende honorable à la censure morale que la plateforme avait déclenchée, tout en s’excusant aussi auprès de la réalisatrice. On imagine le sentiment d’injustice de cette dernière, dont le propos est aux antipodes de l’exploitation perverse des filles, et l’histoire personnelle faite de combats pour gagner les moyens d’une expression libre et égale.

Une illustration des phénomènes d’incommunication dans le passage d’un film entre deux mondes et plus, mais aussi dans le passage d’une œuvre à un produit culturel autour duquel les stratégies commerciales ne reculent devant rien, surtout pas les récupérations délirantes. Car finalement, grâce à la « cancel culture », Mignonnes a gagné une visibilité bien plus grande que celle de ses prix.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search